Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2018

Nous avons à nous mettre en colère …

Je suis animé par la colère ultime, que faire ? Lire relire et comprendre la Marseillaise.
Tout est dit. Ce n’est pas un hymne à la paix mais un préalable.

Michel Bendahan

La colère est saine si elle ne se transforme pas en haine !

La mienne est dirigée contre les collabos au pouvoir et ces « indignés » qui rêvent et militent pour une France métissée, c’est à dire « mennelisée » comme l’écrit Finkiekraut, dont rien ni personne ne doit entraver le développement.

Ils nous assimilent à la « fachosphère » Ils ont décidés d’avoir notre peau. C'est tout simplement ingérable ...

Mais ce n'est pas seulement de colère "politique" dont il convient de débattre, à moins qu'on ne considère le politique comme un tout, mais dans ce cas il faut aussi distinguez les parties c'est à dire l'économique, le financier, le social, le culturel, le cultuel etc.
Dans ce cas, et seulement dans ce cas, nous pouvons considérer que le tout politique « coléreux » est plus grand que la somme des parties et les mettre en action ensemble de manière organisée et structurée ...

Vu les divisions actuelles et certains dérapages...démission et corruption de (certaines) élites entre autre politico-médiatiques, je me pose des questions sur ce pays pour la permanence de sa "morale" en action et la mise en application de sa colère envers les « institutions » et sur la capacité de cette colère à les réformer.

Honte à nous si nous persistons à trembler !

Je crois que NOUS avons besoin d'en être (r)assurés et espérer que notre colère demeure !

Francis-claude Neri

25 03 18


24/03/2018

Stop AUX bisounours

Stop AUX bisounours nous dit Paul Abysses Compe ... ils sont responsables ET coupables depuis 1962 ... ce n'est pas rien ...les cris de joie des Djeunes de citées, dites sensibles, après chaque attentat nous disent clairement que 'çà' ne fait que commencer.
Le musulman de base est à présent inféodé à l'islam radical ( à l'islam tout court en fait ) Ils organisent soigneusement la sécession avec la communauté nationale ...Nous avions le temps de NOUS organiser nous aussi en petites communautés implantées sur TOUT le territoire national ...nous avons raté le côche ...
A présent notre seule possibilité (car nos "zélites" ne feront rien) c'est soit la guerre de reconquête du territoire soit la partition...bon courage les jeunes nationaux ...enfin ce qu'il en reste.

Les « bisounours » croient encore à la compatibilité entre l’islam et la république …Ils se réfèrent aux catholiques …mais le monde catholique, comme le monde juif, était endogène à la civilisation française.
C’est ce qu’ils espèrent de la part des musulmans …envers et contre tout …

C’est d’eux, les "bisounours"qu’il nous faut, en priorité, nous occuper avec ceux du pouvoir en place…et vite car il faut, outre la menace islamiste, prévoir de grands bouleversements démographiques.

L’Europe devra faire face pour 2040 à 2050 à 2,5 milliards d’Africains qui seront attirés par le vieux continent « pour une vie meilleure »
Le changement climatique ne nous fera pas de cadeau non plus … et les « Zélites » politico médiatiques, les multinationales et les financiers …nous auront largués depuis un bon moment.
Les anciens comme moi ont de la chance ils ne verront pas çà … Bon le pire n’est jamais certain …tout est possible si le chaos s’en mêle !

Bonne chance les jeunes !  

Francis-claude Neri

24 03 18

19/03/2018

Gouvernement mondial

"Dans un gouvernement mondial, démographie, finances et économies doivent être liées, régulées et contrôlées et les déviances sévèrement sanctionnées."

Francis-claude Neri

Malheureusement ce système de vote fondé sur le plus grand nombre sans aucun contrôle de compétence, nourri l’explosion démographique de la bêtise pour prendre le pouvoir.

Malheureusement ceux là même qui vivent de la finance en la gérant sont ceux qui produisent notre monnaie et décident des règles, je ne connais pas de plus grand conflit d’intérêt.


Malheureusement l’économie est fondée sur le profit, l’art de prélever une marge sur une vente, et la concurrence, celui qui fait le plus gros profit élimine les autres. Résultat la masse de toutes les marchandises produite est vendue bien plus cher que sa valeur réelle, et la somme de tous les salaires ne peut consommer cette production il faut alors passer par le crédit et la dette qui diminue encore la capacité des peuples à acheter leur propre production.


Malheureusement pour sanctionner une déviance, il faut une loi admise par tous d’où un minimum de constitution mondiale, un système d’enquête policière d’où un minimum de prélèvement sur les peuples pour la financer, et un système judiciaire indépendant capable d’imposer ses décisions, et un système de sanction confirmée par un minimum de gouvernement mondial qui empêche la protection d’une déviance par un état fort. D’autant plus fort qu’il profite économiquement de cette déviance !


Donc première étape proposer une forme minimale de constitution acceptable par tous les pays, rien que ça c’est une sacré utopie, mais quelle autre solution est-elle possible ?

Alain Persat

D'accord avec toi ...et la SORTIE est bien là sans nul doute...notre "travail" doit donc consister à en populariser le concept qui finalement est d'une grande simplicité puisqu’il "suit" tout simplement les lois naturelles qui sont celles de : l'auto catalyse, l'auto sélection et l'exclusion compétitive.
L’essentiel est de ne pas perdre de vue que si l'on décompose par l'analyse la complexité en éléments simples nous perdons en route les propriétés émergentes (donc nous n'abordons jamais le "tout".)

Je préconise la synthèse systémique seule capable de mettre en relation des phénomènes naturels répondant à des lois générales et des actions humaines individuelles et collectives ...

Faute de méthode, d'outils d'observation, de capacité d'évaluation, les politiques, qui sont persuadés être les seuls capables de faire avancer les sociétés dans une direction choisie, sont dépassés par les évènements, par les rétroactions positives (qui amplifient les problématiques) et sont à présent à court terme incapables d’imaginer et encore moins de mettre en œuvre une réponse cohérente.
Une réponse difficile à saisir car elle nécessite une connaissance de plusieurs disciplines et domaines différents. Leur spécialisation à outrance ... (pour ne pas dire leur incompétence) et leur vision binaire du monde les en rendent incapables.

Tu vois donc ce qu'il NOUS reste à faire si nous voulons rester dans le jeu encore un moment
Francis-claude Neri

19 03 18