Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2014

Journée de la femme

Puisque cette journée est celle de la femme rendons-leur l'hommage qui leur est dû et plus particulièrement à nos amies patriotes qui font preuve d'un courage et d'une détermination exemplaire. Pour ma part je leur dédis la chanson de Julien Clerc " femmes je vous aime..."

Ivan Smolenski

Moi c'est La femme est l'avenir de l'Homme !

Et aujourd’hui, je m'en vais honorer, en compagnie de mon épouse, deux associations formidables qui œuvrent concrètement pour l'insertion et la libération de la femme, qui aident à renouer le dialogue entre les habitants, qui se tiennent au coté des victimes, qui aident à résoudre les conflits.

Il s'agit de Mosaïque un chantier d'insertion associatif et gastronomique dont la Directrice Leila Hamoud est une amie : 23 rue du Marchalhoff Strasbourg Neuhoff et de SOS aide aux Habitants 36 allée Reuss  même quartier qui, en permanence, construit et reconstruit la paix sociale, Directrice Faouzia Sahraoui.

J'espère qu'ils auront fait un couscous (les hommes aujourd'hui font la cuisine et servent les femmes). Avec un petit rosé bien frais çà va être un délice !

Francis NERI Président de L’IESE

Institut Européen de Socialisation et d’Education

 

 

05/03/2014

Défendre la famille

« Défendre la famille et les droits de l'enfant aux municipales c'est agir sur le péri scolaire, s'occuper d'éducation, de socialisation et d'assimilation à partir des trois pôles de l'Education de l'enfant : la famille, l'école, les associations et institutions du temps libre. Les faire agir ensemble et en cohérence ! »

Il n’y a, comme d’ailleurs pour d’autres éléments à considérer qu’une vraie réponse à la crise sociétale, à la destruction du lien social : la reprise en main de l’éducation, de la formation, de la socialisation. Bref remettre en marche l’assimilation.

Pour cela, nous avons à redéfinir ce qu’est notre culture, notre identité. Dire pourquoi et comment, inculquer nos codes, nos valeurs, nos éléments de vie qui font que nous ne sommes pas habitants du désert ou de l’Afrique équatoriale. Nous aurons à dépasser, en quelque sorte mai 68, Cohn Bendit, Jean Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Françoise Dolto, Mérieux, les IUFM, le pédagogisme et 50ans de culture socialiste et mondialiste.

Mais pour cela, il nous faut avant toute chose reprendre le pouvoir à ceux qui le détiennent ; car inutile de compter sur eux qui, depuis au moins 40 ans se succèdent à la tête du pays. Ils sont responsables du problème, ils ne peuvent faire partie de la solution.     

Francis NERI Président de l’IESE

Institut Européen de socialisation et d’Education

L’IESE soutient l’initiative du « Collectif Racines »

08/02/2014

Changer la réalité

C’est démontré une fois de plus, la gauche est incapable de changer la réalité et, comme toujours, comme au pire moment de l’histoire communiste, elle décide alors qu’il faut changer l’homme.

L’intégration est un échec, c’est la faute des Français ces fameux « sous-chiens » qui entravent la réussite des immigrés et de leurs descendants.

Que faire se disent alors les socialistes et leurs alliés de la droite, sinon les culpabiliser ces Français afin que plein de remords pour leurs « exactions » passées ils acceptent d’être mis de coté et de faire de la place aux populations extra européennes nécessairement plus dociles, taillables et corvéables à merci ?

Discrimination positive voilà la solution ! La  méthode est éprouvée en Amérique parait il !

Les Français de souche Européenne ne sont pas de la bonne ascendance qu’on se le dise.

Ce pouvoir et ce gouvernement indignes pour lequel 51 % de Français inconscients ou complices ont voté est en train d’enterrer le modèle républicain d’intégration au profit d’un modèle « multiculturaliste » : « Il ne doit plus y avoir de confusion entre intégration et immigration » est il écrit sur la « feuille de route » du Haut conseil à l’intégration.

Plus clairement dit, il s’agit de faire en sorte que les droits des migrants soient supérieurs à ceux des autochtones et leurs besoins prioritaires. Les derniers n’ayant que des devoirs et des moyens. C’en est fini de la préférence nationale, ç’en est fini de l’identité culturelle Française !

Il faut rééduquer les Français, leur inculquer la nouvelle pensée multiculturaliste, les « bonnes » pratiques universalistes et mondialistes, bref déconstruire et changer les attitudes et les comportements du peuple en changeant sa culture, en niant son identité, en rejetant ses représentations du monde jugées racistes et discriminatoires.

Peuple de France veux tu vraiment disparaître ? Veux-tu vraiment renoncer à ton identité, à tes valeurs, à ton histoire au profit d’un A VENIR au sein duquel TU n’existeras plus ?

NO FUTUR pour toi !

Si tu ne veux pas cela LIBÈRE TOI et vite !

 

Francis NERI           

08 02 14