Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2019

Les dieux des religions

Les dieux des religions n'existent que dans l'imaginaire collectif des croyants et en théorie dans les travaux des théologiens, en pratique c'est le fil de l'épée qui les fait exister, généralement au profit des maîtres.

L'islam ne s'écarte pas de ce paradigme, au contraire son histoire en ferait plutôt le parangon du genre.

Ce n'est pas un cas unique d'une religion devenue accessoire et alibi de la force, de la brutalité, de la violence, de la cruauté, instruments de soumission, d'autres sont dans le même cas malgré de bien meilleures intentions de départ.

Ce que l'islam a permis aux califes et aux sultans, aucune religion, aucune idéologie contemporaine de l'islam, ne l'a permis en cruauté, en barbarie, en abomination aussi longtemps, aussi impunément.

Historiquement cette religion est la pire de toutes..., un peu de pseudo théologie, une histoire falsifiée, une propagande officielle universelle, n'y changeront jamais rien, de près ou de loin, dans le texte ou dans les faits, au présent ou au passé, à la lettre ou dans l'esprit, à faible ou forte dose, pour l'humanité comme pour l'humaniste, cette religion est la pire de toutes.

Ne pas l'affirmer, ne pas en parler, a fortiori prétendre le contraire ou seulement nuancer la dure réalité factuelle, atténuer le bilan de l'histoire, c'est s'en faire objectivement le complice.

Cette complicité n'est généralement assumée en tant que telle, les blancs déclarant l'islam compatible avec la civilisation et la culture occidentale le produit pas si paradoxal d'un deux poids deux mesures qui n'est lui-même que l'expression polie du racisme, une manière de dire, "... je vois bien que l'islam est une horreur, voire une abomination, en théorie comme en pratique, mais comme je suis blanc et pas l'immense majorité des adeptes du Prophète, je préfère m'abstenir de l'exprimer..., car ce serait arrogant, alors je suis tolérant avec les intolérants, quitte à tout perdre et préserver ma suprématie morale dans l'Apocalypse programmée par les croyances et le comportement de ces gens..."!

 

François Amsallem

02 05 19

http://semanticien.blogspirit.com/
Francis-claude Neri

 

01/05/2019

Soumission

Soumission  la refuser ce serait choisir la guerre.

Un grand nombre de spécialistes et de docteurs de la foi semblent être d'accord pour voir dans le Coran une déclaration de guerre au monde en arabe. Dans ce cas peu importe les nuances, les interprétations, les bonnes intentions, le Coran demanderait en simplifiant à peine, la soumission de tous, la refuser ce serait donc choisir la guerre.

Si l'on considère ce paradigme, impossible à contredire, comme la matrice du texte, à laquelle tout peut être ramené, quelles sortes d'intérêts aurions nous, musulmans ou impies, à le nier?

Pour les premiers on parle d'une tactique, une ruse de dissimulation appelée Taqyah.

Mais pour les seconds, s'agit-il d'un vœu pieux, d'une déficience cognitive, d'une alliance objective ?

Je pense que le message est on ne peut plus clair, sachant que la traduction du mot "islam" est "soumission" et la traduction du mot "musulman" est le substantif "soumis"! Il est impossible de manière logique de ne pas en déduire le contexte de l'interaction avec l'islam imposé par l'islam aux autres croyances ou à l'absence de croyance et donc du musulman avec le non musulman.

Le résultat est dynamique, puisqu'il s'agit du rapport entre la Soumission et l'insoumission, donc à l'échelle humaine du soumis à l'insoumis, c'est à dire concrètement du déjà soumis soumettant (s'il pense que le rapport de forces le permet et sinon en attendant s'engageant à œuvrer pour qu'il le permette) à l'insoumis à soumettre.

La différence entre l'islamisme radical et l'islam dit modéré n'étant qu'une question de tempo, l'un n'ayant pas la patience de l'autre, l'un n'ayant pas les doutes de l'autre sur l'assistance de la Providence divine.

L'islam c'est chouïa chouïa et l'islamisme c'est fissa fissa et sinon c'est kif kif.

Le statut de dhimmi et le concept de djihad sont là confirmation de ce qui précède.

François Amsallem

01 05 19

30/04/2019

UE la quitter

Le FN aujourd’hui RN a t’il JAMAIS vraiment proposé de quitter l’euro et l’UE : il suffit de lire les professions de foi des rendez-vous électoraux pour être éclairé et douter. En ce qui concerne la transformation de l’UE, c’est impossible car le TFUE exige l’unanimité. Tous les partis proposent une « autre Europe » depuis 1979.
Le RN sait aussi que pour retrouver notre souveraineté et s’opposer à l’immigration massive et à l’islamisation c’est impossible sans en sortir…alors comment va t’il faire ?

Transformer l’Europe, changer l’Europe, etc.
Depuis 40 ans c’est l’éternelle rengaine, de tout le monde.
Ca ne marche pas comme ça, il faut l’unanimité pour changer quoi que ce soit.
Le Luxembourg ou l’Irlande vont ils accepter de mettre des barrières à l’évasion fiscale ? Non, c’est leur fond de commerce.
Ceux des « pays de l’EST » vont ils renoncer aux subventions et au soutien de leur économie ? La Grèce va t’elle aussi s’en priver ?
Ces pays de l’Est vont ils accepter une Europe sociale ? Non, le bas coût de main d’œuvre est leur fond de commerce.
Tout est comme ça.
Prétendre changer l’Europe, c’est de l’électoralisme, de l’enfumage, de la manipulation.

Alors bon nous allons voter et nous avons tous une idée du pour quoi et du pour qui, mais pour quoi faire ?

Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/