Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/07/2011

la Martine de Lille

Bonjour,

Ce texte a été supprimé à la suite d'une assignation de Madame Martine Aubry et son époux Monsieur Jean-louis Brochen  qui engage une procédure en mon encontre.

Je suis assigné à comparaître le lundi 12 septembre 2011 à 9 h au Palais de justice 4 boulevard du Palais 75001 Paris.

Je n'ai pas encore eu le temps de prendre mes dispositions, mais j'ai rencontré hier notre ami Bertrand qui me confirme ses informations.

Toutefois il m'apparaît difficile qu'il puisse apporter plus de preuve à ces allégations et je ne veux pas prendre plus de risques sur ce qui pourrait être des diffamations si ce n'était pas démontré et par la même occasion nuire à Madame Aubry et Monsieur Brochen, envers qui je n'ai aucun ressentiment personnel sinon que je ne suis pas de son bord politique. D'autre part, je réagis assez mal à ce qui circule sur leur compte depuis fort longtemps et qu'ils ne semblent pas avoir pris la peine, jusqu'à présent de démentir. C'est la raison essentielle qui m'a fait porter une oreille attentive à ce que Madame Aubry qualifie de rumeurs. 

Bien évidemment un simple blogeur n'a pas les moyens d'enquêter comme un journaliste ou un officier de police et il ne peut se fier, comme je l'ai fait, en ce qui concerne Bertrand, qu'à un ami. Il m'a semblé toujours très informé et tous ceux qui le connaissent apprécient sa pertinence et sa lucidité.

Par contre il me semblait, et il me semble toujours facile, à Martine Aubry et Monsieur Brochen d'apporter les rectificatifs qui pourraient sans équivoques possibles dissiper les malentendus.

Par exemple, pour une hospitalisation, il faut un acte de sécurité sociale, des soins infirmiers, un médecin, une entrée, une sortie et je suis peut être naïf, mais tout cela devrait pouvoir être confirmé ou infirmé. Les "rumeurs" à ce sujet, se seraient tues depuis longtemps, ainsi que les autres par la même occasion.  

En conséquence, j'ai décidé de retirer cette chronique par qui, semble t-il, le scandale arrive, d'attendre le retour de mon avocat pour savoir comment me défendre et de remplacer cette chronique par le texte complet de l'assignation afin de laisser en quelque sorte un "droit d'accusation" sur ce blog à Madame Aubry et Monsieur Brochen.

Je vous tiendrai bien évidemment au courant de la suite donnée à cette affaire qui m'inquiète, car je n'ai pas les possibilités financières, ni les compétences pour faire face aux moyens d'une personne dirigeante du puissant parti socialiste et qui brigue les plus hautes fonctions de la république. J'habite un HLM, avec tous les problèmes qui y sont posés en terme de relations, j'ai une modeste pension de retraite qui suffit tout juste à nos dépenses et les sommes réclamées en dédommagement me semblent, personnellement, exorbitantes. Alors s'il faut se rendre à Paris en septembre pour être de toutes façons condamné, car je ne serai pas prêt, je préfère rester chez moi pour éviter des frais de déplacement et d'avocat.

Souhaitez moi bonne chance !

Bien à vous

Francis NERI     

 

05/07/2011

A notre ami Bertrand

Dans un mail personnel qu’il adresse aux signataires du dernier post : « Quelques questions », notre ami Bertrand, manifeste son pessimisme, non sans raisons en fait, mais ce qui est dommageable sans propositions alternatives.  

Un peu comme Stéphane Hessel, Bertrand s’indigne, semble résigné, même s’il révèle et souligne des vrais problèmes et des comportements de fuite devant les réalités.

Mais  ce chemin bien trop, et souvent, mal fréquenté et en tout cas nettement démobilisateur. 

Car pour nombre de nos semblables,  la cause serait entendu : nous avons perdu la « guerre », plus rien à faire, l’alliance du grand patronat, de sa mondialisation libérale et de l’islamisation du monde à gagné : résignions nous ! Tout au plus pourrions nous encore fuir s’il en est encore temps et d’ailleurs pour aller où ? Surtout en déambulateur !

Alors sommes nous trop optimistes, résignés ou trop vieux, comme semble le penser Bertrand ? Y croyons nous encore, sommes prêts à jeter nos dernières forces dans la bataille ou serions nous de vieux crocodiles, frustrés d’avoir raté le coche de la révolte et du changement au moment où il était encore possible ?

Oui certainement, au sens littéral du terme. Et nous sommes responsables d’avoir accepté l’illusion que rien véritablement ne nous atteindrait. Mirage  qui nous était particulièrement bien vendu.

Pourtant, nous portons sur le monde un regard sans concessions et nous percevons les réalités avec autant de lucidité, de raison, d’émotion et de connaissance que d’autres « spécialistes médiatisés » et distingués, qui ne voient que le maintien de leurs privilèges et leurs intérêts de classes.   

Entre Bertrand, ceux qui pensent comme lui et nous, la différence réside dans le fait que nous avons gardé l’espérance, celle du plus qui est en nous, et que nous tachons de faire partager, avec nos objectifs de changement, et j’aime bien la position de Charles d’Alger qui nous dit : Venez mes amis nous avons perdu la force qui nous faisait soulever les montagnes, mais en nous reste ce désir qui nous pousse de son épée dans le dos.  Et ce désir nous dit encore: « Vas avance, tu peux encore servir à quelque chose. Nous ne voulons pas vivre comme Fabrice à Waterloo et cultiver notre jardin pendant que le monde s’écroule ».   

Nous aimons la France, la vie, le plaisir, la beauté, la jeunesse.

Nous aimons la jupe et pas la burka.

La liberté de penser et pas l’enfermement idéologique ou cultuel.

Notre région et pas un lointain hostile.

Etc…

Ceux qui ne veulent pas voir ne verront pas. Et, comme disait Saint Exupéry : « On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux ».  Une mise au point s’impose, chacun interprète.

Le cerveau est le chef d'orchestre. Il analyse les informations recueillies par nos sens. Cet organe superviseur a le dernier mot.

Mon cher Bertrand, la guerre ne sera pas que médiatique, plus personne ne peut le nier depuis les engagements en Tunisie, Egypte etc…c'est plus complexe.

Il s'agit d'une bataille ininterrompue entre l'intellect et l'affect. Entre la sphère du rationnel, de la connaissance et celle, au pouvoir court-circuitant, de l’affectif, des émotions. Avec pour champs de bataille étroit, notre calotte crânienne. Le reste n’est que choix politique, rien n’est, selon moi, déterminé.

Voilà qui explique peut-être pourquoi tout semble concourir à ce que certains peuples deviennent et deviendront de plus en plus incultes, et donc manipulables par des idéologies suicidaires. Tu connais bien toi, ce qui ressort de la désinformation et de la manipulation et, tu dois nous aider à ne pas tomber dans leurs pièges.

Globalement, y compris en Occident, nos capacités à raisonner s’amenuisent, les outils qui orientent nos choix s’érodent. En fin de compte, c’est notre liberté objective qui s’effondre.

Bref, nous ne pouvons convaincre quelqu’un d’une réalité dont il refuse l’existence, ou d’un fait qu’il enveloppe sous un éclairage disparate.

Les islamistes en sont le parfait exemple, mais hélas ils ne sont pas les seuls. Cela concerne un noyau dur, dont les choix, les opinions, les idées sont soumises en haut lieu par des afflux soudain d’adrénaline. Suivant un processus conforme aux expériences de Pavlov. Ensuite il y a l’instinct grégaire, ce qui nous fait dire que des islamistes radicaux en petit nombre peuvent mobiliser l’ensemble du monde musulman pour les conduire au djihad. Alors serions nous capables d’en faire autant, nous aussi, pouvons nous rassembler et mobiliser ?

Poniatowski ministre de l’intérieur et ami de VGE, ce qui n’est pas une référence, lui disait à juste titre : «  L’histoire a peu ou pas de sens, une poignée d’homme, pourvu qu’ils le veuillent peut la déterminer ».

Avant toute chose il faut considérer la fin. Pourtant, la composante systémique d’un évènement, d’un risque, n’est que rarement prise en compte.

Il suffit d’un contexte favorable, d’un bruissement d’ailes de papillon, d’une occasion, d’un individu capable de s’emparer de ce qui flotte confusément dans l’atmosphère d’une époque et, par la magie de son talent ou de son art, conduire le peuple à le suivre vers l’aventure, vers l’idée qu’il se fait de l’avenir à construire.  

Cette poignée d’hommes existe-t-elle quelque part ? Voila l’essentiel de notre question, et pas la possibilité d’une guerre civile parfaitement évitable.

Est elle en mesure de relier entre elles et mettre en cohérence, la connaissance, la raison, les émotions ? Eviter que  la victoire de l’une d’entre elles sur les deux autres n’ait, comme toujours, quelque chose d’amer ?

Dans une optique de récupération et de reconstruction, le peuple ne réclame pas des dirigeants parfaits, mais il les  veut exemplaires, c'est-à-dire capables d’être fidèles à leurs convictions et de mettre en adéquation leurs discours et leurs actes. 

Le déni du réel c’est l’opinion publique et l’opinion médiatique ; le divorce entre le peuple et  les médias, la fracture entre les citoyens et ceux qui les gouvernent.

Le pire, c’est les « illusions perdues »,  comme en Espagne. Une contestation qui ne débouche encore sur rien, car il n’y aurait encore rien à se mettre sous la dent. Et je suis d’accord avec Bertrand quand il affirme que les Européens et en particulier les Français sont encore loin d’avoir touché le fond …du désespoir, donc pas prêts pour la rébellion, la guerre civile, car ils n’auraient pas encore subis toutes ces choses désagréables qui font se lever un peuple.

Le tout est de les mobiliser bien avant qu’ils commencent à s’étriper afin de faire de la « prévention » en quelque sorte. Pour cela, nous ne faisons pas confiance à l’équipe actuelle qui est aux commandes de la France, c’est la raison pour laquelle nous pensons qu’il faut commencer par s’en débarrasser, ensuite la tache sera plus aisée. 

Au delà, il y a le glaive : « S’il est permis sur terre l’emploi du glaive pour réprimer la malice des méchants, si pour la protection du peuple, il faut instituer un nouvel ordre de « chevalerie », il faut disposer son cœur au bien afin que son utilisateur n’en use jamais pour léser injustement personne ». 

Pour l’instant nous ne voyons qu’une seule équipe qui, pour nous, pose les  bonnes questions et fait les bonnes propositions, en plus elle n’est pas plombée par 40 ans d’un pouvoir désastreux, c’est celle de Marine. 

A un moment il faudra choisir son camp, et le faire pour celui qui nous propose le verre au moins à moitié plein de nos propres désirs. Ce moment est proche. Il est des moments ou l’histoire bascule, ou il faut choisir le « bon » chemin et ceux qui ouvriront la voie avec  nous. 

Bonne chance à la France et aux Français 

Francis NERI 

 

17/06/2011

Le défi

Bonjour,

Je vous livre, sans commentaire, celui de Bertrand à notre dernière note: Alsace, laïcité et Islam. j'ai simplement mis en gras les paragraphes qui pour moi sont particulièrement signifiants. Nous attendons avec impatience vos observations.

Amitiés

Francis NERI 

Francis, Hervé et Roger,

J’ai lu avec intérêt votre post du jour sur le blog de Francis. Vous espérez un sursaut « républicain » ou simplement une réaction de défense et de sauvegarde des valeurs de notre civilisation. Vous avez acquis la certitude que les prochaines campagnes électorales seront violentes et qu’une révolte va avoir lieu qui se transformera en guerre civile. Rien ne me semble si sur. Je crains plus une désaffection croissante pour la politique et une oligarchie de moins en moins légitimée par les urnes mais toujours plus totalitaire et complice de l’islamisme conquérant.

Qui milite aujourd’hui dans votre sens au sein de RR ou dans des partis politiques ? Qui a le courage de protester contre l’islamisation de l’Europe et l’abandon des valeurs de notre civilisation ? En Alsace je n’ai vu personne de moins de trente ans, voire de moins de quarante ans dans les réunions de RR ou de partis politiques prêts à s’engager dans ce sens… Cette absence de jeune est le reflet de notre société vieillissante, individualiste et hédoniste comme des dérives de notre culture pagano-chrétienne.

D’abord la civilisation pagano-chrétienne qui a été instaurée sournoisement par un évêque arien Eusèbe de Nicomédie à la mort de l’Empereur Constantin 1er en mai 337, promeut l’idéologie du salut individuel qui a conduit progressivement au fil des siècles à une philosophie sociale individualiste et hédoniste, contrairement à l’eschatologie judéo-araméenne qui conçoit de salut que collectif à travers la communauté, les actes de chacun ayant un impact sur le salut de tous. Ces deux modes de pensées s’affrontent et l’islam dérivé de la tradition judéo-nazaréenne a également une vision eschatologique communautaire : en dehors de l’umma, point de salut !

Avec un jeune de moins de trente ans sur trois sans emploi et 15 millions de retraités sur une population active potentielle de 26 Millions d’individus (mais réelle d’à peine 23 Millions !) auquel il faut ajouter maintenant presque 45% des 45-60 ans sans emploi ou en emploi précaire, vous comprendrez que la préoccupation majeure est le pouvoir d’achat lié à l’emploi ou la précarité de l’emploi. Quelles dispositions ont les plus de 45 ans pour la révolution ou une quelconque reconquête ? Bien trop attachées à leur maigre patrimoine, elles ne veulent surtout pas prendre de risque pour éviter d’en perdre une parcelle… Quant aux autres, lorsqu’ils ne se cramponnent pas à leurs privilèges, ils acceptent n’importe quelles conditions pour ne pas perdre leur poste et avantages acquis.

Donc pour descendre dans la rue et faire la « révolution » qui reste-t-il ? Les jeunes de banlieues issues de l’immigration ou immigrés sans emploi et sans avenir : la no-futur génération ? Pas d’espoir, pas d’avenir, pas de présent… Ils survivent par la violence et pour la violence, baignant dans la délinquance depuis leur enfance au point de n’avoir jamais eu d’autres repères et d’être né asociaux. Ils se sont affranchis de nos lois et ne comprennent même pas le fossé de désœuvrement qui les sépare du reste de la population. Face aux magistrats qui tentent d’appliquer un code pénal d’une extrême complexité, ils sont insensibles aux discours moralisateurs pour les faire rentrer dans le rang. Ils sont déjà en révolte, même s’ils sont la plupart du temps empêchés d’exprimer leur révolte dans la sphère publique. Et quels sont leurs revendications ? Ces jeunes de banlieues sont comme ceux de Tunisie et d’Egypte : frustrés par des images marketing qui les poussent à consommer alors qu’ils n’ont pas de ressources, ils sont seulement assoif d’une « liberté » de consommation qui est en réalité une envie boulimique d’acheter et pourrait se résumer à un accès illimité et libre à tous ces produits marketing que les média leur vendent en boucle sur leurs écrans de TV, d’ordinateur et d’Iphone ou de smartphone. Les trafics liés à l’économie parallèle dans les banlieues, sont naturellement la seule voie pour se donner les moyens de leurs rêves pré-formatés… Et en face à ces jeunes frustrés et sans avenir, quelle jeunesse militante avons-nous à opposer ? Quels sont ses jeunes « couillus » susceptibles de militer aujourd’hui par exemple à RR ? Endoctrinés par la déséducation nationale qui prône le multiculturalisme et la tolérance sociale, nie les différences ethniques et religieuses tout en rejetant le christianisme comme fondement de notre civilisation, nos jeunes préfèrent se réfugier dans un monde totalement virtuel, passant leur journée et leur nuit devant des consoles de jeu et s’abrutissant devant leurs écrans d’ordinateur ou de téléphone portable avec des échanges de messages en langage codé (mdr, xpldr, tkt…) sur des réseaux sociaux où ils étalent le vide de leur vie avec des centaines d’ «amis virtuels » voire de « frères virtuels »…

 

Pour qu’il y ait une guerre civile, il faut que deux parties de la population soient prêtes à en découdre. Si des fanatiques religieux tentent depuis le début des années 80 de recruter des adeptes dans nos banlieues pour faire la révolution islamique, le résultat est peu probant. Après l’échec des attentats terroristes des années 80-90, les islamistes ont choisi la voie de la colonisation démographique pour accéder au pouvoir sans violence mais dans les urnes en prenant le temps pour faire tomber le fruit quand il sera mur. Donc les religieux ne cherchent plus l’affrontement mais la cohabitation nécessaire à une bonne compromission de nos oligarques, le temps de devenir majoritaires et de s’en débarrasser, exactement comme au premiers temps de la conquête arabo-sarrasine de Syrie Palestine, de Perse et d’Egypte. ET ce que vous déplorez c’est d’assister à l’abandon progressif par nos politiques des valeurs de notre société occidentale ? Mais à Stuttgart qui s’opposait à la manifestation contre les persécutions des chrétiens d’orient en terre d’islam ? Des jeunes gauchistes verts et communistes radicaux.

Les hordes sauvages des banlieues comme au moyen âge défendent « leurs territoires », ces « territoires perdus de la république ». Il se décompose en plusieurs zones : celle où ces hordes sauvages vivent, celle où elles organisent leurs trafics qu’elles cherchent à agrandir, et enfin, les nouveaux territoires à conquérir. Actuellement la guerre des bandes fait rage pour le contrôle des territoires rentables pour l’expansion des trafics notamment dans les beaux quartiers des grandes villes comme Neuilly ou le 16ème à Paris. L’islam n’est présent dans l’univers de ces jeunes que comme un vague référent culturel machiste dans lequel la femme est « soumise ou pute ». Car la plupart des jeunes sauvages ne pratique pas et n’ont comme seule valeur que l’argent, sésame pour consommer « librement ». Ils sont en réalité comme nos jeunes de culture pagano-chrétienne qui ne sont plus ni croyant, ni pratiquant, mais lobotomisés par les modes et flash publicitaire. Demandez donc à l’un ou l’autre ce que représente les jours féries de la Pentecôte et de l’Ascension… Je doute qu’ils soient capables de vous répondre.

Votre vision de notre société se résume à une majorité silencieuse d’individus qui n’ont ni l’âge de faire la révolution, ni même l’envie de peur de perdre leur travail et le peu de bien qu’il possède. La précarité de l’emploi tient à la gorge la population active et le chômage ruine tout espoir de révolte dans l’autre. Un individu ne se révolte que quand il n’a plus rien à perdre : c’est l’énergie du désespoir !

Alors soyons objectif : l’oligarchie au pouvoir tant économique que politique, entretient cette situation depuis la fin des années 70 pour précisément pouvoir asservir le reste de la population. Et l’arme fatale est précisément l’immigration massive encouragée et volontairement incontrôlée, basée sur une supercherie démographique dérivée des conceptions malthusiennes mal comprises : le taux d’accroissement et de renouvellement des générations fait la force et la dynamique de l’économie de demain… Les démographes en tête desquels le redoutable Alfred SAUVY ont convaincus les politiques dans les années 70 de ces inepties et nous n’en finissons pas de payer pour ces immigrés vas nus pieds et bras cassés venus avec leurs pondeuses redresser notre taux de natalité pour en faire le premier de l’UE. Alors que la réalité est plus simple : l’automatisation, la robotisation, les télécommunications et l’informatique ont révolutionné les techniques de conception, de production, de gestion, de vente et de communication dans les années 80-90 avant que les délocalisations et la globalisation des échanges n’achèvent de détruire notre appareil productif. Le secteur secondaire qui représentait plus de 21% de la population active en 1981, représente aujourd’hui moins de 7% de cette même population et bon nombre d’industriels à l’image de PSA continuent d’annoncer des fermetures de sites après avoir délocalisé au début des années 2000 dans les ex-PECO ou en Asie…). L’emploi de masse dans les secteurs primaire et secondaire ayant disparu, le « déficit de naissances » des années 80-90 n’avaient nullement besoin d’être comblé ni compensé par l’arrivée massive d’une main d’œuvre sous qualifiée et encore moins par une immigration sociale sous couvert de regroupement familiale (autre énorme connerie du célèbre communiste Chirac !). Les emplois de demain et d’hier ayant disparu, je ne comprends pas pourquoi les portes sont grandes ouvertes aux immigrés, si ce n’est pour maintenir une pression à la baisse sur les salaires avec un corolaire absurde qui est alors le maintien d’un trop haut niveau de charges sociales puisque l’immigration de colonisation que nous vivons est essentiellement faite de profiteurs sociaux !

Les générations d’enfants analphabètes immigrés ont réussi à abaisser le niveau scolaire des jeunes Français et détruit le système éducatif national faisant fuir les vocations. Les grands pères immigrés dans les années 60-70 parlaient à peine le Français ; leurs pères savaient à peine lire et écrire et ne trouvaient déjà plus d’emploi depuis la fin des années 70 et ne vivent plus que des subsides de l’état providence socialiste ; alors les fils en échec scolaire se sont réfugiés dans les petits trafics avant de sombrer dans la délinquance ou le fanatisme religieux dans les années 90-2000. Que va faire la 4ème génération qui profite de la discrimination positive depuis 2004 ? Car le vrai scandale est précisément là : le comble du racisme et de l’intolérance, celui de la préférence apparente des minorités visibles incompétentes au détriment d’une jeunesse française capables et compétentes, sacrifiée sur l’autel de la repentance coloniale et de la peterisation de l’oligarchie qui nous gouverne. AU passage vous aurez remarqué la surreprésentation d’avocats et de personnels de l’éducation nationale parmi ces politiques… Et qui peut prétendre qu’en apprenant par cœur les codes de droit, on saura résoudre les problèmes notamment économiques…

Alors qui va faire se dresser contre les hordes sauvages de nos banlieues que les migrants d’Afrique subsaharienne et du Maghreb viennent grossir par centaines de mille chaque année ? Les retraités en déambulateur et chaise roulante ? Il n’y aura pas de guerre civile et la population se laisse cuire doucement mais surement pour finir à la sauce barbare comme cette grenouille plongée dans l’eau tiède que l’on amène lentement à ébullition… (l’eau pas la population !)

Et si une furieuse envie de vous révolter vous prenez, évitez de tout casser, car vous êtes solvables, vous et donc vraiment justiciable… Tandis que celui qui n’a pas d’argent peut tout casser et s’en tirera avec un rappel à la loi et des excuses à faire dans le bureau du juge. La CIVI sera alors chargée d’indemniser les pauvres victimes et comme se sont des assureurs, selon un barême négocié et minimisé… Le pretium doloris n’a aucune valeur en France (ou si peu…).

Cordialement,

Bertrand