Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2015

Oligarchie et féodalité

" L'heure de la révolte armée est arrivée et il va bien falloir la faire et la supporter."

Nous dit notre ami Laurent Droit Perault qui, en humeur contre Madame Taubira, nous prépare psychologiquement à une guerre civile possible qui suivrait probablement une révolte armée contre l’autorité constituée.

Rien de bien réjouissant !

C'est à mon sens plus compliqué que çà ! S'il suffisait de se débarrasser de Madame Taubira , qui n'est au fond qu'un instrument, comme l'est Hollande, Sarkozy et toute la clique ...ce serait déjà fait et nous n'en parlerions plus...

Mais personne n'est plus convaincu que moi de l’existence d'une "féodalité" d'une "oligarchie" qui depuis 40 ans s'est confortablement installée dans les partis, les syndicats, les finances, l'économie, l'éducation, l'administration, la justice etc.
Ce "régime" qui prétend tirer tout à lui est une monstruosité qui ORGANISE la division des Français.
Pour le combattre et le défaire, il va nous falloir rallier toutes les "familles spirituelles" françaises.
Il y a là une situation que nos pères ont connue dans la Résistance et nous avons, comme eux, à atteindre des objectifs de salut public.
Le premier de ces objectifs c'est la prise de pouvoir.
Jean Marie Le Pen vient de nous montrer ce qu'il convient de faire : ne pas s'occuper de quelle famille spirituelle provenait les hommes, les femmes, qui veulent collaborer à cet objectif, mais les apprécier selon leur capacité, leur dignité et leur bonne volonté et enfin savoir s'écarter le moment venu.
Madame Taubira c'est l'écume des jours, et nous saurons défaire, une fois aux commandes de l’Etat, TOUT ce que cette marionnette et ses maîtres ont fomenté de nuisible.

Francis NERI
18 04 15

13/04/2015

Jean Marie Le Pen

Je dis à mes amis et à ceux qui le sont moins :

Pour juger, il faut posséder une échelle de valeurs absolue et non affective permettant de donner une note à chacune de nos actions. En sommes nous capables ?

Et que l’on nous fiche la paix avec tous les mots creux qui ont permis jusqu’à ce jour de mener les masses vers un idéal de meurtres et de dominance, toujours pour la bonne cause ; celle de l’amour, de la responsabilité, de la liberté, de la fraternité, de l’espérance.

Comme l’exprimait récemment François Paganel avec humour, ne serait il pas possible d’atteindre  la paix et la tolérance en louant la haine, l’irresponsabilité, l’esclavage, l’égoïsme et le désespoir ?
Il faut craindre et se méfier des mots qui parlent à notre affect et nous donnent bonne conscience, pour détourner le destin, pour se voiler les yeux et finalement pour ne rien faire.

C’est la raison pour laquelle je dis souvent, et notre ami Alain Persat devrait le comprendre, qu’il faut en finir avec les humanismes bêlants de gauche ou de droite qui nous manipulent, qui veulent nous faire croire au Père Noël et à la force des mots.

Le monde  NOUS appartient mes amis ne laissons pas les « prédateurs » finir de le détruire il est déjà en un bien mauvais état et nous en sommes tous responsables, Jean Marie Le Pen comme nous.  Alors si nous voulons le juger commençons par nous juger nous même …si nous en sommes capables !

Francis NERI

13 04 15

07/04/2015

Faut-il changer le peuple ?

La gauche n'est pas seulement divisée par des désaccords idéologiques profonds, abandonnée par les classes populaires, elle est aussi profondément "islamisée" culturellement, c'est dans les gènes en quelque sorte, et pour qu'elle en soit guérie, il faut l'éradiquer ...la gauche !

La gauche EST responsable et coupable, la droite de l’UMP et de ses partis satellites est en complicité profonde depuis 40 ans avec elle.

Voyons ce que pense Eric Zemmour des méfaits de la « gauche » : «  En France, l’ancienneté de l’immigration et son impact démographique, bien que dissimulés par les vagues incessantes de naturalisation et les maquillages statistiques, ont fini par diviser les classes populaires en « eux » et « nous » : séparation culturelle, religieuse, géographique, civilisationnelle. Le clivage social est submergé par le clivage ethnique… ».

Le drame c’est que la droite de l’UMP est sur la même rampe de lancement…ils ont aussi cette passion pour le nouveau peuple issu de l’immigration …c’est la raison pour laquelle le peuple de France ne fait plus confiance ni en l’une ni en l’autre.

Les problèmes du peuple de France sont de trois ordres : économique, financier, existentiel… L’existentiel à tendance à devenir la priorité n°1 !
 
Y a-t-il un Systémicien dans la salle qui saura relier les trois et cesser une bonne fois pour toutes de les séparer ?

Francis NERI

07 04 15