Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2015

Simple rappel !

“La France est en train de trahir Israël, comme elle a trahi les Tchèques en 1938” (ndl: et les Polonais du 1er Septembre 39 au 10 Mai 40)

Un peu comme elle a trahi la Tchécoslovaquie au bénéfice des Nazis, la France veut contraindre Israël à abandonner des territoires, rendant en réalité un fier service au Hamas, au Jihad islamique et à l’État islamique.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, à l’intention de soumettre au Conseil de Sécurité de l’ONU une résolution proposant un cadre de négociation pour la résolution du conflit israélo-palestinien. Selon ce cadre, les lignes de 1967 deviendraient la base de négociation des frontières entre Israël et le futur État palestinien.
En d’autres termes, Fabius, et son supérieur, le président François Hollande, veulent qu’Israël abandonne les territoires de Judée et de Samarie qui reviendraient aux Palestiniens. Le fait que le contrôle de ces territoires soit considéré comme de la plus haute importance pour la sécurité d’Israël par le gouvernement démocratiquement élu de ce pays, leur semble tout à fait négligeable.
Ils ne font pas beaucoup d’efforts pour de trouver une solution à l’effusion de sang interminable qui se poursuit en Syrie, en Irak, en Libye, au Yémen. Ils prétendent que c’est parce qu’ils ne savent pas comment traiter ces problèmes.
Mais en ce qui concerne le conflit israélo-palestinien, ils affirment qu’ils savent exactement quelle est la solution, et ils n’ont aucun scrupule à l’imposer à Israël. « Il est nécessaire d’aller de l’avant pour trouver une solution à ce problème, » annonce Fabius non sans grandiloquence.
Il y a 77 ans, à Munich, le premier ministre français Édouard Daladier croyait également, en toute confiance, qu’il détenait la solution à la crise germano-tchécoslovaque qui se préparait à l’époque. Il affirma au malheureux premier ministre tchèque Édouard Bénès que la zone des Sudètes pouvait être remise à l’Allemagne, bien que le gouvernement démocratiquement élu de son pays la considérait comme essentielle pour sa défense.
Sa position était soutenue par le ministre français des Affaires étrangères Georges Bonnet. Ils étaient en parfait accord avec Neville Chamberlain et son premier ministre, Viscount Halifax. La suite de cette tragique histoire est bien connue. On serait ravi si Hollande et Fabius réalisaient qu’ils sont en train d’emboîter le pas à Daladier et à Bonnet.
Ils ne sont pas les seuls. A Bruxelles, les bureaucrates de l’Union européenne font actuellement tout leur possible pour promouvoir la position de Fabius auprès des autres États membres. Parmi eux, on peut même trouver la République tchèque et la Slovaquie, qui ont désormais oublié leur amère expérience du passé.
Tout comme Chamberlain et Daladier, qui soulignaient sans cesse qu’ils avaient à cœur les meilleurs intérêts de la Tchécoslovaquie, Hollande et Fabius affirment qu’ils ont les meilleures intentions, et qu’ils ont à cœur les intérêts d’Israël. Ils sont convaincus eux aussi, qu’ils savent mieux que le peuple d’Israël ce qui est bon pour lui.
Hollande et Fabius sont si sûrs d’eux-mêmes qu’ils refusent de comprendre que si Israël se retire de Judée et de Samarie, ce ne sera en aucune manière la fin du conflit israélo-palestinien. De nouvelles revendications hostiles à Israël seront mises sur la table par le Hamas, le Jihad islamique et toute une série d’organisations terroristes qui prétendent représenter les Palestiniens.
Le président Mahmoud Abbas, que Hollande et Fabius pressentent comme le futur négociateur palestinien, sera probablement renversé dès qu’il ne bénéficiera plus du soutien de l’armée israélienne dans son fief. Et le vide laissé par une évacuation israélienne sera vraisemblablement rempli par le Hamas, et peut-être même par les combattants de l’État islamique qui considèrent cette zone comme faisant partie du Califat islamique qu’ils ont créé et qui a l’intention lui aussi de placer le territoire de l’État d’Israël sous son contrôle.
Quelle glorieuse fin du conflit israélo-palestinien ce serait. Ce serait l’enfer, et à ce moment-là Hollande et Fabius admettraient probablement qu’ils n’avaient pas de solution à ce conflit. Mais le mal serait fait.
Avant d’appeler Israël à se retirer sur les lignes d’armistice tracées par les armées israéliennes et jordaniennes en 1949, un armistice violé par la Jordanie en 1967, Hollande et Fabius seraient avisés de réfléchir encore avant d’emboîter le pas à Daladier et à Bonnet.
Titre original : France is selling out Israel – just like itabandoned Czechs in 1938
Auteur : Moshe Arens, ancien ministre de la Défense et des Affaires étrangères d’Israël
Première publication: Haaretz, le 4 mai 2015 (ndl: journal de la Gauche israélienne !!!!!????)

Traduction : Jean-Pierre Bensimon

Un ami "facedebouc" est il intéressé par le sujet, ait envie de le porter, de le développer et d'en faire une prise de position au cours de la campagne présidentielle de 17 ...avec au passage un test aux régionales ?

Francis NERI

27/05/2015

Immigration musulmane et Europe

Il faut remonter au début de l’immigration musulmane, voulue par le patronat et par nos dirigeants, dans les années 70 (immigration contre main d’œuvre et pétrole),  pour comprendre l’étendue de la faute commise par ces derniers.
Faute lourde dont les peuples n’ont pas fini de payer les conséquences. Les peuples, pas leurs dirigeants à l’exemple de Valérie Giscard D’Estaing et Jacques Chirac qui eux sont au delà de toute atteinte et ne rendront jamais de comptes.  

Ils n’ont rien, mais alors rien fait pour réussir l’intégration, sinon l’assimilation, non seulement des individus, mais surtout du “culte islamique”. Et encore moins pour en limiter la venue des adeptes sur nos territoires, sous prétexte que nous « ne voulions pas vider les poubelles à Paris » comme le chantait « innocemment » Pierre Perret.

Bien au contraire, ils ont tout fait pour que ces derniers conservent toutes leurs singularités, considérant probablement que la concurrence entre les peuples de cultures fondamentalement différentes nous rendrait plus dociles.

L’absence manifeste « d’insertion », dont il fallut bien se contenter, est devenue un obstacle à l’intégration des nouvelles générations de musulmans nés ici, comme celle des primo-arrivants, en compromettant dangereusement la cohésion sociale.

Ces dirigeants sont donc responsables et coupables, tout comme leurs successeurs, de tout ce qui est advenu et adviendra de nocif pour le peuple, et ce n’est pas tout.
Ils sont également responsables de la catastrophe, car tout est relié et en interaction, que constitue le développement d’une Europe des marchands mise au service du complexe militaro-industriel américain. Une Europe envers laquelle depuis le référendum de 2005 sur le projet constitutionnel Européen, le peuple de France a manifesté clairement son hostilité.

Alors comment sortir de l’impasse dans laquelle ces prédateurs nous ont mis et rebrousser chemin afin d’en ouvrir un autre moins fréquenté par les « racailles » de toutes natures ?

D’abord commençons par nous en débarrasser au plus vite, et ce par tous les moyens.
Élisons à la place des dirigeants qui s’engagent à nous sortir du rêve Européen devenu le cauchemar des peuples et qui ne produit que du chômage.

Ensuite, nous pourrons régler le problème de l’immigration Musulmane et Africaine qui ne peut produire que des guerres civiles.

Alors, si rien ne se passe d’ici là, en 2017 nous avons une nouvelle occasion de prendre conscience que ce monde dangereux EST de leur création comme le montre la situation Libyenne et que nous ne sommes plus à l’abri, car cette situation peut devenir très vite la notre.

Pensons y constamment, sachons distinguer dans le « bruit » médiatique le « parler vrai » et dans les projets de gouvernance qui nous sont soumis ceux qui portent NOS intérêts et pas ceux des « marchands du temple ».

Francis NERI
27 05 15  

 

 

26/05/2015

Illusions

Après la chute de l’URSS, certains ont cru également dans la fin du monde bipolaire, comme aujourd’hui nous semblons, en France en particulier, croire en la fin du bipartisme.
Sans vraisemblablement trop bien l’appréhender, Fukuyama nous a vendu « La fin de l’Histoire » c’est à dire un seul système et un seul monde.

De son coté, Huntington s’essayait au choc des civilisations !

A première vue, c’est Huntington qui aurait gagné. Le Nord, c’est à dire  l’Occident Américain en complicité avec  la frange dominante des pays émergents : le Qatar et l’Arabie Saoudite par exemple est bien en lutte contre le Sud.
A l’opposition Est-Ouest s’est succédé l’opposition Nord-Sud. 

C’est la « singularité islamiste » qui a relevé le gant. Elle échappe à cette mondialisation unificatrice qui semble avoir réussie sur une partie seulement de la planète …et encore en ce qui concerne l’Europe, ce n’est pas gagné pour les Américains.      

Le monde Occidental apparaît donc divisé. Il a le doute au creux des reins.  Pendant ce temps le Sud se transforme en « monde musulman fondamentaliste » et sa force, comme sa conviction  augmente de jour en jour.

La force du Nord ne viendra pas de la mondialisation, mais de ses profils démographiques, culturels et intellectuels.

Nul besoin comme le fait l’Empire Américain de se créer des ennemis ; d’une part en détruisant tous les régimes arabo-musulman laïques et d’autre part en poursuivant une politique anti Russe comme c’est encore le cas en Ukraine.

Il n’y aura qu’une seule façon de combattre l’Etat Islamiste en cours de mondialisation, c’est de structurer toutes les oppositions Occidentales autour de l’idée que la Russie, la Chine, Israël etc… sont dans cette affaire nos alliées.
Quitte pour les Américains une fois le problème de notre « ennemi extérieur commun » réglé, de continuer à rivaliser avec la Russie si çà les amuse de croire encore à un monde unipolaire uni autour de l’Empire US. 

Le nord civilisé s’il ne veut pas subir le sort de Rome doit se mettre à l’abri des barbares du Sud. Pour cela, il doit d’abord retrouver la fierté de ce qu’il fut et de ce qu’il fit et, accessoirement, sa prétention à l’Universel.

Francis NERI
26 05 15