Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2016

Science fiction

Tout juste bonne à rassasier l’imagination des naïfs et des jobards pensent certains.

Pour moi, elle est « la voie royale conciliant l’imaginaire et la raison, vers une appréhension critique d’un futur impossible à prévoir en toute rigueur. »


C’est en lisant un livre de science fiction (le monde des Non-Aristotéliciens) que je découvrir la sémantique générale, l’approche systémique et l’école de Palo Alto. Et ce ne fut qu’un commencement.  

Lisez de la science fiction, vous découvrirez que les fondements les plus surs de notre existence sont en définitive aléatoires et fragiles et…également comment le « principe de Carnot » nous laisse beaucoup, mais alors beaucoup de temps pour nous en sortir en tant qu’individu, groupe et espèce.

Francis-claude Neri

07 10 16   

05/10/2016

Comprendre la culture

L’essentiel, pour ce faire, après avoir identifié les éléments qui la composent, c’est d’appréhender la façon dont les éléments s’articulent entre eux.

Idem pour une organisation, une structure sociale.
Idem pour tout système, y compris un système humain, individu ou groupe d’individu.

Connaître sa structure et son organisation c’est la clé de la compréhension du « comment » fonctionne un système, comment le manipuler.
Le pourquoi étant secondaire sinon superflu !

L’homme est un animal particulier. Ce n’est pas son cerveau, pas seulement, qui fait la différence entre les hommes, entre autres.
Encore que celui-ci a un rôle à jouer, mais plutôt sa tendance à symboliser qui le fait porteur de culture.

Or la culture est un processus d’apprentissage. Elle doit être apprise et absorbée et, les humains doivent apprendre à apprendre toute leur vie.

La question épineuse, c’est lorsque la culture, toute la culture, scientifique, organisationnelle, pédagogique, thérapeutique etc. atteint un tel degré de complexité qu’il est impossible à une seule personne de l’assimiler toute entière.
Il s’agit, pour celui qui prétend accéder à un certain niveau culturel, à l’essence de la culture, sinon à l’essentiel, d’élaguer la culture, la réduire au strict nécessaire à ce qui lui est strictement et spécifiquement nécessaire.

Eliminer ainsi sa culture présuppose la prise de conscience de l’essence de la culture qui est un processus d’apprentissage, le produit d’une histoire arbitraire, et non la façon juste ou pas de faire correctement les choses, d’instinct par oppositions aux autres façons qui seraient erronées.
Répandre cette idée dans tout un peuple est de la plus grande difficulté.

Je pose donc la question :
Face aux cultures envahissantes qui nous bousculent, qui veulent nous dominer et prendre notre place, que devons nous conserver d’essentiel de notre culture occidentale ?
- Le consumérisme ?
- Le système financier ?
- Le système militaro-industriel ?
- La globalisation libérale ?
- L’Etat nation ?

- Autres ?

Et pourquoi pas : que devons nous adopter ?

Or, chaque groupe social est unique par la  juxtaposition de ses éléments constitutifs et par les valeurs dominantes donnant vie à la culture.
En conséquence, un groupe social ayant essentialisé sa culture est fragilisé face aux peuples plus  « barbares » ou /et sera détruit par une société techniciste, marchande, impériale, belliciste.

Est-il pour autant désarmé ? Ne s’agit il pas, une fois maitrisé le processus de culturation, quelles graines semer dans les autres cultures en mal de conquêtes pour qu’elles produisent à peu prés n’importe quel résultat désiré. N’importe qu’elle attitude et n’importe quel comportement par la manipulation de leur culture et, transformer un ennemi en allié ou le faire se déchirer par la guerre civile.

Tenez çà me rappelle quelque chose …le N.W.O. pas à vous ? 

Francis-claude Neri

05 10 16    
 

01/10/2016

Démographiquement votre.

Le véritable enjeu Renaud Camus le décrit depuis un bon moment : le grand remplacement...il n'est pas, et plus, le seul à le faire, car c'est aussi un problème démographique et les biens pensants se sont engouffrés dans la faille de la "dénatalité" européenne en justifiant l’immigration, en particulier maghrébine et d'Afrique Occidentale. Les musulmans en particulier expriment clairement  leur volonté de nous remplacer par le "ventre de leurs femmes"

Il y a beaucoup à dire sur la responsabilité individuelle de nos femmes intelligentes et cultivées qui mettent au monde moins ou pas d'enfants du tout alors que les peuplades invasives produisent plus de personnes moins stables, moins intelligentes et moins compétentes qui menacent notre avenir.

C'est de cela qu'il nous faut parler et sur la manière d'y remédier par un plan démographique national énergique à l’exemple de la Russie.

C'est cela qu'il faut opposer aux candidats qui sollicitent nos suffrages :

  • Que ferez-vous pour faciliter la naissance d'enfants occidentaux ?
  • Que ferez-vous pour limiter drastiquement la naissance d'enfants de l'immigration arabo-musulmane et Africaine ?

Francis-claude Neri

01 10 16