Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/12/2015

Soyons objectifs

Le seul moyen d’échapper aux trolls et aux enfumeurs, est d’appuyer chaque jugement sur des données factuelles incontestables et accessibles. Chacun peut écrire sur n’importe quoi et n’importe qui ou interpréter un événement comme il l’entend, mais s’il l’appuit sur des éléments incontestables alors nous pouvons lui en accorder crédit. En mesurant toutefois l’influence des préférences idéologiques qu’il subit.

Instruire un procès d’intention sans cela revient à nier la réalité empirique, c'est-à-dire telle qu'elle m'apparaît dans l'expérience sensible.

Nier par exemple que le projet de gouvernance de Marine Le PEN apporte une réponse factuelle, incontestable et accessible aux problèmes, aux attentes et aux angoisses des Français c’est incontestablement nier la réalité empirique.  

Francis NERI

05 12 15

26/11/2015

Le culte de l’autre

Ainsi que Michel Onfray, les gens comme Alain Persat aiment le musulman politique, celui qui exècre comme eux cet occident « hypocrite et vénal », qui fait trembler l’assurance des nantis et qui s’en prend à l’arrogance des États-Unis.


Et ce, au risque d’amalgamer tous les musulmans à Daech, au risque de faire passer les victimes pour des bourreaux, au risque d’apparaître comme des alliés objectifs de l’EI, au risque aussi de perdre toute crédibilité, de renoncer à ce fameux recul qui permet la réflexion.
Ils n’ont toujours pas compris la « triplice » c’est à dire l’alliance objective entre la gauche multiculturaliste, « humaniste » et « repentante », les « mondialistes » et les islamistes.
Et pourtant, il y a une différence monumentale entre Alain Persat, ses amis multiculturalistes et Michel Onfray.


Ce dernier en fait nous averti que les Islamistes n’ont pas une seconde le sentiment qu’ils fassent une guerre injuste contre nous et notre indignation devant leur réponse à NOS bombardements est pour eux risibles…c’est tout simplement des actions et des rétroactions.
Il nous dit que si nous continuons à les « titiller », sur ce qu’ils considèrent comme leur pays, eh bien ils remettront çà et ce sans la moindre émotion…alors nous pouvons bien sur pleurer nos morts, mais il faut nous préparer à en pleurer d’autres si nous voulons continuer à les bombarder.


Les amis « d’Alain Persat » eux sont prêts à se soumettre à l’islam…pourvu qu’ils restent en vie !
Ils disent : « Je ne suis RIEN, mais au moins je ne suis pas une merde… » en pensant à Marine Le PEN.


Francis NERI
26 11 15

18/11/2015

Le multiculturalisme 


II est le lien idéologique qui unit la gauche mondialiste avec les prédateurs du Nouvel Ordre Mondial. Ce qu’il ne faut pas oublier de nommer tout en déclinant et en faisant le lien avec la religion islamiste. 
Les trois pôles de la TRIPLICE infernale sont à nouveau reliés. 
J’espère bien qu’ils ne seront plus jamais dissociés dans l’esprit des Français, car c’est en isolant les termes de l’équation, et donc en ignorant les interactions entre eux, que nos adversaires nous manipulent.
La société multiculturelle est une dangereuse utopie. Sa mise en œuvre en France par la gauche, avec la droite complice, est responsable du désastre culturel des jeunes générations et ce depuis au moins 1968. 
Date à partir de laquelle les pervers qui nous gouvernent ont commencés à détruire les fondements même de notre identité ; sachant parfaitement que mémoire et identité c’est en fait la même chose. 
C’est donc un crime avec préméditation qui devrait être puni de la peine capitale…si elle existait encore en France. 
La société multiculturelle n’a jamais fonctionné et ne fonctionnera jamais, tout au moins sans une modification profonde du génome humain. 
C’est en plus un piège mortel qui nous condamne à la violence sociétale et à l’effondrement de toute forme d’organisation sociale.
Faire cohabiter ensemble dans le même espace, le même contexte, la même bulle temporelle des communautés culturelles et cultuelles différentes, avec des attitudes et des comportements si différents est un CRIME majeur. 
Le faire en plus alors que les migrants refusent massivement toute forme d’assimilation ou même d’insertion à la culture autochtone relève d’une intention génocidaire. 
La paix et la prospérité sociale ne tient pas seulement à un meilleur partage des richesses et à la destruction d’un « libéralisme » économico-financier prédateur, mais à laisser vivre ensemble des communautés ethniques renvoyant aux origines communes, histoires communes, et en même temps à une culture commune. 
Francis Neri
18 11 15