Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2018

La grande désintégration

Maintenant on sait. On sait que Mai 68 n'était qu'une ruse de l'histoire. On sait que le marxisme emphatique des jeunes révolutionnaires n'était qu'une manière détournée de faire le jeu du marché. On a lu Régis Debray, dès 1978, et Luc Ferry, au milieu des années 1980. Avant eux, l'Américain Christopher Lasch, et tous les autres depuis. On sait que la «crise de civilisation» diagnostiquée alors par Georges Pompidou était surtout une mutation du capitalisme, qui passait d'un système fondé sur la production, l'industrie et l'épargne, à une économie basée sur la consommation, les services et la dette.

On sait que même la «grève générale», rêve séculaire de tous les syndicalistes, a été noyée sous les augmentations de salaires - bientôt dévorées par la dévaluation du franc et l'inflation - et le retour de l'essence dans les stations-service pour les départs du week-end de la Pentecôte.

On sait que le talent du slogan travaillé dans les ateliers de la Sorbonne s'est reconverti dans les agences de publicité. On sait que la libido des étudiants de Nanterre qui voulaient aller dans le dortoir des filles s'est transmuée en pulsion de consommation. On sait que leur universalisme utopique a fait le lit du marché mondial des capitaux et des marchandises.

On sait que leur antiracisme généreux a forgé dans l'ouest de l'Europe des sociétés multiculturelles où chacun suit sa coutume, ses racines, sa loi religieuse. On sait que l'austérité virile des militants maoïstes a été subvertie et vaincue par le féminisme hédoniste du MLF et des mouvements «gays».

On sait que Mai 68 a commencé avant mai 1968. A Vatican II, avec la chute de la pratique du catholicisme. Ou en cette même année 1965, avec la fin du baby-boom démographique. Ou en 1967, avec la légalisation de la pilule. Ou avec les émeutes raciales de Los Angeles ou les manifestations contre la guerre du Vietnam, ou l'émergence du «politically correct», la défense véhémente des minorités.

On sait que Mai 68 n'a pas été seulement français, mais occidental (Italie, Allemagne, Etats-Unis), et même européen (Prague) et même mondial (Mexique). On sait que Mai 68 a été cependant la voie française pour fermer le ban de l'histoire révolutionnaire du pays en faisant une ultime révolution pour rire. Une dernière révolution mais sans mort ou presque. Une révolution faite au nom du peuple par les fils de la bourgeoisie. Comme 1789 et 1848. Et, comme d'habitude, disait déjà Marx à propos de 1848, l'histoire se répète, la première fois en tragédie, et la seconde en farce.

Mai 68, ce fut farces et attrapes.

Le général de Gaulle avait joué le rôle de Richelieu et celui de Louis XIV ; les rebelles de la Sorbonne jouèrent donc aux enragés de 1793. La cible était idéale. De Gaulle, c'était tout à la fois le dernier père avant les papas poussettes, le dernier chef avant les managers, la dernière incarnation de la nation avant la dissolution de la nation, le dernier homme avant les adolescents féminisés.

La cible était parfaite et peu importe qu'elle ait elle-même préparé le terrain, par de nombreuses mesures «émancipatrices», à ceux qui allaient le renverser. Sa mort, en 1970, était concomitante de la loi qui mettait un terme à la puissance paternelle dans la famille.

Balzac avait dit que la mort du roi sur la guillotine avait été la mort de tous les pères. L'histoire repassait les plats avec la mort de De Gaulle. Les pères n'étaient plus que des papas, et les papas, que des secondes mères. La famille patriarcale passait sous le règne du matriarcat, dont les hommes s'échappaient, par le corps (explosion du nombre des divorces ou des familles monoparentales) ou par l'esprit. L'égalitarisme révolutionnaire passait partout, entre les hommes et les femmes, mais aussi entre les parents et les enfants, même entre les différentes sexualités. Il était interdit d'interdire. Tous égaux, tous sujets, tous dotés de droits.

On n'était plus une famille, avec un père, une mère et des enfants, mais «on faisait famille» avec des individus égaux en droits, aux sexualités diverses. La famille n'est plus le lieu de la transmission, d'un héritage culturel et matériel, mais le lieu de l'épanouissement des individus. C'est là où les nécessités du marché (devenir un consommateur) rejoignent les anciens fantasmes révolutionnaires (détruire la famille bourgeoise). Là où les libéraux s'allient aux libertaires. Là où les mouvements féministes s'allient aux mouvements homosexuels, devenus «gays». Là où les minorités sexuelles s'allient aux minorités ethniques. Avec un ennemi commun: le mâle blanc hétérosexuel occidental.

Un des slogans de Mai 68 était: tout est politique. Ils ne parlaient pas en l'air. Tout: famille, école, Eglise, parti, syndicat, sexe, nation, toutes les structures hiérarchiques et verticales seraient subverties et renversées. Mises à bas. Toutes les identités seraient remises en cause. Au nom de la liberté, on n'avait que des droits. Au nom de l'égalité, la société n'avait que des devoirs. Au nom du marché, on était un individu roi à qui il était interdit d'interdire. Mais, au nom de l'ancienne vulgate marxiste, nous sommes tous des «damnés de la terre» qui devront faire rendre gorge à notre ancien maître: le père, le prof, le patron, le prêtre, le ministre et, plus largement, l'homme, le blanc, le Français. La majorité est sommée de s'incliner et de se soumettre aux minorités.

La redécouverte dans les années 1980 de Tocqueville, considéré comme un horrible aristocrate libéral par les révolutionnaires marxistes des années 1960, permettait de retourner l'antique malédiction des démocraties: puisque Tocqueville avait bien vu que le danger était la dictature des majorités sur les minorités, il fallait empêcher par tous les moyens cette tyrannie majoritaire. Au nom des droits de l'homme, on donna donc aux juges le moyen de contenir la moindre contrainte, la moindre «discrimination» de la moindre minorité. La démocratie n'était plus le pouvoir du peuple par le peuple pour le peuple, mais le pouvoir du juge, au nom du droit, pour les minorités. Le résultat ne se fit pas attendre: au nom de la nouvelle religion des droits de l'homme, le principe sacré de «non-discrimination» affirmait la tyrannie du juge et des minorités. On appelait cela avec emphase «l'Etat de droit».

Les anciens révolutionnaires qui avaient retenu de Marx que le droit en général, et les droits de l'homme en particulier, n'était que l'arme de la bourgeoisie pour affermir son pouvoir et contenir les assauts du prolétariat, retournèrent leur veste avec maestria et devinrent les défenseurs les plus forcenés des droits de l'homme. C'était leur nouvelle religion séculière après le communisme. Après la défense du prolétariat, la défense des minorités. Après la lutte contre le capitalisme, la lutte conte le néocolonialisme. Après le communisme, l'antiracisme. Religion dont ils devinrent les nouveaux prêtres. La religion avait changé, mais les bûchers de l'Inquisition étaient allumés par les mêmes. Les fascistes d'avant étaient seulement devenus les racistes d'aujourd'hui.

La pensée conservatrice affirme depuis longtemps qu'une nation n'est qu'une famille de familles. Il était inéluctable que la désagrégation de l'une entraînât celle de l'autre. Le constructivisme né dans les cerveaux des théoriciens français - Deleuze, Guattari, Foucault - nous revenait auréolé de son passage dans les campus américains des années 1960. Rien n'était naturel, tout était social. Rien n'était biologique, tout était culturel. C'était la victoire absolue de l'existentialisme de Sartre. On ne naît pas femme, on le devient. Ou pas. On ne naît pas homme, on le devient. Ou pas. On ne naît pas français, on le devient. Ou plus.

Tous les instruments de l'assimilation - prénoms, vêtements, langue, école, histoire, culture, cuisine -, qui avaient permis l'intégration de générations d'immigrés venus de toute l'Europe, étaient rejetés au nom du respect des cultures et du prestige de la «diversité». Là encore, la conjonction très française de la liberté et de l'égalité, du libéralisme mais aussi de l'ancienne vulgate marxiste, faisait des ravages. Libres de suivre et d'imposer sa culture d'origine, sa tradition, sa religion, même si elle vient en contradiction avec la culture dominante de la France ; mais égaux, au nom du scrupuleux respect du principe de «non-discrimination».

Cette double injonction est destructrice de la nation, qui n'est plus qu'un territoire sans passé où cohabitent des communautés diverses, au nom d'un «vivre-ensemble» oxymorique. Mais c'est bien l'objectif. Daniel Cohn-Bendit disait, bien des années après ses «exploits» de Mai 68: «Le peuple français n'existe pas ; et la notion même de peuple n'existe pas.» Le véritable héritage de Mai 68 est sans doute là, dans cette destruction voulue, pensée, imposée, des individus, des familles, des peuples, des nations. Ce nihilisme anarchisant s'épanouit au nom d'un universalisme totalitaire hérité du marxisme, marié avec le libéralisme de marché et qui n'a plus comme objectif de sacrifier la bourgeoisie sur l'autel du prolétariat, mais les peuples européens sur l'autel du métissage généralisé.

Mai 68 a gagné depuis longtemps. Les rebelles sont devenus le pouvoir. Un pouvoir qui se prétend toujours rebelle. Et qui traite toujours ses opposants de conservateurs. Alors que les conservateurs, ce sont eux. Mais la révolte gronde. Elle est disparate, éclatée, divisée. C'est le succès de la Manif pour tous, en 2013, contre le mariage homosexuel. C'est le réveil d'un catholicisme identitaire qui a compris le danger de l'islam. Mais c'est aussi, dans les banlieues, un patriarcat islamique souvent virulent, et parfois violent, porté par les «grands frères», qui se vit en opposition avec le féminisme de leur société d'accueil.

C'est même, sans qu'elles le comprennent elles-mêmes, la montée en puissance d'un néopuritanisme féministe qui, au nom des droits des femmes, remet en cause l'hédonisme libertin des anciens soixante-huitards, qu'ils soient producteurs de cinéma, photographes ou politiques. C'est enfin, à l'est de l'Europe, la coalition de peuples qui entendent bien sauvegarder tout à la fois leur cohérence nationale et leurs racines chrétiennes.

Toutes ces révoltes ne se valent pas. Elles sont même souvent antinomiques, et même adversaires. Elles sont toutes le produit de la désagrégation des sociétés occidentales depuis Mai 68, de toutes les identités, individuelles, familiales, religieuses, et nationales.

Sur les ruines de Mai 68, il faudra un jour reconstruire.

Eric Zemmour

02 03 18

28/02/2018

Fédérer le rassemblement

Manon Heitz Francis-claude Neri Nous sommes si nombreux à penser que l'islam n'est pas compatible avec la démocratie, pourquoi n'arrivons nous pas à fédérer ce rassemblement ?
Pourquoi restons-nous tous dans notre coin à faire le ZOZO sur "internet" au lieu de nous rassembler ?
Telles sont mes questions?
Qu’est ce qui nous empêche de le faire,

Francis-claude Neri Manon ...Nous pouvons bien entendu recommencer (les infos groupes) mais le temps passe et nous ne rajeunissons pas ...d'autre part, je ne vois se constituer aucun groupe qui aille dans ce sens et que nous puissions rejoindre et apporter notre expérience et notre contribution.
Tous militent soit pour combattre l'islam, soit l'UE, soit la droite, soit la gauche, soit le catholicisme, soit la laïcité, mais aucun, comme nous le voulions, mettre tout çà en cohérence.
Bref c’est la guerre de tous contre tous et c’est mal parti pour les faire se rencontrer sur un « projet ». 

Claude Serpollet Francis-claude Neri Seul un PROJET de société peut fédérer. Bâti sur l'intérêt général de la France. Avant tout. C'est à dire un CADRE (Le FOND) hors religion, hors idéologie politique. Ensuite construire la laïcité avec ce cadre. Puis DÉVELOPPER les formes de compétition d'une part, de coopération d'autre part. Transformer le Sénat en SÉNAT CITOYEN, tout en conservant l'Assemblée Nationale. Un ensemble de dispositions peut nous permettre de présenter les grandes lignes et obtenir la faveur du Peuple.

Paul Abysses Compe Claude Serpollet .... des bœufs ! quoi ! L'islam n'aura pas marqué votre cœur, mais, cependant, aura impacté dans votre esprit !

La laïcité depuis 1905 .... personne ne s'en est plaint jusqu'au jour ou bizarrement .... l'islam a surgi ! Mais, voilà ... l'islam n'est pas une religion !

Pardonnez-moi.. j'ai écrit des "bœufs" ... pourquoi ? parce que sans philosophie, sans spiritualité, sans cette espérance qui se dégage pour beaucoup comme une nécessité existentielle ..... que pourraient elles espérer ces personnes ... sans repères ..... devenir musulmans ?

Et nous serions embringués dans la charia !

Approfondissez et vous verrez !

Claude Serpollet Paul Abysses Compe Jeux de rôles ! Le programme "Monde Unipolaire US" NÉCESSITE de considérer les pro-atlantistes d'un coté et les patriotes d'un autre coté. L'intérêt des américains, c'est de neutraliser les rebelles à leur programme. De favoriser les pro-atlantistes. Et surtout de mettre en place ce qui permettra de neutraliser les patriotes : les musulmans entre autre.

Le droit du sol, la Démocratie Représentative, la globalisation, c'est un ensemble de mesures qui abat la souveraineté française.

Avec des Jeux de rôles, on évalue les réponses des gens. MAIS D'UN AUTRE COTÉ, nous pouvons très bien nous organiser pour contrecarrer ce programme "Monde Unipolaire US" avec un programme "Europe Multipolaire" avec quelques pays européens. Avec la France en porte drapeau.

On nous enverrait des missiles ?!? On nous tuerait ?!? Sans vouloir prendre le taureau par les cornes, avec nos meilleurs diplomates, sortis du placard, nous pouvons convaincre les américains du bien-fondé de notre projet. D'ailleurs, chez eux, ils considèrent leur main-mise sur la planète comme un échec, depuis leur stratégie perdante sur l'Irak.

Ils tombent...... et on resterait les bras croisés ?

Paul Abysses Compe Claude Serpollet Vous êtes entrain de m'expliquer que Lafayette aurait mieux fait de rester en France ! Je vous l'accorde !

Le français a toujours eu cette capacité à se soumettre .... jusqu'à ?

Les Russes non plus ... ne resteraient pas les bras croisés ! Depuis 1958 la France est trahie par ses gouvernances et à force de vivre dans le déni total de l'histoire et de la réalité... un jour, il sera nécessaire que les peuples d'Europe réagissent !
Je suis d'accord avec vous sur ce point ... soit nous réagissons, soit nous mourrons !

                                                                  ...........

Un développement s’impose ! C'est peut être ce qu'entreprend Marion MARECHAL aux USA !

Francis-claude Neri

28 02 18

27/02/2018

Avantage à l’athéisme ?

Il ne possède pas de dogme, qui sont incompatibles avec les lois françaises !

«  si la religion est considérée mauvaise, les idéologies politiques doivent être considérées MAUVAISES."

Je ne peux que recopier ceci, vu sur YouTube :


« Il existe bien des français juifs, chrétiens, bouddhistes ou athées. »

Personne ne le conteste, mais quels sont donc les textes du judaïsme, du christianisme, du bouddhisme ou d’athées généralement reconnus comme tels dans cette dernière mouvance (Bertrand Russell, Daniel Dennett, Richard Dawkins…), puisque l’athéisme ne possède pas de dogme, qui sont incompatibles avec les lois françaises ?

Et ces quatre mouvances, pour une fois on peut le dire, elles n'ont rien à voir avec l’islam et son coran qu’il est interdit d’amender ou même de contester, jamais révisé depuis Othman en 647 (c’est fou comme les besoins d’une société de bédouins incultes en 647 collent bien aux besoins d’une société instruite à l’époque de la Wikipédia, des conférences TED, des vulgarisateurs de YouTube, et de la connaissance en libre accès ; par comparaison, l’Assemblée Nationale en France examine en moyenne deux mille projets de lois et d’amendements aux lois par an. Parce que le monde n’arrête pas de changer) sont frontalement opposés à nos lois, à la Constitution qui est supérieure aux lois, et à la déclaration des droits de l’homme à laquelle se réfère la Constitution.

Les autres religions (cela n'a d'ailleurs pas été sans mal; il a fallu les civiliser) se juxtaposent à nos lois. L'islam, c'est écrit en toutes lettres dans ses textes, entend s'y substituer. L'OCI ne reconnaît pas même les droits de l'homme, à cause du coran, et s'en est concoctée une version maison restreinte. Celle-ci concerne les 57 pays se réclamant de l'islam.

Pire : la république ISLAMIQUE de Mauritanie n’a pas signé le décret d’application d’une loi votée par son parlement et abolissant l’esclavage (vers 1980, pas 1880, bravo, l’islam!) pour cause d’incompatibilité de cette abolition avec les dispositions du coran, qui considèrent les relations sexuelles avec des esclaves comme licites.

« Et je ne parle même pas de bon nombre de juifs que j'ai entendu dire qu'ils se sentaient juifs avant d'être français, voire plus... »

Les lois ne s’’occupent pas du ressenti des gens, mais de ce qu’ils font. Elles ne régissent pas ce qu’ils sont censés penser ou non, mais les comportements qui sont socialement acceptables ou non. Là encore, ce n’est pas ma faute, aucun texte des quatre mouvances citées ne se fait remarquer comme source de troubles, d’incitation au crime, et de plus en plus souvent de crimes, et il n'est pas possible d'en dire autant de l'islam. Je n'ai pas écrit le coran, que je sache. https://fr.wikipedia.org/.../Liste_d%27attaques...

« Comment nommerais-tu nos chers Harkis qui ont versé leur sang au nom de la république »

Leur travail n’était pas de verser leur sang, mais de verser chaque fois que nécessaire le sang des assassins qui endeuillaient LEUR pays, celui pour lequel ils avaient choisi de se battre, la France. Et si tu avais comme moi vécu cette époque en direct live, tu saurais que leur sang a surtout été répandu par le FLN, y compris après l’indépendance en violation totale de la signature de ce même FLN sur les Accords d’Evian. Quelques photos pour t’affranchir chouïa ? https://www.google.fr/search?q=%22crimes%20du%20fln%22... !

« lâchés odieusement par de Gaulle » Rien n’a été « lâché » : De Gaulle a eu tort de faire confiance à l’engagement écrit du FLN de ne PAS effectuer de représailles une fois les Accords signés. Leur texte est à ta disposition sur Internet. *La France, de son côté, les a respectés. Le FLN les a violés avant même que l’encre en soit totalement sèche.* Il ne s’est pas arrangé depuis, comme je m’en suis rendu compte en écoutant la population lorsque j’ai vécu là-bas, plus de dix ans après ladite indépendance. Mais revenons à l’islam.

« sinon de français musulmans des plus respectables? »

Soyons sérieux : si tu respectes les exigences du coran, tu ne te conduis pas comme un Français respectable. Si tu choisis de te conduire en Français respectable, tu ne peux en aucun cas respecter les exigences ignobles du coran. J’en ai cité quelques extraits, sens-toi libre de t’y reporter. Je peux aussi refaire un copier-coller de ces extraits du coran pour les « Français qui ont la mémoire courte ».

« Bon nombre de "charia boys" sont des merdes salafistes, voire wahhabites. »

C’est comme entre staliniens et trotskystes, comme dit Renaud, « j’ai jamais bien compris la différence profonde ». *Reste que ces gens observent bel et bien SCRUPULEUSEMENT le coran, ce n’est pas de ma faute. Les mots ont un sens.* Or je parle bien de l’islam *réel* et non de son interprétation par quelques musulmans assis entre deux chaises dont j’ai remarqué que plus de la moitié statistiquement n’avaient jamais pris la peine de lire le coran en entier.

« je choisirai toujours de supporter un... »

Ne te connaissant pas, je ne m’intéresse pas spécialement à tes choix, dans le cadre de la liberté de tout un chacun dans une république non islamique, dès lors que tu n’en donnes pas une explication rationnelle. Ce que pour ma part je fais.

Fritz Dabber
24 02 18

 Liste d'attaques terroristes islamistes — Wikipédia

fr.wikipedia.org