Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2019

C’était de Gaulle

C’était de Gaulle
publié en 1994 :

« Le débarquement du 6 juin, ç’a été l’affaire des Anglo-Saxons, d’où la France a été exclue. Ils étaient bien décidés à s’installer en France comme en territoire ennemi ! Comme ils venaient de le faire en Italie et comme ils s’apprêtaient à le faire en Allemagne ! Ils avaient préparé leur AMGOT (Allied Military Government for Occupied Territories nldr) qui devait gouverner souverainement la France à mesure de l’avance de leurs armées. Ils avaient imprimé leur fausse monnaie, qui aurait eu cours forcé. Ils se seraient conduits en pays conquis».

« C’est exactement ce qui se serait passé si je n’avais pas imposé, oui imposé, mes commissaires de la République, mes préfets, mes sous-préfets, mes comités de libération !

Et vous voudriez que j’aille commémorer leur débarquement, alors qu’il était le prélude à une seconde occupation du pays ? Non, non, ne comptez pas sur moi ! Je veux bien que les choses se passent gracieusement, mais ma place n’est pas là !»

« Et puis, ça contribuerait à faire croire que, si nous avons été libérés, nous ne le devons qu’aux Américains. Ça reviendrait à tenir la Résistance pour nulle et non avenue. Notre défaitisme naturel n’a que trop tendance à adopter ces vues. Il ne faut pas y céder ! (...)»

Général de Gaule

Gerard Pandolfo

06 06 19

 

26/05/2019

Les résultats

Avec de tels résultats dans trois ans au premier, Macron sera réélu haut la main au second tour.

François Amsallem

Martine Beitz François Amsallem Il peut se passer beaucoup de choses en trois ans, mais il a bien tué la droite (avec l’aide de la droite) .
Vous éliminez le RN ? Méfiance

François Amsallem Martine Beitz si après tout ce qui s'est passé depuis deux ans, son parti insignifiant sans lui parvient à obtenir un tel score il est déjà réélu, a fortiori s'il est opposé à un candidat ou une candidate RN au second tour.

Dominique Dufiet On voit mal aujourd’hui quel parti pourrait venir jouer les trublions entre le RN et LREM...

François Amsallem Marine Le Pen est déjà prête à faire réélire Macron.

François Amsallem Les doigts dans le nez.

Martine Beitz Oui et en s’alliant avec les Verts.

Juvenal Raphaël Maistre Il va falloir construire une alternative crédible..

Didier Mey ll faut qu'on se foute à nouveau une bonne fois sur la gueule, plutôt ! Ca fait bien trop longtemps que ça n'est plus arrivé.

Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/

 

Quelques basiques à retenir avant de voter dimanche.

24 mai, 10:30- Nul groupe parlementaire n’a jamais eu la majorité à lui seul à Strasbourg. Ainsi faut-il pour chaque vote rechercher, constituer, des accords avec d’autres. Pour le PPE, le groupe auquel adhèrent les LR, ces jonctions se firent avec le groupe des Démocrates-Libéraux ou du PSE ou des Verts. Jamais ne furent-ils avec le groupe ENL. On peut regretter cela, mais pas le contester. C’est un fait. Jamais le PPE ne s’associa avec ENL. L’interdit du B’nai Brith en est-il la cause ? Je ne sais.

- Les programmes nationaux sont abscons ; ils ne pèsent pas plus que le papier sur lequel ils sont écrits. D'évidence seuls comptent les idées fondamentales, les volontés, les intentions des Groupes qui se constituent au Parlement Européen. Les programmes de Bellamy ou Bardella ou d’un autre sont perceptibles dans leur programme ; certes ! Mais la mécanique électorale actuelle ne permet pas à l’électeur de connaître à l’avance ce que sera le socle des valeurs et de la politique que souhaiteront appliquer les groupes parlementaires auxquels ils adhèreront.

- Les LR n'ont pas un poids - un nombre de députés suffisant - pour amener le PPE à partager leurs valeurs. Ils ne le purent durant la mandature précédente, ils ne le pourront pas plus en ayant cette fois encore moins de députés qu'ils n'en eurent.

- Une nouvelle mandature s’ouvre. Il me semble que si l’on souhaite que le PPE ‘droitise’ sa ligne de conduite il est important de constituer le plus fort groupe ‘ENL’ afin que la droite classique soit comme contrainte de chercher des accords avec ce groupe-là, plutôt qu’auprès du PSE, des démocrates-Libéraux ou des Verts. Si cela ne se fait… Eh bien les électeurs LR n’auront plus que leurs yeux pour pleurer et regretter que l’attitude et les décisions du PPE ne soient celles du programme de Bellamy.

Bertrand du Boullay est avec Edmond Grimberg et 12 autres personnes.

24 mai, 10:30 ·

 

Agnes des Granges Un léger rajout...Certes "les eurosceptiques progressent. Mais la formation d’un groupe unique, tel qu’envisagé par les leaders de l’ENL, apparaît peu probable au vu d’intérêts divergents et de réserves mutuelles entre les différents partis nationalistes, et du fait que le CRE, tout comme l’ENL, ont mis en avant leurs propres Spitzenkandidaten...."

Bertrand du Boullay Agnes des Granges Très chère Agnès, il se peut que le groupe Salvini-RN ne soit pas à la hauteur souhaitée, ou qu'un autre se crée en sus du côté des nationalistes. Qu'importe, ce qu'il faut est qu'ils soient les plus hauts possibles ; afin que le PPE se détache de ses alliés Libéraux ou Socialistes :

Bellamy siégera au groupe PPE dont le président Manfred Weber a déclaré que ses alliés naturels étaient le Parti socialiste européen et les Libéraux. Il serait intéressant de savoir si les électeurs de la droite conservatrice considèrent d’un cœur léger une alliance avec les socialistes européens et les libéraux qui sont porteurs d’une idéologie libérale-libertaire à tendance totalitaire.

Brigitte Pellegrin Les Républicains sont désormais très à droite, avec notamment des positions claires quant à l'immigration. Les 3 têtes de liste, Bellamy, Evren et Danjean, ont des valeurs fortes, ont déjà une expérience en tant qu'élus et sont compétents pour influencer au sein du PPE; Le FN n'a pas réussi à influencer lors de la dernière mandature ; pourquoi le ferait-il mieux dans les années qui viennent ? Je ne sais pas.

Bertrand du Boullay Brigitte Pellegrin Brigitte, les LR n'ont pas un poids - un nombre de députés suffisant - pour amener le PPE à partager ses valeurs. Ils ne le purent durant la mandature précédente, ils ne le pourront pas plus en ayant cette fois encore moins de députés qu'ils n'en eurent.

M'est avis que seul un groupe nombreux de ENL les obligerait à avoir recours à celui-ci pour faire passer certains textes.

Voilà ce que j'ai tenté d'expliquer.

Bien amicalement

Gérard Auzou Merci de votre analyse. Intérêt supplémentaire d'un groupe ENL très fort : permettre de vérifier sur pièces la solidité et donc la sincérité des convictions droitistes affichées par Bellamy et LR pendant la campagne.

Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/