Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2020

L’étrange défaite

Relier avec : La trahison des élites

Relayé par Noisette Marie Hannah Bozon

NE PAS LIRE CET EDITO C'EST DOMMAGE

"Un désastre. C’est tout simplement un désastre que vit actuellement la France.

Le mot « crise » ne suffit plus à définir la situation présente.

La France vit des heures de désillusion aussi profonde que celles qu’elle avait connues en mai 1940. La France pensait avoir le meilleur système de santé du monde, comme elle était convaincue d’avoir la meilleure armée du monde en 1940. Et puis, sous nos yeux, tout s’est effondré à une vitesse inimaginable. On se demandait pourquoi la France avait manqué d’avions efficaces, d’armements modernes comme des chars d’assaut, et pourquoi les soldats portaient encore des bandes molletières alors que les soldats allemands avaient des bottes en cuir.

Aujourd’hui, on s’interroge pour comprendre pourquoi il n’y a pas assez de masques, pourquoi il n’y a pas assez de respirateurs artificiels, pourquoi la France est obligée d’importer les produits réactifs pour fabriquer des tests de dépistage. On perd notre temps à discuter de problèmes d’intendance qui n’auraient pas dû exister si le système de santé français était vraiment le meilleur du monde. Mais le système de santé français n’est pas le meilleur du monde.

La France n’est plus un grand pays, mais une petite nation mesquine, bouffie d’orgueil et de prétention. Et en face d’un virus microscopique, l’orgueil et la prétention, ça ne sert à rien.

Une injustice insupportable

Il faudra alors se poser la question de savoir pourquoi un tel désastre. On ne peut s’empêcher de se tourner vers la fameuse Étrange Défaite, de Marc Bloch, qui, ayant vécu la défaite de 40 de l’intérieur, se posait la question de savoir pourquoi cela avait été possible. Et cette catastrophe en cours nous amène inévitablement aux mêmes conclusions : incompétence, inorganisation, absence de vision à long terme, improvisation.

En résumé : nullité de nos dirigeants, et en particulier de ceux en charge du système de santé français.

Cette génération de hauts responsables de la santé en France est en train d’entrer dans l’Histoire comme les généraux de l’armée française en 40. Une caste de petits chefs, de techniciens imbus de leur position, de leur suffisance, qui, face au coronavirus, avaient une guerre de retard, comme la plupart des généraux de 1940, qui se croyaient encore en 1918.

Ceux qui en payent le prix, ce sont les morts de plus en plus nombreux, mais aussi les médecins et soignants qui se sacrifient en y laissant leur peau, pour rattraper des erreurs dont ils ne sont pas responsables.

C’est toujours le troufion de base qui paye de sa vie la nullité de sa hiérarchie.

La France n’est plus un grand pays, mais une petite nation mesquine, bouffie d’orgueil et de prétention

Cette injustice insupportable, il faudra en répondre d’une manière ou d’une autre. Le président de la République a très vite comparé cette épidémie à une guerre. Cela pouvait sembler habile, afin de mobiliser la nation entière contre le terrible ennemi. Mais cette comparaison se retourne déjà contre ceux qui croyaient en tirer parti. Car en face d’un tel désastre, on ne pourra pas se contenter de quelques gerbes de fleurs et d’une distribution de Légions d’honneur.

Le besoin de justice est le sentiment qui structure une société. Quand il est bafoué, ce n’est pas seulement le système de santé français qui s’effondre, mais la totalité de l’édifice.
12 04 20

Michel Bendahan

Oui l’histoire se répète 1870, 14-18, 39-45 La sclérose du système est telle que l’inévitable se produit à chaque fois…ce n’est jamais le système qui est en cause, mais ceux qui le parasitent de l’intérieur ceux à qui il faut régulièrement couper la tête !
Quel sera l’homme providentiel cette fois ci ? Il n’y en a pas dites vous ? Vous devez avoir raison ! Une équipe peut être ? Une poignée d’Hommes et de Femmes ? Nous avons déjà connu ! Çà dure un moment et puis les mauvaises habitudes reprennent le dessus, l’édifice s’effondre à nouveau ; il faut recommencer …Camus avait raison : « Il faut imaginer Sisyphe heureux ! »
Je retourne à mon jardin !


09/06/2020

Des milliers de clandos défient la France

A Paris, des milliers de clandos défient la France : dehors !

Toute la pourriture de ce régime est apparue, ce samedi 30 mai, dans les rues de Paris. 5500 clandestins africains, en toute impunité, malgré l’interdiction d’une manifestation soutenue par 195 partis, associations, syndicats de gauche,  ont pu manifester sans le moindre problème de l’Opéra à la République.

Les Français ont eu une nouvelle confirmation que ce régime ne réprimait que les Gaulois, et laissait une liberté totale aux habitants des quartiers islamisés et aux envahisseurs africains. Ce gouvernement de criminels confirme, aux yeux de tous, son mépris des Français et sa préférence étrangère, alors que notre pays est ruiné, et que Macron évoque, pour la première fois, un impôt européen pour payer la crise… et l’immigration.

Avec de vrais dirigeants patriotes, la seule réponse possible, face à ce genre de situation, se résume en un seul mot : dehors !

Pierre Cassin

https://pierrecassen.com/2020/05/31/des-milliers-de-cland... 

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/
09 06 20

 

08/06/2020

Construire un château

Les régulateurs vivent peut être dans un plan différent, astral ou temporel, et je me demande souvent si ceux que j’ai repérés ne viendraient pas de ce plan.

Voilà une chose qui ne m’était jamais venu à l’esprit, que la bonne nourriture qu’ils servent nous remplit lorsqu’on a faim, très faim, même lorsqu’on ne sait pas vraiment pour quelles raisons on a si faim et de quoi !

Ils semblent dire qu’il faut être plus fort que sa colère, remplacer la tristesse par de la joie et que sa joie demeure.

Après, qu’il faut aussi donner de la bonne nourriture à l’autre, celui qui vous ressemble et vous est proche afin qu’il reste, lui aussi, serein et optimiste.

Les choses alors ne peuvent que bien se passer.

L’essentiel est de repérer le plus rapidement possible les dragons, les trolls et autres bestioles qui nous rendent la vie impossible.
Et dont il faut se débarrasser au plus vite en les renvoyant « au pays du mal ».

Mais les renvoyer au pays du mal n’est pas suffisant ; ils seront vite remplacés par d’autres « créatures » et comme elles vivent masquées près de nous avant d’être découvertes, il nous faut les empêcher d’arriver chez nous en rase campagne.

Alors construisons un château, filtrons en les entrées et apprenons à les repérer car hélas étant impuissants à affronter la totalité des pays du mal, il ne nous reste qu’à défendre notre territoire, que je résumerai par un non axiome :

Agir local tout en pensant global …surtout si l’on est impuissant à agir sur le global.

Il nous faut construire ou reconstruire notre « château » et empêcher les « créatures » d’y entrer …d’où qu’elles viennent et quelles qu’elles soient !

Si vous êtes un régulateur (mon cher François Ansalem …et quelques autres) donnez de la bonne nourriture à vos proches, partagez leur combat contre les démons et aidez-les à reconstruire un château.
Apprenez leur à penser système, à ne pas isoler les problématiques, à s’élever pour mieux voir, relier pour mieux comprendre, situer pour mieux agir.

À appréhender l’idée que la renaissance, la redécouverte  de notre culture, de notre mémoire, de nos identités, de nos « réseaux locaux » seront les bases solides de la  Société réticulaire : celle de l’organisation sociale en réseaux et du recommencement !

Allez au travail !

(Ceci N’EST pas une « injonction paradoxale »)  

Francis-claude Neri

http://semanticien.blogspirit.com/
08 06 20