Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2016

Le syndrome de Stockholm

Il n'est un secret pour personne que cette curieuse manie de gagner beaucoup en en foutant le moins possible, est une tradition humaine universelle.
Certaines races animales se comportent d'ailleurs de la même façon. Le lion roupille pendant que la lionne chasse, par exemple !...

Cette bonne vieille loi consiste à fabriquer une hiérarchie, convaincue de former une "élite». Cette dernière regardant avec plaisir se constituer les richesses mondiales produites par ceux qui, exclus de cette confrérie, s'échinent à la constituer malheureusement avec la pauvreté comme tout salaire, produite souvent, il faut l'admettre, par l'effort, la fatigue et la douleur.

Ce qui est amusant aussi de constater... les cocos et les Socialos et les autres (qu’il ne serait pas correct d’exclure) qui dénonçaient en cœur cette évidente injustice, se sont très vite aperçus qu'en créant une hiérarchie partisane, ils obtenaient aussi un possible accès, au pactole à ce point alléchant.
Réaction normale à partir du moment où les contestations, les réprobations, les soifs de justice, se font nombreuses, pressantes et pesantes... alors, face à ces trublions décidément bien inopportuns, difficilement déquillables, organisés eux aussi en hiérarchie... les élites, un peu dépitées quand-même, acceptent que les nouveaux venus viennent se goinfrer dans la même mangeoire, que les couillons qui n'ont toujours pas encore compris, continuent inlassablement de remplir.

Il est remarquable aussi de contempler avec, tout de même une certaine amertume, que le sentiment d'être "cornuto e contento" reste très fortement ancrée dans les gènes de la classe laborieuse qui n'a de cesse d'en redemander encore et encore !...Plus grave encore... elle nourrit une certaine admiration pour ceux qui la prennent pour une vielle pute à tourner et retourner dans tout les sens.
Le syndrome de Stockholm...sans doute !...

Claude Allard
________________________________________

10/01/2016

Information et communication

Une information alternative est essentielle, mais pas seulement, une bonne partie des Français votent par exemple pour l’UMPS par pure désinformation orchestrée par les médias.

Or ces partis mènent des politiques profondément néfastes pour le peuple. Il ne s’agit pas seulement de l’immigration massive qui vise clairement le remplacement du « cochon Français » par une main d’œuvre moins chère, sous éduquée, facilement manipulable, plus docile…

La politique économique basée sur un endettement irresponsable est aussi néfaste. La mondialisation incarnée par l’UE avantage la grande finance, les riches et les banques tout en détruisant les plus faibles. Les agriculteurs, les petits commerçants, et plus généralement les petits acteurs économiques sont littéralement exterminés par cette politique. En France un agriculteur se suicide tous les deux jours !

Les Français ignorent encore la catastrophe qui les guette car tout simplement les médias leur mentent et les manipulent  à longueur de journée.
Il n’y a pas d’autre part de communication sans une « information retour ». En fait celui qui reçoit une « information » supposée non manipulée doit pouvoir « rétroagir » sur cette information.
C’est à dire la commenter, la discuter, la confronter avec d’autres informations, les relier entre elles et porter sur elle SON regard …pas celui des « manipulateurs » d’opinion.
C’est ce que nous devons nous efforcer de faire sur « facedebouc ».

Par exemple j’écris : … « ces partis mènent des politiques profondément néfastes pour le peuple »…. Je donne UNE information, mais j’énonce aussi ce que je crois être une vérité …à vous de VERIFIER si j’ai tort, raison, ou les deux à la fois.
Une proposition pouvant être vraie ou fausse, non pas en raison de son rapport logique à des « évènements » tenus pour assurément vrais, mais selon des observations où subsiste une incertitude.

Allez faites marcher vos neurones et ne tenez assurément pour vrai que ce qui est vérifiable …

Francis NERI
10 01 16

29/12/2015

L’Histoire s’accélère

Arrêtons d’aimer nos bourreaux.

La révolte grecque de Tsipras contre la dictature européenne et mondiale (FMI) a échoué.
Le Hongrois Victor Orban se tait depuis les menaces européennes d’éventuellement exclure son pays de l’UE.
Les souverainistes polonais remettront bientôt le drapeau européen à coté du leur.
Les deux compères corses commencent à dévoyer l’indépendantisme vraiment national à la Orsoni…

La fonderie du parti unique européen, sait lisser les différences politiques et les velléités identitaires sous le laminoir de la capitulation généralisée, et de manière assez abrupte, c’est le « laisser faire » qui s’impose finalement.

Les faits d’Ajaccio se sont produits à Pau, puis à Thionville.

Synonyme de dépérissement de notre Nation, les élites vont à la soupe et nous le peuple, après 40 ans de stratégie du voleur chinois, nous habituons petit à petit à l’inacceptable.
Par « chance », nos amis corses viennent de subir la première attaque de ce type en Corse, alors que ces actes relèvent presque du quotidien en métropole.

Que n’ai-je vu des milliers de français, fiers et déterminés arborant notre drapeau national, arpentant d’un pas ferme les routes menant aux cités qui érigèrent des pièges contre les pompiers ou la police ? Les émeutes de 2005 représentent à elles seules ce que la Corse ne vivra pas en 5 siècles…
Reste-t-il un espoir ?

Je n’espère plus qu’une annonce en écoutant la radio le matin, un Général, ou même un quarteron d’active, qui saurait figer ce merdier avec ses troupes, avant qu’il ne dégénère.

Patrick Escudié

29 12 15