Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/10/2014

Le phénomène migratoire

Pour des raisons essentiellement démographique (7 à 8 enfants par femme) gérer les migrations de main-d’œuvre, économique et politique par l’intégration et le développement en Afrique sub-saharienne est un vœu pieu. 

Surtout si l’on entend résoudre le problème posé par l’immigration Musulmane et d’Afrique de l’Ouest en France par la « remigration ».

Les flux migratoires en provenance de l’Afrique sub-saharienne à destination de l’Europe via le Maghreb ont considérablement augmenté provoquant des drames humains considérables qui tournent de plus en plus souvent au massacre dans certaines régions où la présence Islamiste est conséquente.
 
Les pays du Maghreb sont dans l’incapacité de mettre en place des réponses politiques adaptées en tant que pays d’accueil, de transit et de départ et, pour notre sauvegarde, nous devrions observer avec la plus extrême attention les systèmes de conflits et enjeux sécuritaires entre l’Afrique de l’Ouest et les pays du Maghreb.

Il m’apparaît de plus en plus évident qu’une épuration ethnique et raciale est en cours et que les causes sont d’origine économiques, démographiques, culturelles et cultuelles.

Le succès de la reprise en main de l’Afrique de l’Ouest par les Islamiste me paraît à terme inévitable sans intervention en force de l’Occident. Elle préluderait à une invasion des pays Occidentaux, la France serait en première ligne et une guerre dévastatrice serait inévitable. C’est la raison pour laquelle je persiste à penser que la  « remigration » est une bonne formule, à la condition qu’elle s’accompagne d’une re-colonisation de l’Afrique de l’Ouest afin d’y imposer nos règles, nos codes, nos lois, en commençant par une stricte régulation des naissances.

Francis NERI

08 10 14      

07/09/2014

Fondamentaux

Revenons à Laplace (pour l’exemple) et ses trois éléments en interaction dynamiques (Terre, Lune, Soleil). Eléments qu’il choisit judicieusement pour ses analyses prospectives…c’était je crois la position de la Lune dans le temps et dans l’espace par rapport à l’influence de la Terre et du soleil sur elle.

Considérons la situation actuelle…que chacun, selon son degré d’optimisme, voit  « pas désespérée mais presque ».

Nous avons trois possibilités une fois que l’essentiel parvient à notre conscience : La lutte, la soumission, la fuite. Que celui ou celle qui voit une autre réponse possible me fasse signe…çà m’intéresse car je pense que les hommes et les femmes ont selon leur biologie des attitudes et des comportements très différents et la plupart du temps complémentaires.

Je dis la plupart du temps car Belkacen se mêle de nous uniformiser et elle va y parvenir !

Je disais donc : faisons interagir ces trois possibilités.  J’entends par là estimer le pourcentage de gens qui sont respectivement pour une réponse ou une autre sur également trois « sujets » : Economie, immigration, culture ; qui sont également en interaction réciproques.

Je vous fais grâce des détails :

Les gens qui ont fait leur choix de manière consciente, raisonnée et se sont organisés.            

Les gens qui sont des éternels candides, ne voient rien venir, ne voient pas la nécessité de choisir et vivent dans leur bulle spatio-temporelle personnelle.                                          

Les gens qui sont à l’origine de la « situation » et ne veulent qu’une chose « que çà doure »

Et revenons aux fondamentaux :

Quels sont mes (nos) intérêts vitaux ?

Quels sont mes (nos) ennemis ?

Devons nous les combattre, Avec qui ? Comment ? 

Trois questions comme exemple !

L’Islamisme est-il notre ennemi ?

L’UE actuelle est-elle notre ennemie ? Les marchés financiers sont-ils nos ennemis ? 

Et une réflexion d’ordre général : « De vastes régions du monde qui n’avaient jamais adhérées à notre vision occidentale s’y opposent à présent avec violence » A quoi faut il s’attendre de leur part ? Doit-on les combattre ? Doit-on remettre en question notre vision du monde ?  

J’estime à 5% les partisans de la lutte !

J’estime à 25 % les partisans de la fuite !

J’estime à 70 % les partisans de la soumission !

Selon moi les jeux sont fait pour ce qui concerne la France et l’Occident en temps que tel ! Mais comme disait l’autre…Il n’est pas nécessaire …. Qu’en pensez-vous ?

Francis NERI

07 09 14

28/08/2014

Souveraineté populaire et démocratie

Etymologiquement, "démocratie" signifie "le pouvoir au peuple", autrement dit la participation de tous les citoyens aux décisions sur les sujets d'intérêt collectif. L'origine grecque du mot s'explique par l'importance historique de l'exemple donné par la démocratie athénienne dans l'Antiquité. Tous les citoyens d'Athènes étaient amenés à se réunir pour décider de la gestion des affaires communes.

Les notions de "démocratie" et de "souveraineté populaire" sont pratiquement synonymes, à condition de ne pas assimiler la souveraineté populaire au seul principe du suffrage universel, qui ne suffit pas à garantir un mode démocratique de gouvernement, du fait, par exemple, que les candidats à la gouvernance ont depuis longtemps pris conscience qu’il suffisait de désinformer et de "déséduquer" un peuple pour le priver de sa souveraineté et de faire une fois au pouvoir l’inverse de ce sur quoi ils se sont engagés.

Le Président Hollande en est le dernier et le parfait exemple.

Cela conduit à souligner l'importance de la nature de l'information transmise par le système éducatif et par les médias aux citoyens et aux futurs électeurs.

Cela pose aussi la question de la place des minorités, et de leur importance compte tenu, au mieux de leur faible poids électoral, au pire, de leur absence totale de participation à la vie politique.

L’exemple de l’absence totale d’influence politique du Front National sur le « système » est éloquente.

Enfin, le droit de vote des étrangers par exemple, reste une menace sur la souveraineté nationale. Agitée périodiquement par les tenants du multiculturalisme et du mondialisme qui, en cela, souhaitent « diluer » la souveraineté populaire et nationale pour mieux la manipuler et « transformer » le peuple de France.

Celle-ci doit rester assimilée à la souveraineté nationale si l’on veut conserver l’essence même de l’identité et de la « qualité intrinsèque » d’un peuple.

Cela pose aussi la question du « retour » de l’information (rétroaction) qui dépend de la « qualité » de celle-ci et non pas de sa quantité.

La manipulation de l’information, de l’éducation, de la réalité historique, ont atteint un tel niveau de désinformation que nous pouvons considérer que c’en est fini de la démocratie et du peuple souverain.

En conclusion, nous pouvons affirmer, avec force et conviction, qu’il nous appartient, après avoir libéré la France de ses oligarques, de libérer les médias et l’éducation nationale.

Notre premier devoir serait d’apprendre au peuple à DISTINGUER, à porter sur les choses, les gens, les événements SON regard et ensuite SA main !

Je rappellerai donc, une nouvelle fois, un des « NON AXIOME » du Systémicien : « S’élever pour mieux voir, relier pour mieux comprendre, distinguer pour mieux agir »

Francis NERI
28 08 14