Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2015

François Hollande le discours.

Je n'ai pas écouté François Hollande, je commence à vomir dés l’apparition de son visage bouffi d’idiot du village qu’il fait semblant d’être.
Mais à lire les comptes rendu, par exemple du figaro, aucune question ne semble avoir été posée sur le problème des migrants. C'est pour le moins surprenant. Je trouve qu'il y a actuellement en France et plus largement en Europe une volonté délibérée de faire profil très bas sur ce problème considérable.

Pire, j'étais un fervent défenseur de l'Allemagne et de Mme Merkel mais je trouve qu'elle n'est plus dans son rôle et dérape complètement. Je lis qu'elle est d'accord pour ouvrir un nouveau chapitre de l'adhésion de la Turquie à l'UE. C'est inadmissible.

Comment la chancelière peut-elle s'autoriser à déclarer cela ? Est-elle mandatée par les 27 autres membres de l'UE? Se considère-t-elle comme la présidente non élue de l'UE ?

Cette question des migrants est bien trop grave pour être laissée aux politiques. Ce n'est ni Mme Merkel, ni M. Hollande, ni aucun autre chef d'Etat européen qui doit déterminer la stratégie à suivre avec la Turquie. Ce sont les peuples par referendum.

La Turquie est un pays qui s'est fortement islamisé depuis quelques décennies et ce sont les peuples qui doivent décider de l'entrée ou non de 78 millions de musulmans dans l'UE et non pas des politiques qui trop souvent considèrent, pour des raisons économiques évidentes, que la Turquie, c'est seulement Istanbul.
Les Français comme les Allemands sont face à un choix historique : mettre tout en œuvre ensemble et unis pour mettre fin à leur réciproque gouvernance mondialiste au service des intérêts des multinationales apatrides.
Si l’Europe peut être sauvée ce sera par un retour aux souverainetés nationales, aux identités respectées et à un enrichissement de nos différences dans un cadre Occidental.
Nous n’avons rien à faire des peuples en provenance des pays Arabes et de l’Afrique de l’ouest.
Nous n’avons rien à faire de la main d’œuvre de barbares à la « culture fellah » issue du moyen âge.
Nous n’avons rien à faire de leur progéniture trop nombreuse que cette culture de toute façon rend dangereuse pour nos enfants à venir.
Les peuples Allemand et Français doivent s’unir autour de leurs valeurs et de leurs cultures, ce sont les mêmes, et les leaders criminels du passé ne sont plus là pour nous affirmer le contraire et nous dresser les uns contre les autres. Ne laissons pas faire leurs successeurs.
Les peuples Allemand et Français doivent s’unir et montrer la voie aux autres peuples Européens dont l’Histoire EST Gréco-latine, Judéo-chrétienne et issue des lumières. Cette triple influence à crée une civilisation inégalée dont nous acceptons de corriger les erreurs et les pratiques mafieuses de certains de ses dirigeants, mais en aucun cas nous n’accepterions d’y renoncer pour l’essentiel.
Nous nous battrons pour cela …qu’on se le dise !

Madame Merkel, Monsieur Hollande ceci est un avertissement sans frais !

Francis NERI
19 10 15      

15/10/2015

La culture

Qui parle de culture avec une ENA qui fabrique des poulets de batterie. Faisons de la métapolitique celle qui remonte aux causes, pas aux effets et fabriquons des dissidents pour s'occuper d'ouvrir les poulaillers.

Francis NERI

"C'est la différence des cultures qui rend leur rencontre féconde. Or ce jeu en commun entraîne leur uniformisation progressive : les bénéfices que les cultures retirent de ces contacts proviennent largement de leurs écarts qualitatifs ; mais au cours de ces échanges, ces écarts diminuent jusqu'à s'abolir.

N'est-ce pas ce à quoi nous assistons aujourd'hui ? Soit dit en passant, cette idée que, dans leur évolution, les cultures tendent vers une entropie croissante qui résulte de leur mélange (...) vient en droite ligne de Gobineau, dénoncé par ailleurs comme un père du racisme. Ce qui montre bien le désordre qui règne actuellement dans les esprits. (...)

Que conclure de tout cela, sinon qu'il est souhaitable que les cultures se maintiennent diverses, ou qu'elles se renouvellent dans la diversité ?

Seulement il faut consentir à en payer le prix : à savoir, que des cultures attachées chacune à un style de vie, à un système de valeurs, veillent sur leurs particularismes ; et que cette disposition est saine, nullement - comme on voudrait nous le faire croire - pathologique.

Chaque culture se développe grâce à ses échanges avec d'autres cultures. Mais il faut que chacune y mette une certaine résistance, sinon, très vite, elle n'aurait plus rien qui lui appartienne en propre à échanger. L'absence et l'excès de communication ont l'un et l'autre leur danger."

Claude Lévi-Strauss, De près et de loin, éd. Odile Jacob, 1988, p. 206-207

 

 

 

 

14/10/2015

Marine Le Pen au pouvoir

Nous pensons savoir TOUS ...enfin presque ... que le Jacobinisme de Marine le Pen est à la fois le produit des circonstances et de la logique d'un certain totalitarisme démocratique prévalant  sur la logique libérale !

(L’Etat jacobin supprime d’un trait de plume au nom de «l’indivisibilité» de la Nation les corps et communautés constituant le substrat français. C’est à ce dernier que fait référence Marine Le Pen lorsqu’elle annonce : « A l’inspiration du Comte de Clermont Tonnerre nous proclamons: "tout pour les citoyens, rien pour les communautés" : nous ferons inscrire dans la Constitution : "La République ne reconnaît aucune communauté".» Visant les «communautarismes» exogènes, en particulier le musulman).

D’autre part elle se situe bien dans l’héritage du jacobinisme et du radical-socialisme. Elle pousse pourtant plus loin à gauche en déclarant que « L’Etat doit retrouver son rôle régulateur en matière économique et se réapproprier le contrôle de certains secteurs stratégiques comme l’énergie, les transports et si nécessaire, les banques insensibles aux injonctions d’éthique.» )

Moi qui suis pour plus de régulation, de contrôle et de sanction, j’approuve !

Le citoyen républicain est avant tout un libéral, mais "on" le lui fait confondre avec le néo libéralisme économico-financier prédateur, que justement Marine Le Pen rejette...Alors ...contradiction ? Peut être mais avons nous d'autre choix ?

Probablement devrions nous retrouver, et imposer, le sens du mot libéralisme tel que le définissait à la perfection Marc Bloch : " La cité étant au service des personnes, le pouvoir doit reposer sur leur confiance et s'efforcer de la maintenir par un contact permanent avec l'opinion. Sans doute, peut elle, doit elle, être guidée, mais elle ne doit être ni violentée, ni dupée, et c'est en faisant appel à sa raison, que le chef doit déterminer en elle la conviction. Ainsi doit il avant tout distinguer les aspirations profondes et permanentes de son peuple, exprimer en clair ce que celui ci dénie parfois bien confusément et le révéler pour ainsi dire à lui même. Un tel débat ne peut être mené à bien que dans la sécurité. L'Etat au service des personnes ne doit ni les contraindre, ni se servir d'elles comme d'instruments aveugles pour des fins qu'elles ignorent. Leurs droits doivent être garantis par un ordre juridique stable. La tribu qu'une passion collective soude à son chef est ici remplacée par la cité que gouvernent les lois"

Je crois que Marine sera au pouvoir parce que ses prédécesseurs ne sont pas des libéraux, mais des prédateurs oligarques. Pour les vrais libéraux, l'enseignement a toujours été le tuteur de la raison, et l'instrument grâce auquel les sujets peuvent devenir des citoyens. L’enseignement, l’éducation, la socialisation ne sont plus « enseignés » ni par l’Education Nationale, ni par les parents, ni par les « institutions » du temps libres. Elles ne le sont plus que par la rue et les « communautarismes »

Et le problème est bien là ! L'Etat n'assure plus ce qu'il s'est engagé à assurer et pour lequel nous consentons à une formidable restriction de notre liberté individuelle ...on nous promet une mauvaise soupe que nous pourrions avaler en sécurité; mais on nous retire la gamelle pour la donner à d'autres plus dociles et on nous expose à un maximum d'insécurité...

En ce moment les citoyens "éclairés" ce disent qu'il est grand temps de se resserrer autour des LEURS, de retrouver une conscience collective à mettre à leur service, leur clan, d'assurer eux mêmes leur sécurité, de virer tous les malpropres qui sont RESPONSABLES et coupables de la situation, d'assurer eux mêmes et pour eux mêmes, les bienfaits de la logique libérale...

C’est ce qui se passe, et avant de retrouver un élan révolutionnaire qui emporterait tout, le peuple dans sa sagesse préfère donner une chance à la raison démocratique, c’est à dire permettre à Marine Le Pen de prendre le pouvoir en toute légitimité.

Et en 17 au plus tard, car nous n’avons plus de temps avant d’être définitivement plongés dans un monde Orwellien; c’est à dire un monde où l’on trouve les éléments du célèbre roman 1984 : un Etat qui surveille les moindres faits et gestes de la population, qui s’immisce de plus en plus dans le domaine du privé, qui contrôle l’information par son emprise sur les média etc.

C’est la raison pour laquelle je rappelle également qu’il faut exiger de ceux qui quémandent nos suffrages une OBLIGATION de mise en œuvre des moyens et des solutions qu’ils se sont engagés à employer et à mettre en œuvre. C’est ce que nous ferons en portant Marine Le Pen au pouvoir. La République est le « régime de tous » il est protecteur de l’indépendance nationale ainsi que de la liberté intérieure, expression non seulement du civisme de millions d’individus, mais aussi de la volonté générale : la conscience collective, celle du peuple …et elle gronde.

Ceux qui ne savent ni ne veulent l’entendre seront emportés.

Francis NERI
14 10 15