Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2019

L’Europe, c’est la paix !

L’Europe, c’est la paix ! l’Europe, c’est la paix ! l’Europe, c’est la paix !
Les menâtes eurobéates et autres petits « oiseaux » écervelés de cette campagne ont beau sortir leur vieux disques rayés du siècle dernier, la pétition de principe ne résiste pas à l’examen. On a beau répéter que la construction européenne protège la paix, l’assertion n’en est pas moins fausse et archi fausse.

1: la Suisse n’est pas dans l’UE et aucune guerre n’est pensable contre ce pays avec lequel nous partageons une large frontière. Pourquoi ? Évidemment car, au-delà des différences de psychologies et de langues, nous partageons les mêmes valeurs politiques démocratiques et humanistes… (et même quelques intérêts).

2: tant que les anciens régimes voulurent agresser et soumettre les démocraties sur le vieux continent, il y eu guerre.

3: la guerre est née de la sortie de l’All de la démocratie (mais sa population n’y était pas vraiment entrée).

4: c’est la férocité des combattants de l’armée rouge et les 300 000 tonnes de bombes incendiaires qui ont converti les Allemands à la démocratie, conversion sincère qui n’a RIEN à voir avec l’unification de l’Europe.

5: Si le ressentiment nationaliste allemand n’a pas pu renaître de ses cendres, c’est que l’occupant américain a eu l’intelligence d’ouvrir les yeux de la population sur la cruauté du régime mais aussi que les vainqueurs ont cette fois démembré l’Allemagne (suivant le mot d’un écrivain français qui aimait tellement l’Allemagne qu’il en voulait plusieurs !). Ici toujours aucun rapport avec l’UE ou Monnet, Schuman.

6: ce qui encouragé le rapprochement des peuples allemands et français, ce n’est pas Erasmus qui n’existait pas en 1963 (date du traité de l’Elysée) mais évidemment la main tendue française et la profonde réconciliation entre les deux peuples voulue par de Gaulle et reçue par Adenauer. Aucun rapport avec l’UE, la CEE ou la CECA.

7: autre facteur vital celui-ci ayant favorisé la paix et qui n’a strictement aucun rapport avec la construction européenne, c’est la dissuasion nucléaire qui a maintenu la paix sur le vieux continent voire entre grandes puissances mondiales jusqu’ici.

8: la psychologie de l’UE, sa tentation permanente à finasser, à couper les cheveux en quatre. Son réflexe pavlovien en cas de conflits, comme l’écrivait Albert Cohen à propos de la SDN, à créer une commission, à rédiger un rapport, à publier un communiqué pour protester et si les atteintes aux droits humains persistent à recommencer est typique de toute les institutions internationales. Car la CEE comme l’UE, a beau avoir une monnaie et la prétention ridicule à monter sur ses ergots pour jouer aux États, elle ne dispose d’aucun outil militaire ni aucune volonté politique ferme et commune. Et c’est heureux.

9: lorsque la guerre, la vraie fut de retour en Europe, en 1991, de quoi la CEE a telle protégée les civils yougoslaves massacrés et déplacés par des combats fratricides ?

Alors, vous avez bien sûr le droit d’être favorable au dépassement de la démocratie et de la nation par la construction européenne mais, de grâce, épargnez nous vos bobards.
Ce que l’on appelle aujourd’hui vos fake news.

Guillaume Bigot

20 05 19

Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/


Patricia Biegel La paix résulte de la lassitude des peuples européens et des guerres de décolonisation. L'UE n'a jamais engendré la PAIX. Encore un bobard des spécialistes des « fôsses » nouvelles!

Daniel Besson L’Europe c'est la paix! Mais ou? Pour l'heure je ne vois que la guerre - civile- car avec l'immigration je ne vois rien d'autre en vue, surtout que ces envahisseurs sont très hargneux et se donnent des droits qu'ils n'ont pas
Le rappeur Castaner parle mais sera impuissant vu les positions de la magistrature qui protège les migrants...

 

25/04/2019

Rassemblement National

Après de longs mois de flou, la position du RN est désormais claire : il faut modifier le fonctionnement de la zone euro, mais pas de revenir à la monnaie nationale. Marine Le Pen avait d'ailleurs dit comprendre la peur des Français sur le sujet. Même chose pour le Frexit, passé aux oubliettes.

Maintenant, la ligne du parti serait de prôner une révision des traités européens (et notamment la suppression de la Commission européenne). Une position qui aurait, on l’imagine, dans l’idée de rassurer les électeurs frileux à l’idée de voter en faveur du Rassemblement National mais qui risque d’être difficile à faire accepter par d’autres pays de l’Union.

Autre mesure, le verdissement du programme « inspiré par l'économiste et essayiste Hervé Juvin, lui-même candidat RN aux européennes ».
Avec la volonté de développer le « localisme » et le « juste échange ». Sans doute veulent ils reprendre le vieux mantra de François Mitterrand (jamais mis en œuvre) : penser global mais agir local…il serait temps d’y penser !

Par contre, il n’est heureusement pas  question de revenir sur l’idée de « l’arrêt de l’immigration », idée qu’elle confirmera à l’émission « Le Grand Jury » ou sur la nécessité de protéger les frontières…même si rien n’est dit sur la façon de procéder avec des frontières qui resteront de toute façon ouvertes à l’immigration massive.

Accepter l’UE c’est ne pas offrir d’autre perspective que de continuer comme maintenant, car la zone euro n ‘est pas modifiable.  Marine Le Pen n’est pas sérieuse dans ses demandes de changement internes de l’UE: elles sont impossibles à mettre en œuvre dans le contexte UE.

Donc elle s’agitera un moment, puis se soumettra ou se démettra. A mon avis elle se soumettra et voter pour elle, pour LR, pour Macron ou pour le PS et même FI en matière d’Europe c’est du pareil au même. Sachant qu’il n’y a plus de politique nationale sur les sujets les plus cruciaux c’est pratiquement des politiques identiques au niveau national sauf sur quelques sujets sociétaux et encore de moins en moins via la Cour Européenne…quand à peser au niveau international il ne faut plus y penser.
Les autres prétendants comme Mr Asselinéau n’ont aucune chance dans le contexte politique actuel.

Monsieur Belamy va faire un carton et 80 % des Français s’abstiendront de participer à cette mascarade…ensuite les comptes se règleront dans la rue !

Francis-claude Neri
NERI Francis @Iese67NERI
http://semanticien.blogspirit.com/

25 04 19

15/04/2019

Trahison

" On pourrait dire aujourd’hui que les gouvernants français qui ont maintenu le mythe du couple franco-allemand alors que la France en tirait de moins en moins d’avantages n’ont pas trahi l’Europe, certes, mais leur propre pays."
Christian Vanneste

Exactement ...il faut sortir de l'UE et vite car elle n'est pas transformable de l'intérieur.

Francis-claude Neri

Triste constatation. Le pire n'est pas de s'être fait piéger mais de ne pas réagir après en avoir pris conscience....et de continuer de courir après des chimères en gesticulant alors qu'au fil des années, la France a perdu son aura et son statut de puissance face aux nouveaux maitres économiques et militaires du monde en Amérique et en Asie. L'Allemagne a compris après guerre que sa renaissance passerait par la puissance économique qu'elle s'est attachée à restaurer via l’unification deux 2 énormes territoires en développant son économie tant à l'échelle mondiale qu'en dirigeant ses efforts vers les pays de l'Est. Elle commence a présent a reconstituer discrètement une armée que pour ne pas brusquer elle veut appeler "européenne" La France, elle, imaginait conserver son influence en dominant la pauvre Afrique du Nord -les pays arabes pour généraliser- et la pauvre Afrique noire, son ex chasse gardée. Cela n'a duré qu'un temps. L’Italie se détache et sort du giron, les pays arabes ont multiplié leurs partenaires et sont divisés l'islam intégriste aidant et l'Afrique se fait coloniser par la Chine sans être insensible aux USA que la France ne peut évincer. Le réveil va être dur lors même que l'UE via l'Allemagne a corseté la France lui aspirant son énergie via l'Euro la laissant se débattre dans des crises sociales accentuées par une immigration musulmane inutile et couteuse évaluée à une quinzaine de millions de personnes.

Bliah Philippe

15 04 19