15/08/2014

Petit rappel sur la question de l’analyse

La méthode analytique Elle procède par décomposition du sujet. On décompose un ensemble en ses éléments constitutifs, ses éléments essentiels, afin d’en saisir les rapports et de donner un schéma général de l’ensemble. 

La méthode systémique La méthode systémique consiste à considérer l’objet d’étude comme un « système », c’est-à-dire comme un ensemble d’éléments complexes en relation de dépendance réciproque. Elle vise à schématiser cet ensemble afin d’aboutir à une modélisation qui permette d’agir sur lui. Le chercheur peut y recourir dès qu’il est possible de définir un système (objet d’étude structuré et délimité). 

La méthode systémique implique nécessairement une simplification que le chercheur ne doit pas perdre de vue pour ne pas tomber dans des généralisations abusives. Pour une meilleure fiabilité de la méthode systémique, il convient de varier les points de vue sur un même objet d’étude et combiner plusieurs approches pour mettre en évidence tous les aspects de la problématique posée. Quelle que soit la méthode utilisée, il existe trois étapes dont il convient de respecter l’enchaînement : 1) observation des faits 2) élaboration d’hypothèses 3) vérification ou validation des thèses 

Voyons ce qui fait actuellement la différence entre deux méthodes d’analyse :

La méthode analytique

Qui procède par décomposition du sujet.

On décompose un ensemble en ses éléments constitutifs, ses éléments essentiels, afin d’en saisir les rapports et de donner un schéma général de l’ensemble.

Nous sommes tous en ce moment impliqués dans la "réaction" plutôt que dans la prospective.

Ce qui nous conduit le plus souvent à analyser une situation à partir d'un raisonnement Aristotélicien (linéaire et binaire : de cause à effet) et à laisser parler nos émotions plus souvent que la raison.

Voyons comment l’on peut « mieux » : s’élever (prendre du recul) pour mieux voir, relier les évènements entre eux pour mieux les appréhender (comprendre) et distinguer les plus signifiants pour mieux AGIR sur la « complexité » des situations.  

La méthode systémique

La méthode systémique consiste à considérer l’objet d’étude comme un  système, c’est-à-dire comme un ensemble d’éléments complexes en relation de dépendance réciproque. Elle vise à schématiser cet ensemble afin d’aboutir à une modélisation (prospective) qui permette d’agir sur lui. Le chercheur peut y recourir dès qu’il est possible de définir ce système (objet d’étude structuré et délimité).

La méthode systémique implique nécessairement une simplification que le chercheur ne doit pas perdre de vue pour ne pas tomber dans des généralisations abusives.

Pour une meilleure fiabilité de la méthode systémique, il convient de varier les points de vue sur un même objet d’étude et combiner plusieurs approches pour mettre en évidence tous les aspects de la problématique posée.

La méthode analytique, n'est pas incompatible avec la systémique. Elle est suffisante pour analyser les évènements non complexes.

La méthode systémique (et son application BAYESIENE) résout plus facilement les problèmes complexes, par exemple une conjonction de crises – économique, financière, alimentaire, énergétique, climatique – aux caractéristiques et aux temporalités différentes.

Enfin, nous avons à prendre conscience que la réalité n’est pas une somme de faits, aussi « vrais » soient-ils !

Si l’on change ses représentations, on modifie la réalité.

J’engage à interroger les représentations et figures qu'a pu prendre la singularité dans la pensée occidentale et à devenir « singulier » 

A utiliser l’approche systémique pour traiter les problématiques rencontrées aux différents niveaux de réalité :

1) Au premier niveau "physique" est la réalité objectale nécessaire et insuffisante des êtres, faits et objets repérables, observables, quantifiables et mesurables directement par tous, pour peu qu'ils le veuillent (application BAYESIENE par exemple)

 2) Au deuxième niveau "social" est la réalité psychique imaginaire des significations et valeurs conférées aux éléments et systèmes de la réalité objectale précédente. Ainsi, un "fait" ne devient évènement que par ses effets et répercussions dans l'esprit  des personnes.

Lorsque tout est oublié, il n'y a plus d'évènement, seulement un fait enregistré dans quelques archives. Pour qu’un fait devienne réalité il faut le faire vivre.  

Vous aimez votre pays, vos valeurs, votre culture, votre civilisation, alors faites vivre les évènements, les attitudes, les comportements, les pratiques que vous voulez rendre réels et qui contribuent à leur pérennité.... 

« Ceci « EST » un message ! » 

Francis NERI

15 08 14

 

 

 

14/08/2014

Juifs en France

http://www.europe-israel.org/2014/07/samedi-19-juillet-les-islamistes-pro-hamas-annoncent-vouloir-casser-du-juif-et-attaquer-des-synagogues-partout-en-france-que-fait-valls/

Mon cher Henri

J'ai de la famille juive en Alsace qui n'ose plus aller à la Synagogue à Strasbourg car il y a plein de manifestations pro-bougnoules et ce Shabbat qui vient, il y a un mot d'ordre des bougnoules de vouloir casser du Juif !!!

Que disent et que font Valls et le gouvernement ? Rien.

J'emploie le terme "bougnoule" de façon bien pesée, voulant désigner ces arabes qui ne songent qu'à égorger du Juif et du "croisé" et islamiser notre belle terre de France.

Je crois qu'ils se forgent beaucoup trop vite de doux rêves, ce n'est pas gagné pour eux, d'ailleurs, l'islam ou plus précisément "Ishmaël" est en train de tomber, il n'y a qu'à regarder la Tunisie, l'Égypte, la Syrie, la Lybie, c'est le chaos total.

Et à Tahiti :

http://www.europe-israel.org/2014/07/pendant-ce-temps-a-tahiti-des-manifestations-anti-islam-sorganisent/comment-page-1/#comment-167482

Bravo les Tahitiens !

Nous devrions suivre l'exemple de nos amis tahitiens, eux au moins ont du bon sens. Et puis ça n'est pas dans le caractère des Maohis (Maoris en Nouvelle Zélande et je connais bien le "Fenua") de se laisser faire.

Chez nous en France, ça sent, que dis-je, ça pue de plus en plus la guerre de religion islam/occident. Mais nous l'aurons bien cherché.

CS

Mon cher Christophe...

Je ne vais pas dire que je suis satisfait de cette dramatique situation des juifs notamment en France, et qui d' ailleurs ont bien compris depuis un certain temps déjà qu' il était temps pour eux de rejoindre la terre Sainte et cela malgré l' amour qu' ils portent à la France.

Toi qui me dis avoir en Alsace de la famille juive, tu sais très bien qu' un nombre très important de juifs, patriotes, ont depuis fin 2011 date de la constitution du "Rassemblement Bleu Marine", rejoint ce mouvement qui est le seul avec le parti du Front National à représenter la vraie droite en France. Il est la voix de la France.

Ces juifs, patriotes français, font partie intégrante du vrai peuple de France. ils ne sont pas ces juifs apatrides, bobos de la finance, du show-bizz et des médias, qui se cooptent et qui pour la plupart sont inféodés aux loges maçonniques. Depuis un certain mai 68 ils ont accentués leur prise de pouvoir idéologique et désormais, ils contrôlent les débats sociétaux (vois le travail de sape d' un Vincent Peillon à l' Education Nationale) de plus en plus confortés par cette Europe là avec la bienveillante et très intéressée attention des Etats Unis.

Ils ont voulus faire alliance avec le diable nazislamique encore pire que le régime hitlérien. du pur nihilisme pour tous les français qui avaient et qui ont du bon sens, ce suicide collectif dépasse l' entendement.

Vois-les tous, continuer à hurler contre le Front National, quel aberration, alors que c' est le seul parti politique français qui défend nos valeurs judéo-chrétiennes.

Après quoi court le consistoire central israélite derrière ces associations communitaristes, ces colloques avec l' UOIF, ces copinages avec l' UMPS dont les têtes sont comme des poissons avariées. Ou est la morale quand l'ancien grand Rabbin Bernheim et semble t-il le nouveau Haïm Korsia qui était pourtant Aumonier Général Israélite des Armées est lui aussi accusé par médiapart de plagiat.

Bernheim, bec et ongles comme Cahuzac pour ses comptes à l' étranger (lui par contre contrairement à Sarkozy, il n' est pas encore mis en examen  !!) !!...et jusqu' à ce que preuves fût apportées sous leur nez, faisaient serment qu' il n' en était rien.

Et ce sont ces gens là, ( pas ceux de Jacques Brel )...qui veulent ou voulaient asservir le bon peuple de France ??

Ce sont ces gens là qui hurlent avec les loups contre les patriotes, les souverainistes ??...qu' ils prennent bien garde qu' en plus des islamistes, ils trouvent sur leur chemin ces souchiens qui pour retrouver leur fierté d' être "encore" français, sortiront leur fourches et leurs piques pour peut-être y planter quelques têtes !!

Amitiés patriotiques  

HB

09/08/2014

Gaza ça suffit !

 

Les Français, dans une large majorité 74 % se moquent éperdument du conflit entre Israël et les Palestiniens. Et je ne suis pas étonné que la sympathie de la gauche, socialistes et verts compris, aille au Hamas alors que celle de la droite y compris le Front National aille majoritairement à Israël. Les choses ont le mérite d’être claire !

Les Français sont de plus en plus inquiets et exaspérés par un conflit provoquant des affrontements réguliers et fréquents dans la région sans aucune perspective d'amélioration et en craignent le débordement sur le territoire. Les nouvelles manifestations prévues en France font craindre de nouveaux débordements qui n’auront pour résultats que de dresser un peu plus la grande majorité des Français contre la gauche et la population musulmane.      

Je ne suis pas toujours en accord avec Michel Garroté, en particulier pour son amour inconsidéré, à mon sens, pour les USA que je pense être totalement responsables de la situation, mais sur ce coup je suis avec lui et jusqu’au cou : Gaza çà suffit et qu’lls en finissent une bonne fois pour toute nous pourrons enfin régler tranquillement nos comptes en interne avec NOS Islamistes et notre gouvernement de vendus !

 …………

Michel Garroté, réd en chef –- Aujourd’hui, comme chaque jour, depuis plus d’un mois, je vois, encore et toujours, le même mot apparaître en priorité dans les médias français : « Gaza ». Je ne peux plus supporter le mot « Gaza ». Ce mot me fatigue, m’irrite et m’agace. Des milliers de personnes sont mortes, dans des conditions atroces, ces dernières semaines, en Syrie, et, surtout, en Irak. Elles ont été massacrées par les grands criminels de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL).

Mais ces personnes ne vivaient pas à Gaza et de ce fait les médias n’en parlent que très peu. A chaque fois qu’un enfant est tué à Gaza, cela fait l’objet d’une dépêche spécifique, reprise dans la presse écrite, à la télévision et sur Internet. Une dépêche pour chaque enfant tué à Gaza (à cause de la politique hallucinée des sociopathes du Hamas, mais ça les médias ne le disent pas, laissant ainsi entendre que ce serait la faute aux juifs israéliens).

Il n’en va donc pas de même à chaque fois qu’un enfant chrétien, un enfant kurde ou un enfant yézidi est tué en Irak par l’EIIL. Je note tout de même, c’est le seul point positif, que George Packer dans The New Yorker et Audrey Duperron sur express.be signalent que des milliers de personnes sont tuées en Syrie, en Irak et au Liban, mais que les médias européens ne s’intéressent qu’à Gaza. « Les journalistes sont obsédés par les comptes-rendus sur Gaza », écrit de son côté Afshin Elian sur Elsevier.

Audrey Duperron sur express.be publie quelques témoignages (extraits adaptés ; voir liens vers sources en bas de page) : « Je ne vois aucune attention du reste du monde. En un seul jour, ils ont tué plus de 1’000 Yézidis à Sinjar et le monde entier dit Sauvez Gaza, sauvez Gaza ». Cette déclaration est faite par Karim, un Kurde Yézidi irakien, de la petite ville de Sinjar, située entre Mossoul et la frontière Syrienne, qui est tombée aux mains des terroristes de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL).

200’000 personnes ont fui Sinjar, selon l’ONU. Dans les montagnes où elles se sont réfugiées, elles manquent d’eau et de nourriture, alors que la chaleur y est suffocante. Il y a déjà deux Etats Al-Qaïda : l’EIIL en Irak et au Levant et Ansar al-Sharia à Benghazi en Libye. Le parlement libyen a quitté la capitale. Al-Qaïda a donc fondé deux Etats et les médias européens ont à peine prêté attention à tout cela. Ils sont trop occupés avec leur propre obsession, à savoir les palestiniens de la bande de Gaza.

Le nouveau Califat islamique, fondé par l’EIIL, est implacable. Les femmes sont lapidées à mort pour adultère, les prisonniers de guerre sont exécutés par centaines, les chrétiens et les autres minorités sont expulsés le plus rapidement possible. Des gens sont crucifiés et décapités. Les têtes sont brandies sur des piques et on pend des gens avec les lignes électriques. Tout cela se passe dans l’année du centenaire du génocide assyrien, le Seyfo, et, le monde regarde sans rien faire (fin des extraits adaptés ; voir liens vers sources en bas de page).

« Gaza » : ce mot me fatigue, m’irrite et m’agace.

Reproduction autorisée avec mention :

M. Garroté réd chef  www.dreuz.info

michel.garrote@romandie.com

Sources :

http://www.newyorker.com/news/daily-comment/friend-flees-horror-isis?_ga=1.19042109.488772686.1403848382

http://www.express.be/joker/fr/platdujour/alors-que-loccident-dort-al-qaida-a-deja-fonde-deux-etats-saisissez-vous-ce-que-cela-signifie/206942.htm