Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2015

Le multiculturalisme 


II est le lien idéologique qui unit la gauche mondialiste avec les prédateurs du Nouvel Ordre Mondial. Ce qu’il ne faut pas oublier de nommer tout en déclinant et en faisant le lien avec la religion islamiste. 
Les trois pôles de la TRIPLICE infernale sont à nouveau reliés. 
J’espère bien qu’ils ne seront plus jamais dissociés dans l’esprit des Français, car c’est en isolant les termes de l’équation, et donc en ignorant les interactions entre eux, que nos adversaires nous manipulent.
La société multiculturelle est une dangereuse utopie. Sa mise en œuvre en France par la gauche, avec la droite complice, est responsable du désastre culturel des jeunes générations et ce depuis au moins 1968. 
Date à partir de laquelle les pervers qui nous gouvernent ont commencés à détruire les fondements même de notre identité ; sachant parfaitement que mémoire et identité c’est en fait la même chose. 
C’est donc un crime avec préméditation qui devrait être puni de la peine capitale…si elle existait encore en France. 
La société multiculturelle n’a jamais fonctionné et ne fonctionnera jamais, tout au moins sans une modification profonde du génome humain. 
C’est en plus un piège mortel qui nous condamne à la violence sociétale et à l’effondrement de toute forme d’organisation sociale.
Faire cohabiter ensemble dans le même espace, le même contexte, la même bulle temporelle des communautés culturelles et cultuelles différentes, avec des attitudes et des comportements si différents est un CRIME majeur. 
Le faire en plus alors que les migrants refusent massivement toute forme d’assimilation ou même d’insertion à la culture autochtone relève d’une intention génocidaire. 
La paix et la prospérité sociale ne tient pas seulement à un meilleur partage des richesses et à la destruction d’un « libéralisme » économico-financier prédateur, mais à laisser vivre ensemble des communautés ethniques renvoyant aux origines communes, histoires communes, et en même temps à une culture commune. 
Francis Neri
18 11 15

13/11/2015

Mémoire et Identité

« Mettons nos cerveaux en réseaux »

Le langage fait émerger des comportements collectifs. C’est un outil dont dispose l’espèce humaine pour développer les interactions entre les individus. Il est de ce fait un vecteur des comportements, il participe de la construction des attitudes.

Il infléchit ces attitudes et ces comportements. 

L’homme marque sa différence avec les animaux supérieurs, non par sa base génétique, mais par sa capacité à s’approprier des acquis culturels qui altèrent - inhibent ou renforcent- les mécanismes innés du comportement.
C’est là que nous voyons l’importance de nos acquis culturels qui à travers le langage se font ou se défont à partir des outils de communication que nous possédons.
Le WEB en est un, face de bouc par exemple, mon blog et mon email pour ce qui me concerne. Pour l’instant ils peuvent encore nous permettre, comme jamais il n’a été possible, de « mettre nos cerveaux en réseau » afin de se remettre en phase avec nos acquis culturels nés de la combinaison de l’inné et de l’acquis qui a fait de nous ce que nous sommes dans un territoire et un contexte donné.

Acquis culturels qu’il nous appartient de remettre en cause s’ils nous paraissent inadaptés.
Mais en aucun cas nous ne permettrons à des « remplacistes » de nous imposer leur culture de mort.
Il est encore utopique d’envisager de leur part des modifications techniques du patrimoine de l’espèce, mais cela va venir et plus tôt qu’on ne le pense à mon sens.
En revanche, j’observe que la technique permet une transformation très rapide des acquis culturels et nos ennemis ne s’en privent pas afin de nous réduire dans le chaudron d’une masse culturelle unique et interchangeable.
Notre seule chance c’est de lutter sur ce terrain et avec la même arme : la communication, celle qui organise, enseigne et soigne, pas celle du marketing de masse et des manipulateurs du comportement.

Les réseaux sociaux peuvent nous aider, à nous de savoir les utiliser à notre avantage : et pour commencer, « mettons nos cerveaux en réseaux » et en cohérence sur des objectifs communs.

 

Francis NERI

13 11 15   

 

12/11/2015

La complexité du monde

La complexité…est encapsulée.

La chercheuse et ethnographe américaine danah boyd (Wikipédia, @zephoria) rappelle que pour elle, l’internet était un “portail vers la complexe société interconnectée dans laquelle nous vivons”.
“Je regardais les activistes utiliser la technologie comme un levier pour connecter les gens d’une manière nouvelle, alors que les gens du marketing utilisaient ces mêmes outils pour manipuler les gens pour gagner de l’argent.
J’ai arrêté de croire alors que la technologie seule pourrait produire l’illumination”. “A mesure que les outils sont devenus plus populaires et se sont répandus, ce qui était en jeu n’était pas la réalisation des désirs idylliques des premiers développeurs, mais une complexité de pratique qui ressemblait plutôt au bordel de la vie quotidienne.”

Je pose la question : pourrons nous un jour « mettre nos cerveaux en réseaux » pour nous connecter « de manière nouvelle » et non pas au bénéfice des « activistes » ni de celui des multinationales de la consommation, du NOM ou encore des divers complexes militaro-industriels ?

Francis NERI
12 11 15