Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2015

VOL AU-DESSUS D’UN NID DE COCUS

Heureusement que tous les bobos, les indignés et autres bienpensants de l’Espagne à l’Allemagne en traversant la France, ont oublié de faire les affichettes : « JE SUIS A 320 ».

Nous avons connu des cas extrêmes où la classe (pas si classe que ça) politique a su se montrer digne.

Mais là, malgré l’horreur du crash de l’A320, les politiques français au plus haut niveau de l’État ont vite fait le choix du mensonge et de l’entourloupe.  Ils veulent bien être les cocus de l’Europe mais pas être faits cocus par les Français, surtout que le peuple leur a déjà démontré, dimanche dernier, qu’ils entendent bien les foutre à la rue !

Les décisions sont vite prises par nos dirigeants, Hollande en tête. Nous les appellerons « on »

Dans un premier temps, on lance un appel de détresse aux pays voisins impliqués : 

« Mayday mayday mayday! En France, nous sommes dans l’entre-deux tours, amis Allemands et Espagnols, fermez vos gueules, sinon le peuple pourrait remporter cette victoire et ba-bye votre Europe et son euro. Fini, aussi, pour vous, parce que vous n’êtes pas mieux lotis que nous. Et la soupe populaire nous guette. Le peuple sonne la Révolution.»

Alors, a commencé la longue liste des hoax qu’ils nous ont distillés tout au long de cette longue, trop longue, semaine. On a bouffé du A320, non-stop, jusqu’à l’intoxication,sans jamais avoir la même version.

Dès mardi, on apprend :

1/ Le décrochage : une dépressurisation soudaine dans l’appareil et un appel de détresse du pilote.

Cette éventualité est vite contredite par les experts en aviation interrogés. Impossible. Le pilote aurait effectué un virage à 90° à droite ou à gauche pour ne pas occasionner d’accident à d’autres appareils sur zone.

De plus, les débris de l’appareil sont éparpillés sur environ quatre hectares, il ne s’agit pas d’une explosion en vol.

2/ Le site est inaccessible : Le personnel de secours ne pourra pas se rendre facilement sur le site. Il faudra plusieurs semaines avant de trouver les fameuses boîtes noires qui nous expliqueront tout.

3/ La coalition : Armée – Gendarmerie – Pompiers avouent, en fin de soirée, que des hommes ont été, déjà, hélitreuillés et qu’ils le resteront pour sécuriser la zone. Des fois que des voleurs…

4/ Le procureur de Marseille, interrogé par les media, confirme qu’il est saisi de l’affaire, que toute la lumière sera faite. Il est très disert, il s’exprime en magistrat sûr de lui, sans aucune hésitation. La Justice a parlé fermement !

5/ Les premières images : Pas de point d’impact sur la montagne. On se serait attendu à voir un énorme cratère, vu la vitesse à laquelle il l’aurait percutée, évaluée à 800 km/h environ.

Pas de carlingue calcinée, non plus. L’avion n’aurait pas pris feu ?

Désintégré, c’est le mot qui revient. Mais désintégré par quoi ? Par le choc ?

Ou, peut-être, par une explosion, au dernier moment, juste avant l’impact ? Cela expliquerait plus logiquement les menus morceaux qui recouvraient les quelque 400 hectares estimés de la zone du crash.

6/ Une première boite noire est retrouvée !

7/ Le patron du BEA : fait le canard. Il nous faudra des semaines pour interroger la boîte. A l’heure où je vous parle, nous n’en savons pas plus.

8/ Première fuite. Ne riez pas, elle nous vient d’outre atlantique, dévoilée par le New-York Times. Ils ont déjà tout entendu de ce qui s’est passé à l’intérieur du cockpit. Conversation entre les deux pilotes. C’est le commandant de bord qui est sorti, le copilote commet  l’action que l’on connait. Mais tout cela, ils l’ont appris avant que le patron du BEA ne vienne mentir en direct, sur nos antennes.

Pour ces raisons, le syndicat des pilotes de ligne veut porter plainte pour violation du secret de l’instruction.

9/ Re-procureur : Là, le proc’ est prié d’informer. À lui, le sale boulot. Il s’exprime lors d’une conférence de presse mais, outre qu’il nous donne trop de détails, avez-vous observé son comportement ? Il n’est plus le magistrat de la veille, sûr de son fait, un rien arrogant. Au contraire, il ne cesse de passer sa main sur son visage, son crâne. Il éprouve le besoin de répéter deux fois les phrases comme s’il faisait une dictée aux journalistes. Il ne connait pas son texte par cœur, il lit… ce qu’on lui a demandé de dire. Et répond par la négative à pratiquement toutes les questions des journalistes. Entre autres, il ne sait même pas quel est le pilote qui est resté seul dans la cabine. Il n’en sait pas plus. Même pas le nom des pilotes. Alors que, quelques instants plus tard, toujours en conférence, il donnera, aux journalistes, les nom et prénom du copilote, qu’il ne connaissait pas (!)  puisque c’est lui qui est resté, seul, dans la cabine de pilotage. Ca fait désordre, n’est-ce pas ?

Si, autour de toute cette mascarade, nous n’avons pas compris qu’on nous cache l’essentiel, c’est que nous sommes des demeurés.

D’abord, et surtout, quand ils nous annoncent qu’un Mirage 2000 a décollé de la base d’Istres dans les secondes qui ont suivi la perte radar de l’appareil. Procédure normale ? En tout cas, nous ne connaissons pas de précédent.

10/ Haro sur le copilote : Il était en grande dépression.Ah !

Sur les photos qui sont publiés, on voit, pourtant, un beau jeune homme sportif et en compétition ou souriant à l’objectif. Ce n’est pas l’apparence que l’on a quand on est hyper dépressif ? Ils interrogent ses connaissances qui le décrivent comme quelqu’un d’affable, tranquille, très convivial.

Merde, alors ! Ça peut pas coller, tout ça.

Alors, on nous dégotte une ancienne compagne avec laquelle il aurait volé pendant 6 mois et qui le raconte très angoissé, qui criait très fort contre elle, parfois. Mais… en fin d’article, elle reconnait qu’il était doux et attentionné avec elle.

Bizarre. Vous avez dit Bizarre… Comme c’est bizarre ! 

Aurions-nous eu affaire à un docteur Jekill et mister Hyde ?

Quant à la Lufthansa, elle est sacrément dans la mouise. Qu’est devenu son pilote, en formation dans les Amériques, pendant les six mois où il s’est fait porter pâle, ne reprenant son stage que bien plus tard ? Il faisait une formation particulière avec les adeptes du Oussama, peut-être ? Mouais ! Que de zones d’ombres pour un copilote banal, à qui on confie quelques centaines de vies humaines !

Et si on lui avait imposé la thèse de la « dépression » ?

Ça expliquerait pourquoi elle s’est empressée de dire qu’elle n’était pas responsable, dans ce cas-là, que, donc,  la faute revenait à l’organisme chargé de vérifier les bonnes conditions physiques et psychiques de leurs employés.

Néanmoins, nous apprenions, ces derniers jours, d’une autre source, que tous les voyageurs, personnels de bord et la Lufthansa seront indemnisés.

 Ca va faire un paquet de pognon, tout ça. Qui va payer ? Les assureurs, si c’est vrai ou l’Europe, si on nous ment ? Ils ne nous l’ont pas spécifié.

Toujours est-il que ce crash est entouré de bien de mystères. Comme pour celui d’Air Algérie au Mali, ou celui, encore de la Malaisia Air Lines.

Dormez tranquilles, braves gens, les ennemis de l’Occident ont de beaux jours devant eux. Ils pourront vous tuer impunément puisqu’ils sont couverts par le secret d’État.

Aux familles des malheureux voyageurs de l’A320 et au personnel sain d’esprit qui ont perdu la vie, nous présentons nos sincères condoléances. 

Quant au copilote terroriste ou allumé, qu’il brûle en enfer !

Nobeline

 

 

13/03/2015

Doit-on rendre le vote obligatoire ?

Dixit  « ce grand républicain », Thomas Thévenoud (il faut comprendre l’inverse mais je ne souhaite pas de procès en diffamation).

Jean Moulin s’est fait trucider par la Gestapo pour assurer notre liberté et l’émergence du programme du CNR (le Conseil national de la résistance), héritage sur lequel l’ensemble de notre classe politique « pisse » consciencieusement dessus.

Refuser de voter est aussi une forme de vote, un vote de défiance à l’égard d’une classe politique qui ne s’occupe plus depuis bien trop longtemps du sort du peuple de France.

Comment peut-on mettre à l’amende des citoyens refusant de voter pour une caste refusant  de payer ses impôts comme n’importe quel citoyen sous prétexte d’amnésie fiscale ?

Comment des députés, incapables de faire le ménage dans leurs rangs, peuvent-ils avoir l’outrecuidance de proposer une loi pénalisant mes compatriotes refusant de légitimer ce système ? Comment cela peut-il seulement leur venir à l’esprit ?

Parce qu’ils feront tout pour sauvegarder LEUR système !

Voilà la logique de cette proposition de François de Rugy, le coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale qui va déposer un projet de loi pour lutter contre l’abstention !

Charles SANNAT

Moi je vais voter oh que oui !  Et je donne une consigne de vote et une seule : VOTER pour les candidats Front National ou RBM ! Tous les autres se moquent de nous.
Il faut expliquer aux acolytes de Valls, Hollande, Sarkozy et toutes leurs équipes de bras cassés que la lobotomie préfrontale peut supprimer leur angoisse et la lobotomie amygdalienne empêcher la douleur qu’ils vont ressentir au premiers coups de pieds aux fesses.
Nous allons bien rire, nous ne sommes plus angoissés car nous croyons au changement, et nous luttons contre la souffrance en organisant NOTRE tissu social.

Francis NERI

13 09 15    

14/02/2015

Algérie, colonisation pétrole et humiliation.

Une chance pour la France ?
 
Au moins en Algérie avions-nous apporté des bienfaits qu’elle n’avait jamais connus avant nous : les routes, les chemins de fer, l’électricité, le téléphone, les hôpitaux, l’amélioration sanitaire de la population, etc. Je crains que les Algériens qui sont chez nous ne soient fiers que d’avoir ramené leur fraise ! On dit d'ailleurs toujours, sur un ton approbateur, des Arabes que ce sont des gens fiers. Fiers de quoi ? Question à ne jamais leur poser.
C’est à nous qu’on demanderait des justifications dans ce cas-là. Jamais à eux ! Eux sont fiers. Point final. Leur fierté se suffit à elle-même.

Ils sont fiers d’être fiers. Si fiers d’ailleurs que, comme tu as pu le constater, tout leur est motif d’humiliation et de ressentiment. Chez nous on appelle cela vanité. Parce que la vraie fierté, la vraie dignité, est d’assumer ses choix et de se prendre en charge et non pas de se carapater de son pays, surtout quand on approuve que celui-ci ait commis tant d’atrocités et de crimes pour devenir indépendant.

Tout, absolument, tout, leur est humiliation. Même les guerres gagnées, comme celle d’Algérie. Qui aurait dû se sentir humilié d’avoir dû capituler comme en rase campagne, sous la pression des Américains et des Russes qui voulaient se faire bien voir d’un pays riche en pétrole, alors que nous avions gagné la guerre au moins sur le terrain ? Nous, bien sûr : les Français, les vaincus. Eh bien pas du tout. Ce sont eux les Algériens vainqueurs qui ne cessent de nous bassiner avec leur « humiliation ».

L’Occident a rendu les Arabes fabuleusement riches grâce au pétrole qu’il a « inventé » et qu’ils lui vendent chèrement quand ils ne s’en servent pas comme moyen de chantage contre lui. Or qui se sent humilié ? Les Arabes,encore et toujours. Ils couvent et cuvent leur humiliation sur leur tas d’or noir.

Pourquoi "inventé" le pétrole ?

Parce que toute la technologie sans laquelle le pétrole ne serait resté qu’un sédiment rocheux stérile a été inventée et fabriquée par les Occidentaux « de souche », que les gisements ont été découverts par eux et que, en somme, le pétrole n’existe que par eux. C'est un cadeau royal qu'on a fait aux Arabes, en particulier aux Algériens, puisque l'indépendance est intervenue à peine les installations pétrolières en état de fonctionner. Nous n'en n'avons même pas profité. Un double cadeau même. En effet, les régions pétrolifères du Sahara n’appartenaient pas à l’Algérie, vu que ce pays n’a jamais eu d’existence ni comme nation ni comme Etat avant 1962. Merde, à la fin!

L'Algérie n'a en effet jamais eu d'existence avant l'indépendance. C'est une pure création de la colonisation

Mais alors pourquoi nous reproche-t-on d'avoir ravi la liberté à un pays qui n'existait pas? Bonne question qui n'est ni ne sera jamais posée. Quant au Sahara, il appartenait au moins autant au Nigéria, au Mali et au Maroc. C’est la France qui l'a rattaché à l'Algérie, département français à l'époque, et c’est l’Algérie qui en a hérité. L'Algérie nous doit de ce fait ses richesses et jusqu'à son existence ! Eh oui, ce pays nous doit tout mais prétend nous interdire de le signaler émoticône grin

Quoi qu'il en soit, l'humiliation, justifiée ou non, n'a jamais empêché de se retrousser les manches et de se mobiliser les neurones. Au contraire. Prends le Japon. Il n'a pas été humilié, le Japon ? Il avait perdu la guerre et reçu deux pruneaux nucléaires des Etatsuniens qui l'ont occupé pendant plusieurs années.

Dans un état épouvantable après la guerre, il ne possédait, lui, NI pétrole NI aucune autre richesse minière importante sur son sol. Malgré ça, tu as vu ce qu'il est devenu en quelques dizaines d'années ? LA DEUXIEME PUISSANCE ECONOMIQUE MONDIALE ! Et il faudrait croire à l'égalité des peuples ?

Au reste si la misère et l’humiliation étaient des excuses valables, alors il faudrait excuser les Allemands d’avoir été nazis car eux aussi les ont connues et, contrairement aux Arabes, en grande partie par notre faute à cause du traité de Versailles.

Qu’il existe des Arabes et des "musulmans modérés" (il serait plus exact de dire des gens modérément musulmans, vu les prescriptions explicites des versets médinois), qui ne feraient pas de mal à une mouche, c’est l’évidence. Toutefois les as-tu souvent entendus ou vus manifester contre les crimes atroces de leurs coreligionnaires ?

- Non, pas vraiment.
- Ce sont surtout ces crimes qu'ils condamnent avec "modération", plutôt que de s'en indigner sans ambiguïté. Et puis qu'ils soient la majorité, après tout, on n’en sait strictement rien. Ce n'est qu'un préjugé favorable car on ne peut sonder le coeur ni l’esprit d’un milliard et demi de personnes. Pas même de six millions. *On ne peut que s’en tenir aux apparences et les apparences révèlent que la violence est plus grande dans les sociétés arabo-musulmanes que dans les autres*.
D’ailleurs cette notion de minorité ne veut rien dire : ôte les femmes, les jeunes enfants, les vieux, les malades et les infirmes, il ne reste toujours qu’une minorité violente, même dans les sociétés qui le sont le plus.
En réalité, le problème n’est pas de savoir si seule une minorité est ceci ou cela, mais si sa proportion est plus importante que dans la plupart des autres cultures. D’ailleurs on peut se demander si les identités culturelles ne sont pas imprimées, déterminées, par des minorités significatives. Par exemple, les savants et les chercheurs sont très minoritaires en Occident par rapport à la population, pourtant cette minorité est infiniment plus importante en proportion que dans tous les pays non occidentaux, musulmans en particulier. Elle est donc significative de la culture occidentale.

Les féministes aussi ne sont qu’une minorité en Occident, mais cette minorité est plus importante en proportion que dans tous les autres pays. Elle est donc significative aussi de la culture occidentale.

On dit par ailleurs que les immigrés d'Afrique du Nord ou subsaharienne sont une chance pour la France, une richesse. Que n’ont-ils choisi alors d’être d’abord une chance pour leur patrie d’origine qu’ils aiment tant et que n'y retournent-ils pour l'enrichir!
Quelle chance pourraient-ils être pour une France qu’ils détestent alors qu'eux ou leurs pareils ont plongé les pays qu’ils vénèrent, pays très riches je le répète, dans la faillite ?

Quels sont d'ailleurs les pays de jeunes qui ne sont pas dans le gouffre ? Ce sont les pays de vieux qui sont inventifs, créatifs et dynamiques et ce sont les pays de jeunes qui sont dans la misère économique, intellectuelle et morale ; une misère si grande que la jeunesse ne pense qu’à fuir vers les pays de vieux.

Contrairement au cliché à la mode, une population jeune est davantage un handicap qu’un atout. Du reste, leurs récriminations permanentes s’accommodent mal de cette idée qu’ils seraient une richesse. Au contraire, ils apparaissent bien plus incapables que les étrangers venus avant eux et qui ont su s’en sortir sans jamais rien demander, là où eux en veulent toujours plus, n’en n’ont jamais assez pour un résultat globalement affligeant. Pour le moment, la richesse, c’est nous qui la dépensons pour eux. L’argent que la France met dans ces banlieues des deux Afriques est pharamineux. Ces quartiers et les établissements scolaires qui en font partie regorgent d’aménagements de tous ordres pour occuper les "jeunes". Mais au lieu de s’en réjouir, ils les démolissent ou les brûlent, et après, comme pour les HLM, se plaignent que rien n’est fait pour eux.ation

Désolé. C’est plutôt la France qui était une chance pour eux. Une chance qu’ils ont lamentablement ratée. Au fait, comment se fait-il que ceux qui en France vantent avec le plus d’enthousiasme cette « richesse » issue de l’Afrique, sont les premiers à s’en tenir soigneusement à l’écart ?
Pour en laisser généreusement le voisinage au populo ?

François Paganel