Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2015

Evolution ou révolution ?

J’ai écouté attentivement le discours du premier mai 2015 de Marine Le Pen. Quelle fut ma surprise d’y trouver une vraie pensée systémique, un vrai renoncement à la pensée causalitaire.

Des mots prononcés avec force comme « régulation », « système hors contrôle », nous confirme sa volonté de renoncer aux causalités totalement explicatives et d’associer idéologie et pratique de terrain.

Le réel vient à l’appui de son projet de gouvernance et le fait évoluer en permanence.
Quand on raisonne en termes systémiques, les pratiques de terrain faisant apparaître des solutions différentes, on comprend sans peine que la survenue d’évènements nouveaux peut corriger une stratégie, voire transformer le projet initial.

Une révolution  est souhaitée par un nombre de plus en plus important de citoyens. Il est vrai  qu'une transformation complète des pratiques et du remplacement de certains « pratiquants » du système est vivement attendue. 

Disons qu’effectivement elle s'impose, quand plus aucune évolution n’est possible, quand le système est grippé, qu’il est de plus en plus inefficace, puis se bloque.

Alors et il faut le nettoyer, le débarrasser de ses scories, de ses parasites.

Alors évolution, révolution ? Quelle forme de changement faut-il adopter ?

En fait, c’est une question de méthode, de contexte. Nous dirons qu’il y a évolution si nous pouvons éviter la guerre civile et révolution si ce n’est pas le cas.

Marine Le Pen semble avoir choisit de faire évoluer le Système, pas de le casser. Elle estime que la « dédiabolisation » est terminée et que nous allons passer aux choses sérieuses : parvenir au pouvoir, au nom du peuple Français pour nettoyer le Système sans le casser !

Et un vrai Systémicien ne peut qu’approuver la « méthode de travail »

Une fois le Système nettoyé, certaines « remédiations » effectuées, il faudra installer de nouvelles pratiques, de nouvelles régulations, de nouveaux contrôles.

Par exemple pour ce qui est vital actuellement, sur l'immigration, les finances, la démographie etc…
Marine Le PEN a longuement développé ses objectifs à ce sujet et nous ne pouvons que les partager. 

Se méfier alors de ceux qui "identifient". C'est à dire qui voudraient encore s’autocontrôler nous avons vu ce que çà donne avec les agences de « régulation financière ». Les financiers sont toujours et plus que jamais « hors contrôle » comme le dit MLP. 

Mais il faut aussi se dire, et anticiper le fait, qu'il y a toujours, à partir de tout changement, une récupération idéologique et commerciale et qu'au bout de quelques temps, tout redevient comme avant. 

Il faudra donc recommencer et poser de nouvelles régulations, de nouveaux contrôles … et au passage éliminer quelques nouveaux prédateurs !

Vive donc la Révolution…permanente de Marine Le PEN. 

Francis NERI
07 05 15

01/05/2015

Le consumérisme enlaidit la France et détruit son identité

Je trouve particulièrement intéressant cet article de novopress.info qui sans avoir l’air d’y toucher remet en cause la plupart de nos certitudes et pas seulement sous l’aspect du consumérisme.

Une vraie approche de systémicien !

Francis NERI

Source : Figaro.fr – Produire plus, consommer plus, voilà l’alpha et l’oméga de notre société… et la principale cause de l’enlaidissement de la France. Paysages saccagés zébrés d’éoliennes, pollution visuelle de la publicité, banlieues défigurées à coups de zones commerciales et industrielles, Perico Legas s’insurge contre les ravages faits à l’un des fondements de notre identité, la douceur de vivre.

Non content de ravager nos valeurs morales, notre culture, notre vivre ensemble (le vrai, pas celui des politiques), la mondialisation libérale détruit aussi l’identité esthétique de notre pays. C’est à un véritable viol de notre territoire, à coups de zones commerciales uniformes, de panneaux publicitaires envahissants, de remplacement de nos habitats traditionnels par des maisons préfabriquées, auquel nous assistons. La douceur de vivre en France, c’était aussi l’harmonie et la variété de ses paysages. Ils sont depuis trente ou quarante ans sacrifiés sur l’autel de la surconsommation de masse.

Se pourrir la vue c’est déjà se pourrir la vie

L’urbanisation obéit aujourd’hui à la logique de la grande distribution : d’un côté, la ville avec sa population, que l’on pourrait qualifier de « zone clientèle », en barres d’HLM ou en zone pavillonnaire, et à côté, l’étalage à grande échelle des produits que l’on pourrait qualifier de « zones consommation » (zones commerciales, industrielles ou économiques). Le tout obéit à une double logique d’uniformisation et de concentration, économies d’échelle obligent. L’habitat n’échappe pas à cette logique, pas plus que la production agricole (cultures hors-sol, élevage industriel), qui, au lieu de préserver le cadre de vie comme elle le faisait traditionnellement, contribue à le détruire.

La défiguration de quelques-uns de nos plus beaux paysages à coups d’éoliennes n’est elle là que pour nous donner une bonne conscience écologique. En effet, la seule démarche écologique serait d’inverser cette logique du consommer toujours plus et donc de pouvoir se passer de l’énergie fournie par les éoliennes et autres panneaux solaires. Bien sûr, tout le monde doit vivre et trouver du travail, mais à ce prix ? Le choix n’est pas forcément entre une France musée et une France zone commerciale polluée. Mourir riches et puissants en pleine croissance ou durer dans le bon sens décroissant ? Riches et pollués à mort ou pauvres, mais en bonne santé ? 

Novopress.info - arme de réinformation massive.

Publié le 30 avril 2015  

 

23/04/2015

Attentats djihadistes: la cécité occidentale s’accentue

Trois contre-vérités ont été battues en brèche ces temps-ci (mais rien n'y fait bien sûr) :

1/de plus en plus il s'avère que les responsables d'attentats ne sont pas les "paumés" décrits ;

2/la plupart des pays pratiquant l'islam réel partagent pour l'essentiel la lecture radicale de l'islam faite par ces djihadistes (interdiction de l'apostasie, code de la famille infantilisant la femme, interdiction de l'avortement, de l'athéisme, interdiction de construire des lieux de culte autres qu'islamiques  ;

3/ les textes eux-mêmes, en particulier les Hadith, donnent tout loisir pour éclairer certains versets du Coran ; ainsi les Hadith 4: 46, 4:196, 4:256 (Bukhari) permettent d'éclairer les versets 2: 190, 2:216, 4:95, 8:39, 9:5,9:111, comme le souligne cet excellent article de Hélios d'Alexandrie (sur Poste de Veille).

Le reste n'est que littérature vendue pourtant par les responsables catholiques eux-mêmes, indiquant que les djihadistes en feraient une "mauvaise" lecture, mais qu'en savent-ils, réellement, qu'en savent-ils ?…

Lucien Oulahib
22 04 15  

Lucien fait fort, et court et cela vaut un passage aussi massif que possible, même si apparemment il ne voit pas de solution à cette situation. Il est vrai que la sortie de route du « monde occidental » est apparemment plus prévisible que des lendemains qui chantent car « ON » n’ouvre pas impunément la Boite de Pandore ! Pour ma part, je suis persuadé que la solution passe par la défense de nos valeurs, le retour à la nation, et non pas au nationalisme, et à une meilleure « régulation contrôlée » du Système propre à chaque Etat. Après bien entendu éliminations de ceux qui s’y identifient et se le sont approprié!    

Francis NERI
23 04 15