Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2014

Appariements sélectifs

La problématique locale et globale, c’est la grande difficulté que pose la régulation des inégalités sociales dans la société post-industrielle, ainsi qu’à la difficile construction d’un modèle social qui permette d’attribuer une place digne à chacun.

La « pyramide des besoins » constate l’existence d’un décalage entre le réel et l’imaginaire, les attentes et les possibilités, produit par la mondialisation des images dans une société post-révolution technologique.

Cette discordance pose un problème majeur dans la mesure où les attentes des individus sont rarement en accord avec leurs possibilités réelles.

Dans ce contexte, l’action de régulation ET de contrôle se verrait-elle attribuer comme mission de réduire le décalage entre les désirs et les capacités effectives des individus, de façon à ce que chacun puisse s’intégrer de façon satisfaisante dans la société ?

Ce qui suppose qu’il soit possible de dire ce qui fait la différence entre désirs et besoins des individus et des groupes

Doit on alors concevoir un système économique et social « différentiel », adapté aux nécessités de chaque frange de la population et de chaque classe sociale, pour que la « Société  redevienne un facteur de promotion de la justice sociale ?

Cela pose la question de la mixité sociale et des appariements sélectifs. Dans l’état actuel des choses et compte tenu des différences culturelles, cultuelles considérables, des niveaux d’éducation et de compétences, il semble qu’il nous faut envisager plutôt le regroupement en « isolats ».

L’appariement sélectif serait le trait d’union du XXI siècle. Pour certains d’entre nous cela pourrait s’apparenter à une fuite et à une action de survivance.

Nous entrons donc dans une zone de conflits sociaux et d’affrontements considérables qui se dérouleront à partir de nos nouvelles forteresses.

Mais le pire n’est jamais certain n’est ce pas ?

02/08/2014

Une société systémique

Le contraire d’une société systémique c’est notre société individualiste où c’est le système qui est responsable, pas l’individu

Dans une société systémique quand vous faites quelque chose au système vous en êtes responsable

Je suis persuadé, que notre propre avenir passe par la réintroduction, dans nos sociétés modernes, des principes de vie systémiques qui ont fondés les sociétés racines.

Il faut faire ré exister par appariement sélectif des « sociétés » où la violence est identifiée, canalisée, où les jeunes sont élevés en harmonie avec la nature et d'où la pauvreté est absente. Des sociétés hautement démocratiques, solidaires, en quête permanente d'équilibre et de paix.

A partir de là une mémoire peut reprendre vie, un peuple retrouver espoir, une guérison s'accomplir. Et, pas à pas, un chemin se rouvrir qui interroge notre monde et révèle une philosophie et une science à même d'éclairer les impasses de notre temps. 

07/07/2014

La fin de la mondialisation ?

Hervé Juvin : la fin de la mondialisation et le retour des identités

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - On croyait que la mondialisation conduirait...

Par lefigaro.fr

 §

Ce que je trouve disons « lassant » chez Juvin c’est sa propension à utiliser des prémisses, la plupart du temps d’ordre pratiques, ayant trait à notre existence réelle, quotidienne pour créer des échafaudages d’ordres philosophiques, sociologiques qui n’ont plus rien à voir avec la réalité.

« Ce que j'appelle « grande séparation », c'est cet espoir un peu fou, très largement dominant aux Etats-Unis, notamment à travers le transhumanisme, de s'affranchir totalement de la condition humaine. »

  • Rien de nouveau sous le soleil, de tout temps, l’Homme cherche à s’affranchir de sa condition humaine de base, d’évoluer vers un « système » de plus en plus complexe…et heureusement. Pourvu que çà dure !

 "La mondialisation, dans laquelle on a voulu voir une homogénéisation du monde est en train de déboucher sur son contraire : le retour des particularismes identitaires, des singularités, et plus généralement un retour du « nous ".

  • Confondre mondialisation et globalisation il faut le faire ! La mondialisation est une action délibérée qui sous couvert de « régulation » de « contrôle » veut TOUT uniformiser. La globalisation est la reconnaissance et la mise en valeur de « l’interdépendance », qui permet d’admettre que la « causalité » forme une boucle et la nécessité de mettre en commun la gestion de ce qui ne peut et ne doit plus être géré (pour l’essentiel) par un Etat ou un groupe d’hommes prédateur :

         La démographie, Les matières premières, L’argent…pour l’essentiel !

 

"On ne peut dire « nous » que lorsqu'on a déterminé qui sont les « autres »

  • « Déterminé » signifie « décidé » Il faut le faire que de dire qu’il faut « décider » de ce que sont les autres Si encore on se décidait à vouloir les « comprendre » en commençant par se « comprendre » soit même…et encore le mot « appréhender » serait préférable à « comprendre » qui signifie « prendre avec ».

"L'agression des modèles universels réveille les logiques de la différence politique".

  • C’est quoi ce délire ? Un modèle n’agresse personne ce sont ceux qui le mettent en œuvre qui agressent. Le « modèle » Islam est neutre ! Les pratiquants qui utilisent certaines pratiques du système Islam sont eux seuls responsables des massacres en court et çà n’a rien de « singulier ». Les pratiquants qui utilisent certaines pratiques du modèle libéral pour asseoir leur puissance et leur gout du pouvoir également ! Les socialos marxistes léninistes qui utilisent la différence et le multiculturalisme pour mieux nous uniformiser aussi.

Bref à mon avis Juvin tourne au TROLL !

Francis NERI