Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2014

Education et socialisation

Depuis trop longtemps notre identité, nos fondamentaux culturels et cultuels sont foulés au pied et nous reculons devant la pression de cultures étrangères.

De quelque "chapelle" qu'il soit, un Maire à le devoir de reprendre  en main dans nos cités : l’acculturation, l'éducation, la socialisation et le principe d’assimilation.

Il en a les moyens, ne serait ce qu’en mettant fin à l’action pernicieuse de certaines associations gauchistes, dites « d’éducation populaire », comme les Francas, les CEMEA etc…Il suffit pour cela de couper les vivres à ces associations et aux Centres Sociaux dits culturels et de culture gauchiste bien évidemment.

Ils peuvent aussi le faire en s’opposant à la culture mortifère d’un système UMPS inspiré par des sociologues ou philosophes gauchistes comme Sartre, vainqueur hélas de Raymond ARON, ou Mérieux, ce dernier en tant que père du pédagogisme et des instituts de déformation des maîtres.

Le pédagogisme et l’IUFM, ainsi qu’un faux libéralisme qui n’a rien de libertaire, ont déstructuré depuis 1968 une quantité considérable d’élèves qui à leur tour sont devenus des enseignants conditionnés par cette sous culture consumériste qu’ils perpétuent.

Des « psychanalystes » délirants comme Françoise Dolto ou Lacan, et leurs « enfants rois » ont fait le reste !

Le résultat c’est qu’à présent le système à la Peillon est prêt à nous imposer la « théorie du genre » et comme toujours sous le prétexte de gommer les différences entre les sexes, mais en réalité d’aller toujours plus loin vers la fabrication d’un individu asexué, consommateur docile et interchangeable.  

Le système scolaire actuel n'est tout simplement pas le notre car l'éducation et la socialisation doivent être le fruit de ses trois pôles :

L’école, notre école,

La famille, notre famille,

La cite et ses institutions, notre cité et nos institutions sur lesquelles le pouvoir du Maire est considérable.
C'est en mettant ces trois pôles en cohérence et non pas en les opposant, en soutenant l’Ecole libre, en multipliant ses établissements, que nous remettrons de l'ordre au sein d'une Education nationale qui depuis mai 68 détruit la France que nous connaissons, que nous aimons et que nous voulons reconstruire.

Un Maire ayant de tels objectifs aura le soutien total des militants du FN/RBM et plus généralement de tout citoyen conscient de la destruction organisée et voulue de l’Education Nationale en France !

Des citoyens conscients qu’il s’agit tout simplement de sauver l’avenir de leurs enfants et de leur pays !

 

Francis NERI

19 01 14

18/01/2014

Analyse systémique et communication

Le moment de rappeler ou de préciser quelques fondamentaux sur ce blog et au delà !

« L’approche systémique comporte trois axes (pôles) en interaction : communication managériale, organisationnelle ou thérapeutique. La combinaison des trois approches procure aux individus entrainés une formidable efficacité personnelle et collective. Cette efficacité ne réside pas dans un savoir, mais dans un faisceau d’attitudes qui détermine des comportements efficaces. » 

Francis NERI

L’analyse systémique sert  à appréhender la complexité d'un système dynamique composé d'un grand nombre d'éléments (objets) qui doivent être étudiés simultanément dans le cadre de leur évolution. 

L’appréhension d'un évènement, ou la compréhension d’un phénomène, passe par l'acquisition d'une connaissance appropriée des caractéristiques de  l’évènement (EV) considéré. Une de ces méthodes d'acquisition est l'analyse qui consiste à déduire des principes sous-jacents à travers la réflexion ou l'observation de l’évènement (ou phénomène considéré).

L’analyse systémique englobe les systèmes d’analyses issues de la pensée d’Aristote et de Descartes.

L’analyse cartésienne, destinée à l'étude séquentielle d'objets  (et EV) statiques, est insuffisante à appréhender la complexité d'un système en interaction dynamique composé d'un grand nombre d'objets qui doivent être étudiés simultanément et en continu dans le cadre de leur évolution si l’on veut en tirer un « modèle » pour l’agir (rendre réelles nos projections en traitant, ici et maintenant, avec le passé et l’avenir). 

« S’élever pour mieux voir, relier pour mieux appréhender (dans le sens de comprendre), situer pour mieux agir ». 

Dans l’univers physique, un but est un absolu. Une particule élémentaire est toujours en mouvement et manifeste toujours ce but. L’objectif de la recherche est de trouver le but, d’appréhender des conséquences, y compris les conséquences de nos actions au sein des systèmes en interactions, y compris les systèmes « humains » : économiques, financiers, sociaux, culturels, ainsi que « l’écologie de l’esprit ».

L’analyse systémique s’applique indifféremment à l’étude d’un phénomène physique, philosophique, psychologique, psychiatrique, sociologique, économique, financier, politique, culturel etc…

Pour simplifier, l’on pourrait dire que l’analyse systémique c’est l’étude de la communication entre objets de toutes natures

Elle vaut donc la peine d’apprendre à nous en servir correctement afin d’améliorer notre existence quotidienne et devenir un acteur conscient des changements se produisant en continu au sein de notre environnement proche ou lointain.

Francis NERI 

A suivre ….

20/12/2013

La traitrise de la paix

Vous ne pouvez acquérir que les pouvoirs que vous êtes capable de concevoir.

Le pouvoir par : l’énergie, la compétence, le statut.

Prendre le pouvoir, c’est souvent la rencontre, la conjonction entre un homme, ou une femme, et un lieu, une date, un contexte

Un système se transforme, se refait à partir de ce qu’il est fait, de ses constituants de base. Il s’établit de nouvelles relations en interne comme en externe pour une meilleure adaptation à son environnement. Il peut grandir et se modifier en intégrant de nouveaux éléments à la condition que ces derniers soient compatibles avec les constituants de base. Dans le cas d’un rejet, les intrus sont soit éliminés par les anti-corps soit ceux-ci détruisent les constituants de base et c’est le « grand remplacement ».

C’est exactement ce qui nous attend avec l’immigration, en particulier musulmane : soit il y a assimilation, intégration, apport de méthodes ou de moyens mieux adaptés qui enrichissent le système,  soit il y a le « grand remplacement ».

Mais comme dans le second cas les anti corps ne se laisseraient pas faire, ce serait la guerre civile.

Pour ma part, je considère qu’il y a un bon moment que nos élites de gauche comme de droite ont renoncé à l’assimilation et choisi le « grand remplacement ». Les raisons en sont simples : nous étions un peuple indocile, résistant à la mondialisation dite libérale et au multiculturalisme. Un peuple qui ne voulait pas renoncer à ses acquis, à son histoire, a ses valeurs. Un peuple qui veut garder sa terre et ses racines, un peuple qui veut vivre, travailler et mourir au pays.

Ce peuple, Marine LE PEN l’a compris et elle seule peut rendre son « homéostasie », son équilibre à notre système, en mettant fin à l’action des prédateurs qui nous gouvernent. C’est un systémicien qui vous le dit, elle seule est en mesure de faire en sorte que le système ne se détruise pas dans une épouvantable guerre civile à la Libanaise, ce serait la fin, le « grand étripement »

Avec elle, faisons « le grand nettoyage », réveillons les « anticorps » faisons le tri parmi les nouveaux éléments et n’acceptons que ceux qui veulent vraiment apporter leurs « richesses » au système.  Rejetons impitoyablement ceux qui veulent en abuser et imposer des dogmes qui ont démontré ailleurs leur nocivité.               

Je hais la guerre,  mais il faut se méfier de la traîtrise de la paix pendant laquelle le mythe de l’égalité se répand, les hommes perdent leur dignité et leur combativité. Ils végètent et ils cèdent un jour leur sol aux envahisseurs.

Si nous ne réagissons pas ici et maintenant nous aurons la guerre …et le déshonneur en même temps pour avoir voulu une paix impossible.

Je conçois la vie comme un seul ensemble, cohérent et déformable, mais je suis aussi déterminé par mon héritage biologique ET social. Mes enfants et petits enfants le sont également et, je sais qu’ils prendront les armes à leur tour dans ce combat pour la survie de ce système qui a fait de nous ce que nous sommes et ma foi n’y a pas trop mal réussi …qu’on se le dise !

Francis NERI 

20 12 13