Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/05/2014

Destruction mentale

J’ai lu ceci quelque part et je l’ai trouvé « signifiant ». Alors j’ai développé un peu en créant des liens comme d’habitude.

« Le pessimiste s'enfuit parce qu'il sait que le loup arrive.

L'optimiste reste sans s'en faire et se fait bouffer par le loup.

L'opportuniste invite le loup à un dîner d'affaires et en sort habillé d'un superbe manteau en peau de loup. »

C’est donc à chacun sa mère, sa mission, son rôle ou son karma. De la destruction mentale organisée. Les moyens mis en œuvre pour cette destruction, sont considérables : un immense délire, prétexte à prétention morale, a submergé la parole humaine et les loups sont massivement créés pour permettre la domination des opportunistes.

On peut évoquer et évaluer le résultat de ce viol psychique d’une population faite :

  1. De pessimistes qui jamais ne s’engagent autrement que pour leurs intérêts propres et vont chercher ailleurs ce qu’ils ne trouvent plus chez nous : leur profit. 
  2. D’optimistes qui non seulement ne font rien mais facilitent l’approche des loups sous prétexte que la culture loup vaut bien la culture agneau. L’agneau de toute façon étant coupable, ou bien son frère, ou encore son ancêtre comme chacun sait.
  3. D’opportunistes, ceux qui ne croient plus qu’au droit, le leur, aux règles, les leurs et au devoir celui des autres. Des mots comme morale, empathie, éthique, altruisme, n’ont de signification que s’ils peuvent les utiliser à leur profit et désarmer leurs adversaires. Ils espèrent bien bénéficier de la présence du loup qui est leur invité pour régler leur compte aux optimistes s’éveillant à la conscience, et qui seraient tentés de résister, se révolter, sortir du rang. Enfin, ils savent qu’ils pourront sans problème rattraper les pessimistes sachant qu’ils ne peuvent aller très loin.

Mais les opportunistes au faîte de leur puissance et de leur « raison » ont-ils bien mesuré la nature de l’enjeu ? Les loups une fois Paris envahis, vont-ils se laisser transformer en manteaux ?

La créature n’échappe t’elle pas, le plus souvent, à son créateur et ne se retourne t’elle pas contre lui lorsque ce dernier veut l’éliminer n’ayant plus besoin d’elle ?

Bien sur L’Homme résiste et depuis bien longtemps, mais face aux temps que nous vivons il est devenu anachronisme :

« Il se sait un foyer, mais il ne sait guère où,

Il dit qu’il est si loin

Qu’il n’a plus souvenir du chemin qui y mène. »

(Tiré du poème de Vaughan L’Homme) 

Et les « Opportunistes » savent que les « anachronismes » doivent être supprimés en priorité !

L’histoire nous montre, inlassablement, qu’il faut payer le prix du sang pour sortir de l’impasse dans laquelle nous nous trouvons et chacun est en partie responsable, qu’il soit pessimiste, optimiste, opportuniste ou loup. 

Je dirai même que celui qui paye le prix le plus élevé c’est souvent le loup qui, à tort ou à raison, a toutes les chances d’être exterminé.

Les islamistes devraient y réfléchir à deux fois avant de faire leur « Jihad » !

Quand aux « autres » je leur conseille d’acheter un livre survivaliste, et à s’entrainer, sauf miracle, au sens strict du terme, ils en auront probablement besoin.

En attendant la 25 eme heure nous pouvons aller voter demain. Nous Français, avons droit à 70 députés. Marine Le Pen en espère 17 …sur 700 !

Souhaitons-nous bonne chance.

Francis NERI

24 05 14

 

15/04/2014

Insuffisance de régulation et de contrôle

Nous sommes confrontés aux déficiences de régulation et de contrôle du système international.

Ce constat, fait depuis un certain nombre d’années par des analystes systémiciens, entre de plus en plus dans la pratique du plus grand nombre.

Cette prise de conscience inquiète une élite mondialisée et à juste titre. C’est son véritable pouvoir qui est en cause.

Les peuples en prennent  conscience et s’interrogent sur les conséquences des interdépendances d’un monde multipolaire aux choix imprévisibles.
Un monde qui est redevenu celui des interactions fortes entre les nations, entre les domaines d’activité et entre les pratiques.

« Rien ne se fera plus que le monde entier ne s’en mêle » prédisait déjà Paul Valéry  

Il est temps effectivement que les peuples s’en mêlent.  Le Système mondial n’est plus régulé naturellement. Les élites le savent et sont consciemment responsables de ce déséquilibre.

Nous sommes devant un choix historique : soit nous nous chargeons de réguler et de contrôler le système mondial, soit nous laissons la « nature le faire »

Si nous ne voulons pas subir le sort des Dinosaures et survivre en tant qu’espèce. Il nous faut réguler le système et pour cela, le contrôler, c'est-à-dire en  appréhender (comprendre) le fonctionnement.

L’indépendance dans l’interdépendance définie, pour la France, les Européens et le monde, l’objectif à atteindre. C'est-à-dire la faculté de choisir dans le domaine des possibles.

Nous voyons bien que les systèmes auto-organisés engendrent des déficiences de contrôle qui les rendent incapables de surmonter les défis qu’ils ont eux-mêmes engendrés (la finance avec la crise des subprimes par exemple )

Les réponses aux défis deviennent incohérentes car ces systèmes sont incapables d’apprendre des nouveaux comportements qui seraient plus efficaces.

Cette inaptitude au changement se résume à une seule hypothèse, celle d’une triple déficience de contrôle : au niveau de l’individu, au niveau des systèmes politiques, au niveau du système international.

Je considère que c’est au niveau de l’individu et de ses pratiques que nous pouvons intervenir en particulier à partir des attitudes et des comportements.

Il nous faut d’abord envisager et accepter que la plupart des gens ne soient pas prêts à être débranchés de la « Matrice » qui leur sert la soupe. Beaucoup d’entre eux sont étroitement dépendant du système et ils vont se battre pour le protéger.

Donc, pas question de leur dire qu’il faut abattre le système, mais leur démontrer que ce sont les pratiquants actuels et leurs pratiques qu’il faut remplacer. Ceux  qui l’utilisent à leur profit exclusif, qui le dévoient, et qui nous empêchent de le faire évoluer.
Nous devons inventer d’autres pratiques et confier leur mise en œuvre aux pratiquants qui les ont « inventés ».

L’individu une fois en position de « changement » dans ses attitudes, ses comportements et ses pratiques, changera les politiques, et les politiques changeront alors les pratiques au sein  Système.

 Je ne vois pas d’autre méthode possible qui permette à l’espèce humaine de prendre en charge son avenir, sinon la guerre et l’auto-destruction des individus, des groupes et probablement de l’espèce        

15 01 14

Francis NERI

Président de l’IESE

Membre du Collectif Racines 

05/03/2014

Défendre la famille

« Défendre la famille et les droits de l'enfant aux municipales c'est agir sur le péri scolaire, s'occuper d'éducation, de socialisation et d'assimilation à partir des trois pôles de l'Education de l'enfant : la famille, l'école, les associations et institutions du temps libre. Les faire agir ensemble et en cohérence ! »

Il n’y a, comme d’ailleurs pour d’autres éléments à considérer qu’une vraie réponse à la crise sociétale, à la destruction du lien social : la reprise en main de l’éducation, de la formation, de la socialisation. Bref remettre en marche l’assimilation.

Pour cela, nous avons à redéfinir ce qu’est notre culture, notre identité. Dire pourquoi et comment, inculquer nos codes, nos valeurs, nos éléments de vie qui font que nous ne sommes pas habitants du désert ou de l’Afrique équatoriale. Nous aurons à dépasser, en quelque sorte mai 68, Cohn Bendit, Jean Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Françoise Dolto, Mérieux, les IUFM, le pédagogisme et 50ans de culture socialiste et mondialiste.

Mais pour cela, il nous faut avant toute chose reprendre le pouvoir à ceux qui le détiennent ; car inutile de compter sur eux qui, depuis au moins 40 ans se succèdent à la tête du pays. Ils sont responsables du problème, ils ne peuvent faire partie de la solution.     

Francis NERI Président de l’IESE

Institut Européen de socialisation et d’Education

L’IESE soutient l’initiative du « Collectif Racines »