Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2018

Gaza

Beaucoup d'Arabes hurlent à la vengeance et à la guerre à la suite des événements horribles à Gaza. Je ne connais pas de peuple sous-développé et si volontiers soumis à leur gouvernement tyrannique et à leur clergé obscurantiste qui ait un jour réussi à se libérer d'une occupation étrangère.

Avant de le faire de l'occupation israélienne, les Arabes doivent se libérer de leur propre faillite politique, économique, sociale, religieuse et sociétale. Avant d'ouvrir la route vers Jérusalem, soyons réalistes et commençons par ouvrir d'abord l'accès à l'électricité courante au Liban, à l'eau potable en Egypte...

Quant aux chiens de la surenchère qui hurlent à la mort de l'Amérique, laquelle Amérique paye pour l'armée de l'Egypte, pour l'Etat irakien, pour la stabilité du système bancaire au Liban... Pourquoi vont-ils donc dans les consulats américains ou allemands, mendier un titre de séjour pour eux ou leurs enfants, chez le Grand Satan (n'est-ce pas?).

Quelle honte que ces intellectuels, ces journalistes, ces oulémas, ces évêques, ces politiciens remuant grossièrement leur langue irrationnelle et inconséquente comme une vieille danseuse du ventre fait serpenter ses hanches du peu de la splendeur que l'âge lui a laissé.
A défaut d'être victorieux, soyez au-moins dignes dans la défaite, calmez-vous, taisez vos cris indignes et cessez de gesticuler ainsi ridiculement.
Emancipez-vous de vous-mêmes pour vous libérer ensuite des ingérences des autres et des occupations.
Vos cris et vos menaces, sous le coup de l'émotion (n'est-ce pas là quelque chose que d'aucuns oulémas jugent comme un travers de la femme, cette tendance à l'émotivité?), vos pierres et vos bombes artisanales ne vous conduiront à nulle victoire, mais à la mort que, comme un peuple en cours d'extinction, certains d'entre vous désirent tant.

L'Amérique envoie des hommes sur Mars et a les moyens d’accueillir et d'intégrer des millions d'entre vous ( Libanais, Syriens, Palestiniens, Egyptiens, Irakiens ...).
Pensez-vous vraiment que le Hamas a lancé ces pauvres âmes désespérées à la mort pour la libération? Le Hamas les a lancés pour la propre survie de son pouvoir contesté et fragile à Gaza.

Arabes, voulons-nous aider les Gazaouis?

Exigeons que certains pays arabes ouvrent leur frontière, exigeons d'une certaine institution religieuse, si prompte à faire une conférence sur Jérusalem, qu'elle fasse pression pour que le gouvernement de son pays ouvre sa frontière avec Gaza, et fasse circuler de l'aide alimentaire et médicale.

Non? Impossible?

Alors, taisez-vous tous au lieu d'être si vains en parole, et soyez reconnaissants au Bon Dieu qu'en face des Palestiniens, se trouve Israël, et non pas Bachar Al-Assad, ni les Phalanges libanaises, ni Da'esh, ni Al-Quaïda, ni d'autres au pouvoir dans le monde arabe que je ne pourrais nommer sans risquer de mettre en péril mes projets et dont la cruauté a été infiniment pire que la déjà bien cruelle intransigeance israélienne.

Pourquoi ne pas commencer, pour de vrai, à réfléchir sérieusement, rationnellement, à la libération et à la paix, laquelle passe nécessairement par l'élimination, chez nous, des forces malfaisantes de l'archaïsme et de la régression intellectuelle et sociale.

Sortons le Hamas, pour commencer.

Par Nader Allouche

David Duquesne
16 05 18

26/04/2018

Chiens de garde


Les chiens de garde de la « bien pensance », du multiculturalisme béat, de l’idée folle que les valeurs occidentales doivent être partagées par l’universalité des cultures, rendent le débat sur l’immigration, l’identité, nos valeurs spécifiques et ancestrales, la souveraineté des peuples Européens, de plus en plus improbables et difficiles.

Les pouvoirs actuels nous livrent pieds et poings liés à l’ennemi.
Dans les « zones de non droit », l’apartheid de fait est d’ores et déjà constitué.

Il ne nous resterait plus qu’à nous préparer à l’inévitable et interminable guerre ethnique, clanique ET religieuse dont le Liban et l’ex Yougoslavie nous ont donné l’avant-goût.

Ce n’est ni le pouvoir actuel ni l’opposition et ses appareils qui répondront au défi qui nous est adressé.

La parole est au peuple …osera t’il la prendre …trouvera t’il en son sein les hommes et les femmes capables de le conduire ?             

Francis-claude Neri

26 04 18

04/04/2018

Se regrouper et s'armer.

Moi je crois de plus en plus que la majorité d'entre nous NE VEULENT pas voir ce qui nous arrive et çà c'est le commencement de la fin !
La convergence des luttes ce n'est pas pour demain.
La loi asile que passe à l'assemblée en est l’illustration éclatante mais personne ne VEUT le voir et ceux qui SAVENT se planquent en toute hâte.
Cette loi asile pourrie faites par des pourris et des criminels est une infamie. L'immigration va continuer de plus belle. Y compris les migrations climatiques réclamées par une large partie de la REM comme amendement au texte initial...
262 000 titres de séjour accordés aux migrants en 17 contre 120 000 en 1995 et une grande partie EST cumulative bien entendu, sinon la totalité.
20 000 demandeurs d'asile en 1997 ...100 000 l'année dernière. Les chiffres (connus) parlent d"'eux mêmes
La crise migratoire EST le plus grand danger de notre temps. Ne cherchons pas plus loin les origines de la crise systémique, démographique, morale et accessoirement économico-financière qui nous emporte.
Il n'est que de voir ce qui se passe à Majorque. Si on ne peut pas maîtriser l'immigration bas on ne pourra JAMAIS le faire en France et dans L'UE.
Et ce n'est rien à coté de ce qui nous attend avec le terrorisme. Selon le Centre d'Analyse du Terrorisme, d'ici à 2020, 60 % des djihadistes revenant de Syrie et d'ailleurs, condamnés en France, seront libérables. Ils sont actuellement 16 000 ...dénombrés.
Les prisons françaises sont et resteront des fabriques de terroristes...
Ceux qui auront la bonne idée de se regrouper et de s'armer (en petits groupes homogènes) ont une chance...pour les autres, bonjour les dégâts ...