Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2011

Déconditionnons nous !

Je voudrais aujourd’hui vous demander de réfléchir à ce non-axiome :

« La compassion déplacée d'aujourd'hui envers nos pires ennemis, sera, demain, une source de honte et de malheur pour les peuples libres. »

Le cerveau global de la mondialisation nous veut conditionnés à la pensée unique. C’est plus pratique pour lui de nous transformer en producteurs et consommateurs dociles.

Ne le laissons pas faire ! Apprenons à notre cerveau à faire de la place à la liberté de penser par nous même. 

Grâce à Internet et ses réseaux, nous avons conquis le droit et l’accès  à une information la plus « objective » possible. Ce n’est pas pour retomber dans la propagande des partis, leur clanisme et leurs enfermements idéologiques.  

Entendons Bernard Raquin à ce sujet et tachons de tenir compte de ses conseils qui peuvent nous aider  à détecter et à  déjouer les mécanismes de la désinformation et de la manipulation.

De quoi s'agit-il dans la propagande dit-il ? De susciter l'admiration, de provoquer l'indignation, de développer la compassion, de désinformer, de faire naître des émotions, de chasser la rationalité, de pousser à des associations d'idées, bref, de manipuler.

Je partage son point de vue. L’affectif est le moteur de notre vie, mais ceux qui veulent nous manipuler et nous conditionner le savent. Ils ont inventé un mot pour cela, le « marketing » et ils osent, sans vergogne, confirmer que la « communication » sur les médias officiels consiste uniquement à squatter des « parts de notre cerveau » pour le conditionner à acheter et consommer. Le marketing politique veut lui aussi occuper la plus grande part possible de notre cerveau.

Nous aurons fait un énorme progrès si nous tentons l’effort de comprendre que nous sommes ce que les autres ont fait de nous. Nous sommes ce que depuis notre plus tendre enfance d’autres ont implanté en nous. Et notre premier geste « politique » est de remettre en cause ce qu’ils y ont semé et cultivé au cours du temps comme « réflexes conditionnés positifs…pour eux »

L’échéance électorale de 2012 est cruciale. C’est « un point d’ancrage » de l’histoire, un moment de bascule. Des choix à court terme que nous serons emmenés à faire dépendra notre avenir et celui du monde tel que nous le connaissons et que nous entendons conserver, même si nous devons y apporter des changements adaptatifs importants. C’est à nous qu’il appartient de le faire en toute conscience et pour cela nous devrons délivrer notre cerveau de la peur, du doute, du sentiment de l’échec inéluctable, bref le libérer des manipulateurs qui le conditionnent à la « bien pensance ».

C’est l’objectif de ce blog et des réseaux que nous animons. Je souhaite vivement que vous soyez nombreux à nous rejoindre pour partager avec nous la belle aventure de la « reconquête » de nos territoires perdus. 

Francis NERI

23 octobre 2011

 

11/10/2011

Démocratie d’opinion

Derrière la « victoire » d’Arnaud Montebourg on peut apercevoir au moins deux « réalités » qui ne vont pas tarder à éclater au grand jour et mettre en évidence le recul incontestable de la « démocratie partisane », celle de l’élite auto-proclamée, de gauche comme de droite.

La première, c’est l’émergence du concept que les clivages ne sont plus entre la gauche ou la droite, mais entre les gagnants et les perdants de la mondialisation.  

La seconde, c’est la revanche de la démocratie d’opinion sur la démocratie partisane, « compassionnelle » et ses discours déconnectés de la réalité.

Grâce à la liberté d’expression, et donc d’opinion, conquise essentiellement par les réseaux sociaux, le peuple de gauche comme de droite, dépassant les clivages dans lesquels les partis veulent les enfermer, font la « nique » aux minorités agissantes. Celles qui se cooptent entre elles au sein des appareils partisans et leurs représentants auto-proclamés.

Cette primaire socialiste sonne peut être joyeusement la fin des partis politiques traditionnels et leurs soldats de plomb idéologiques.

Le peuple, en révolte ouverte envers les partis politiques traditionnels et une certaine « élite » corrompue, veut choisir lui même ses candidats en dehors des appareils et s’engager sur les enjeux qu’il aura lui même identifiés et désignés comme prioritaires.

Je gage qu’il sera plus tenté de traiter de démondialisation, de relocalisation, de sortie de l’Euro, de frontière à rétablir, de préférence nationale, d’immigration, d’emplois, de pouvoir d’achat, que de soutien aux banques et établissements financiers, de CAC 40 ou de triple A.      

Au passage, il me semble que les Français disent avec de plus en plus de convictions qu’ils veulent se débarrasser de l’actuel Président de la République. Cela, les « partisans » du parti majoritaire bien installés dans leur sinécure renouvelable et leur certitude de détenir la vérité ne l’ont toujours pas compris. Ou alors ils font durer le plaisir pour en tirer encore quelques derniers avantages. 

Ce qui inévitablement, les conduira à leur perte.

Nous pourrions alors regretter que Jean Louis Borloo n’ai pas eu l’énergie suffisante et la lucidité nécessaire pour aller au bout de sa démarche. Il aurait pu être une alternative !

Encore un acte manqué qui aura de lourdes conséquences. Il y a fort à parier que le peuple de France, qui n’est pas aussi abruti que certains le croient par la société de consommation et le suffrage universel, se ralliera massivement à une certaine Marine qui, elle au moins, offre au peuple en révolte, plus seulement un exutoire, mais  l’occasion d’une vraie rupture avec le « parler faux » des « pansements » qui nous gouvernent depuis au moins trente ans.

Francis NERI

10/10/2011 

 

02/08/2011

Martine de Lille III

Bonjour,

Comme la plupart d'entre vous me l'ont gentiment fait remarquer, je suis responsable de ce qui est écrit sur ce blog, y comprit les commentaires.

Je remercie tous ceux qui me soutiennent dans cette "aventure" et ceux qui m'ont prodigués leurs conseils.

Certains commentaires par contre sont carrement insultants, d'autres risquent de m'attirer des ennuis supplémentaires.

J'ai donc décidé de suspendre la possibilité de commenter. Et d'en retirer individuellement ceux que je considère commes les plus...limites.

Je voudrais dire encore une chose: je ne fuis pas mes responsabilités et j'assume parfaitement le fait que si je ne parviens pas à démontrer la véracité des propos diffusés concernant Marine Aubry et son époux je serai condamné et, ce ne sera que l'expression d'une certaine justice qui se base elle sur des faits, vérifiables.

Alors vérité ou réalité, nous verrons bien, car la vérité c'est celle en laquelle on croit ! Et moi  je persiste à penser que, par exemple, si j'avais su que "certain" candidat à la présidentielle, il y a quelques temps était déjà trés malade et qu'il le cachait, je n'aurai pas voté pour lui ! Donc, je persiste à penser qu'un candidat(e) à la présidentielle doit s'expliquer sur des rumeurs et ce dés qu'elles apparaissent. 

Encore une fois, ce blog n'était pas destiné à une large audience, il traite surtout de relations entre les évènements, leurs rétroactions, les conséquences, il ne traite pas de "vérités", mais de représentations qui la plupart du temps deviennent "vérités" pour certains, "faussetés" pour d'autres. Ce qui est le cas en l'occurence. La plupart s'y inscrivaient librement et échangeaient aussi librement. Bertrand m'a adressé un mail privé que j'ai répercuté à des gens que je connais pour la plupart. Ce blog jusqu'à présent a été "confidentiel" et ma foi, il le redeviendra une fois l'orage passé.

Car il passera, et peut être que dans un futur plus ou moins proche, quelqu'un dira qu'une certaine forme de liberté d'expression et d'opinion est morte ce jour là, car je ne sais pas si vous l'avez remarqué, mais le WEB se dépeuple rapidement de commentateurs osant afficher leurs opinions autrement que sous couvert d'anonymat.

Une dernière précision : je ne suis plus membre de l'UMP, pas plus que de Résistance Républicaine. Je suis seul, libre et...responsable et croyez moi j'assumerai. Ce qui n'a rien à voir avec le fait d'aller ou pas au tribunal.

Enfin certains ont prétendu que j'étais raciste et islamophobe. C'est faux ! Je ne suis pas contre l'Islam, je suis pour un Islam DE France, c'est à dire débarassé de la Charia !

Et je suis contre ceux du 11/9, contre le voile et la burka, le fanatisme religieux, la mondialisation prédatrice, l'entrée de la Turquie en Europe et quelques autres choses encore...rien de trés original en somme :-))) 

Je ne suis pas contre la construction des mosquées, pas plus que je suis contre la construction d'églises, de synagogues ou de temples Boudhistes, mais je suis pour leur financement privé.

Voilà, j'attends le 12 septembre avec sérénité. Cela peut sembler bizarre à certains, mais j'ai encore confiance en la justice de mon pays 

Amitiés à tous

Francis NERI