Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/01/2019

Réalités

André Roussaire à Frédéric D'Aubert
La situation que nous vivons et qui est en train de changer totalement le visage anthropologique de l'Europe est historique et inédite...
On ne connait pas un seul pays colonisé sans guerre , sans un seul coup de feu, uniquement par le nombre et le ventre ...pour information il y 45 ans , on entendait les chefs d'état ( Boumedienne, Khomeini, Assad, etc...) tenant des discours dans les conférences au sommet des pays africano-arabo-musulmans : un jour viendra où les peuples pauvres (musulmans ) iront à la conquête de l'hémisphère Nord ( occident chrétien) pour le conquérir ( islamiser) par le nombre et le ventre ( ils savaient déjà leur infériorité militaire ).
Nous y sommes !

Frédéric D'Aubert Parfaitement exact !

André Roussaire à Frédéric D'Aubert
J'ai passé la moitié de ma vie dans les pays arabo musulmans d'une part et la colonisation en cours est commenté par les intellectuels, philosophes et personnalités comme Finkielkraut, Onfray, Zemmour etc...
Voyez la désintégration inédite de la France par rapport aux années 70/80 , c'est très surprenant !

Frédéric D'Aubert à André Roussaire Dans les années 60, ces problèmes ne se posaient justement pas et la France s’équipait comme jamais, n'ayant plus à traîner le fardeau de ses colonies. Cette époque fut un âge d'or.

André Roussaire à Frédéric D'Aubert
Dans les années 60, il y n'y avait pas une proportion d'immigrés importante qui mettaient en insécurité culturelle les Français. Être Français voulait dire quelque chose... J'ai filmé ma ville de province en 1980 . En passant les cassettes en numérique en 2010, je fus surpris par le changement de population en si peu de temps, ce que je n'avais pas réalisé. Si en 1980, la ville, les gens étaient Français avec quelques Italiens, espagnols etc... Actuellement, au moins 50% sont arrivés d'autres continents et on réalise qu'on est passé d'une société blanche homogène, même dans l’habillement, le mode de vie à une société multiculturelle colorée...
Je pense que ce n'est pas une avancée car nous avons importé des problèmes éthnico-socio-religio-culturels avec des frictions de mode de vie pour lesquels nous n'avons pas de solution.

Frédéric D'Aubert à Francis-claude Neri met des "Like" à des commentaires énoncés totalement à côté du sujet. C'est cocasse

Francis-claude Neri à Frédéric D'Aubert Mais non c'est une OBSERVATION à coté du fil ...mais elle n'est pas hors sujet ...à partir du moment où l'on considère que tout est lié

Frédéric D'Aubert Il est vrai que tout est dans tout, et réciproquement.

Francis-claude Neri à Frédéric D'Aubert Ah là je te retrouve ...je commençais à être inquiet. Je considérais jusqu'à présent que contrairement à certains "communicants" politico-médiatiques, entre autre, mais aussi à Mr MACRON, tu partageais l'idée-force que chaque être humain - comme sujet actif- construisait SA propre réalité.
Ce qui lui est nécessaire pour affronter les situations problématiques auxquelles il fait face (même par la fuite -voir Laborit- éloge de la fuite).
Ce n'est en rien une prétendue "réalité" ou "vérité" sur les choses, mais SA connaissance opératoire et stratégique qui le rend à même (ou pas) de résoudre, par étapes les problèmes qu'il rencontre. Et cela est généralement suffisant dans un système en équilibre (homéostasie)
Dans le contexte actuel ce n’est plus le cas.
Alors, nous pouvons essayer de lui faire découvrir d'autres "réalités", d'autres attitudes, élaborer d'autres comportements à l'aide d'une INTERACTION qui se veut managériale, pédagogique, thérapeutique ou les trois à la fois.
Elle peut être qualifiée de constructiviste (d’où ma référence récente à l'Ecole de Palo Alto comme méthodologie fondamentale d’intervention (Mental Research Institute).
Une procédure clinique ET répétable qui synthétise l'approche systémique, respecte l'individu, le groupe ET l’espèce dans ses relations avec SON environnement.
Je te précise (pour l'avenir de nos relations) que je ne prétends pas être épistémologique (je ne fais pas l'étude de ce que je sais et comment je le sais).
Je me dis simplement que si les modalités perceptives d'une personne (sujet) changent, ses propres représentations et ses comportements changeront.
De l'observation des attitudes et des comportements de Mr Macron et les siens, je découvre le reflet de nous même et du monde dans un miroir et franchement çà me fait peur.
Notre participation chaotique au mouvement devrait consister à modifier cette "réalité".

Bien à toi

Daniel Schall Buvons un coup, buvons en deux ; à la santé du roi de France ... et merde au roi d'Angleterre qui nous a déclaré la guerre ...!!

Dans l’intérêt de la raison …datez !
04 01 19

23/06/2018

Approche systémique

J’avais, hier au soir, invité trois amis ( infogroupe 68 ) à un barbecue pour discuter d’organisation en vue des prochaines élections européennes.
L’un d’eux un « notable » Colmarien opérant en toute discrétion, et n’intervenant jamais en conséquence sur ma page et le groupe, me fit part de son étonnement devant mon refus d’accepter en particulier sur le groupe des « Systémiciens pour la liberté » des musulmans alors que j’y recevais des Juifs.
Enfin il ne comprenait pas pourquoi dans le conflit israélo-palestinien je n’étais pas neutre et prenait systématiquement partie pour les Israéliens …

Pour lui un Systémicien ne pouvait prendre partie pour un camp ou un autre…

J’ai du sortir mon tableau de papier car il eut la malignité lui, de sortir une de mes expressions favorite : « Le jugement négatif EST le sommet de la conscience » qu’il interprétait comme une absence de jugement …ce qui n’est pas le cas … au contraire.

C’est à ce moment là que mon épouse est allée se coucher !

Les « idées » systémiques contenues implicitement dans nos projets sont presque plus importantes que ces projets eux-mêmes et ce serait folie de les sacrifier sur l'autel du pragmatisme.

Je vais donc essayer d’être simple car nous sommes là au cœur de la question et c’est elle qui va déterminer NOTRE avenir.  Il faut donc que chacun d’entre nous appréhende correctement la spécificité, la  portée de ces manières de penser si nous voulons survivre en tant que « système occidental »

C’est  Ludwig Von BERTALANFFY qui fit les premiers travaux sur ce thème en 1925. Comme biologiste et psychologue, il cherchait à construire une théorie générale qui permette d’aborder les êtres vivants en tant que systèmes.

Sa théorie générale des systèmes regroupe les principes théoriques généraux qui permettent de décrire et comprendre le fonctionnement des systèmes ou des sous-systèmes, quels qu’ils soient.

Sur le plan de la physique cela « tient » mais on ne peut comprendre un organisme vivant en étudiant séparément chacun de ses « composants ». Il faut au contraire insister sur les interactions entre ses différentes parties, son organisation, ses échanges avec son environnement, etc.

Des chercheurs élaborèrent ensuite la notion d’information et de feed back (information retour) à l’occasion de la mise au point de machines équipées de dispositifs de contrôle de l’exécution de la tâche.
La dimension « appliquée » de ces disciplines, plus marquées par les ingénieurs que par les théoriciens, va aussi de pair avec un accent sur l’action et sur le but de ces systèmes, construits par l’homme.

On ajoutera la modélisation des systèmes qui atteint aujourd’hui des niveaux de sophistications très élaborés par le recours aux ordinateurs et à leur puissance de travail.

 Qu’est qu’un système tout d’abord ? Joël de Rosnay  Président de la cité des sciences définit un système en ces termes :

«Un système est un ensemble d'éléments en interaction dynamique, organisé en fonction d'un but»[1]

  • Un être humain est un système : 
  • il est organisé en fonction d’un but : maintenir sa structure (rester vivant)
  • il est en interaction dynamique en particulier avec les autres êtres humains       

L’expression « interactions dynamiques » et « maintenir sa structure (y compris morale, culturelle ou cultuelle …économique, sociale etc. )  nous met sur le chemin des interactions entre Israéliens et Palestiniens ou plus généralement entre Juifs, Musulmans, Chrétiens Agnostiques, Athées, Libres penseurs etc. et nous fait comprendre que ces interactions peuvent ne pas être de tout repos et que nous devons les réguler et les contrôler.

Réguler et contrôler QUOI ? Ben les interactions de « cause et effet » et donc les « rétroactions ».

Ex :  Événement 1) Cause, un Musulman dit à un Juif «  Sale Juif »
        Événement 2) Effet, le Juif répond (rétroaction) « Sale Arabe
        Événement 3) Un individu « neutre » dit « Sales cons » faites la paix !
        Événement 4) Un autre s’exclame « Allah Akbar ! »

        ETC .

Et on est parti pour ce qu’on appelle « une boucle de rétroactions » le système  (l’ensemble d’éléments en interactions dynamique) va s’emballer, les rétroactions vont devenir de plus en plus violentes et il va exploser…
Pour réduire la pression il faut « ouvrir la boucle » c’est cela qu’un systémicien entend par « action » (jugement négatif) et c’est bien le sommet de la conscience …si on juge positivement on accélère la réaction et c’est mauvais de mauvais !

Mais dans un cas comme dans l’autre (neutre, pour, contre) personne n’écoute plus personne, chacun reste DÉTERMINÉ par ses certitudes …il ne reste donc plus qu’à poser un thermostat sur le système …un régulateur qui se déclenche automatiquement pour ouvrir la boucle et empêcher les « acteurs » de faire sauter le système en s’étripant joyeusement.

L’ONU était faite pour çà …c’est raté …et c’est le moins que l’on puisse dire …je crains fort qu’il nous faille CHOISIR. Nous ne pouvons plus rester neutres.

Un systémicien doit savoir le faire.  Pour ma part, je me positionne CONTRE la « Triplice », c’est à dire un certain islam des ténèbres, une certaine gauche multiculturaliste et « en même temps » chrétienne qui tend l’autre joue, et bien entendu un certain « libéralisme » prédateur et oligarchique qui « suicide » la planète et ses habitants.


Les trois sont objectivement en cohérence. Bref ils sont en « approche systémique » ils se renforcent l’un par l’autre …nous serions stupides de ne pas en faire autant !      

Francis-claude Neri
23 06 18

 

[1] De ROSNAY Joël, (1975),

Le Macroscope, vers une vision globale, Seuil, points, Paris. p.93

 

22/01/2018

Le mondialisme en action...

L'Empire, celui qui veut nous réguler et nous contrôler à sa manière, une manière qui ne plait manifestement pas à, disons, la "nature" et si nous ne le stoppons pas c'est elle qui nous régulera TOUS, agents de l'Empire compris 

La faillite du monde de l'homme par l'homme !

La faillite d'une insuffisance de régulation et de contrôle aux niveaux de l'individu, du groupe, de l'espèce.

Ce qui démontre la vanité des crédos officiels: la liberté, l'égalité, la fraternité. 
Le fonctionnement des collectivités humaines N'EST PAS celui que l'on décrit sur les bancs de l'école primaire, dans les associations comme le MRAPT et pas plus dans les formations politiques dont on ne retient même plus le nom.

MACRON par exemple n’est, comme ses prédécesseurs depuis DE GAULLE qu’un agent affidé de l’Empire que ce soit en toute conscience où qu’il soit, comme beaucoup, simplement manipulé.

Les modes de pensée permettant de réfléchir utilement aux problèmes qui nous sont posés sont ailleurs.
C'est le concept de système avec ses notions associées : régulation, organisation et auto organisation, mémoire, adaptation, apprentissage.
Des outils pour reprendre la maîtrise de NOTRE avenir. Outils qu’il faudrait apprendre dés l’école communale. Ce que bien entendu ceux qui les maîtrisent se gardent bien de les enseigner à nos enfants.

Car il ne suffit pas de savoir ; l'humanité n'est pas comme un piéton qui voit arriver une voiture à vive allure et s’arrête de traverser la rue ; son destin est lié et résulte des attitudes et des comportements de milliards de piétons.

Alors si quelques uns plus lucides que d’autres et plus prévoyants ont pris leurs dispositions et échapperont au plus gros du désastre, la majorité de l’espèce humaine paiera cher et très cher la folie de quelques uns.
A nous, à chacun d'entre nous, de faire en sorte que cette "activité" soit cohérente et aille dans le sens de la meilleure expression de l’effort humain. 

Pas simple ! 

Dynamique évolutionnaire

La dynamique évolutionnaire de base est la suivante : Le sujet, l’individu, perçoit au travers de son instinct (insight) quelque chose de mauvais dont la venue est inévitable.

Il ne peut rien faire afin d’interrompre le processus et il constate que ceux qui sont censés résoudre les problèmes, car il leur en à délégué les pouvoirs, en sont incapables et se moquent comme d’une guigne de ses préoccupations.

Encadré par un système de lois que son conditionnement social lui interdit de transgresser, il ne veut pas prendre le risque de perdre le peu qui lui reste en faisant sauter le système. Surtout s’il est propriétaire de son petit pavillon de banlieue qu’il espère pouvoir finir de payer dans une vingtaine d’années….s’il conserve son travail !

Le sentiment de son impuissance engendre chez lui et ses compagnons d’infortune, souffrance frustration et angoisse.
Alors il cherche à exercer quelque contrôle pour alléger sa peine qui se mue en une colère sombre et vengeresse.
Que viennent alors les boucs émissaires ….et il se trouve que les musulmans sont volontaires pour accepter la mission pourvu qu’ils soient assurés de recevoir leurs 11 000 vierges en récompense.

Alors allons-y gaiement !

Une fois de plus la République devient un Empire, le peuple attend son César et la justice promise.

Et on assassine plus les Césars, sauf s’ils s’appellent Mouammar Kadhafi où Saddam Hussein…par exemple.  Les "autres" mourront tranquillement dans leur lit.

Francis-claude Neri

22 11 18