Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2014

Gouvernance.

Il est du devoir pour ceux qui possèdent une quelconque influence objective de montrer du doigt les dysfonctionnements, les erreurs, les fautes, les malversations, de la « gouvernance » actuelle, des précédentes et dévoiler les ambiguïtés des propositions de ceux qui prétendent à une gouvernance future. 

L’erreur est humaine dit-on ! Persister dans l’erreur est diabolique !

Ouvrons les yeux ne nous laissons plus enfumer par des idéologues de toute obédience. Laissons nos émotions au vestiaire, ne nous fions pas au physique, aux belles paroles des uns et des unes. Soyons sceptiques, portons sur les événements, les pratiques, les gens qui aspirent à nos futurs suffrages, NOTRE regard, NOTRE main.

Soyons exigeants, ne laissons RIEN passer, demandons systématiquement des comptes….et nous aurons une petite chance d’avoir des élus qui œuvrent pour NOUS çà nous changera de ceux qui roulent pour eux, leur plan de carrière, leur enrichissement…entre amis !

 

Francis NERI
01 12 14

30/11/2014

S’élever pour mieux voir

Reliez pour mieux comprendre, vous verrez la lumière avant les autres et vous pourrez distinguer l'essentiel pour agir aux trois niveaux de responsabilités : individu, groupe, espèce.

Apprendre, découvrir, être libre. Pour survivre, nul n’est besoin de la mauvaise soupe que nous servent les enragés de la « croissance » mondialisée. Nul n’est besoin de fabriquer en série de nouveaux consommateurs…halte à la croissance vous dis je !

A commencer par la croissance démographique.

Dans ce monde encombré, beaucoup de ceux qui naissent aujourd’hui ne serviront à rien dans un avenir de plus en plus proche. Ils seront logiquement « effacés » plus ou moins proprement.

Pour notre sauvegarde en tant qu’individu, groupe et espèce, nous devons apprendre à relier les « évènements » pour mieux comprendre vers quoi nous sommes conduits.

Et inutile de chercher un complot ni même un plan concerté à cette folie…ce serait d’ailleurs un moindre mal et préférable au monde livrée à ses interactions et rétroactions « positives » qui feront exploser ou imploser le système si nous n’y posons pas un régulateur, un thermostat global, qui oriente, contrôle et programme des « lâcher de pression » internes et externes.

Certains pensent que ce thermostat existe et ils montrent leur Dieu du doigt : « C’est lui le grand régulateur, affirment ils » et il nous a donné le pouvoir de nous multiplier et d’imposer sa loi au monde » 

Je crois que ces individus qui se réfèrent et « s’identifient » à l’inconnu et à l’insondable doivent être « écartés » au plus vite de toute forme de pouvoir au même titre que ceux, les « puissants » mondialisés, qui les utilisent et les manipulent à leur seul profit.

Apprendre, découvrir, être libre …disais-je ! N’est ce pas le principal « devoir » de l’Homme une fois ces besoins vitaux satisfaits ?

Et pourquoi faire, sinon distinguer dans le flux et le reflux « d’informations » qui nous submergent, celles qui sont pertinentes ? Ces « signaux » souvent faibles qui passent brusquement du vert à l’orange puis au rouge et que nous pouvons alors distinguer des « bruits » parasites pour agir avec efficacité.

Nous avons à apprendre être libre et responsables, rester « maneuvrants » porter sur les choses, les gens et les évènements NOTRE regard et NOTRE main.

Et une fois acquise, nous avons à transmettre et mettre en acte cette « in-formation » cette « mise en forme » comme disent les vrais « croyants ».

Nous sommes de plus en plus nombreux à « penser » ce monde sous cet angle, mais nous n’avons pas encore fait école. Il faut en finir avec cette « solitude », persuader et convaincre à la gloire du vol dans la lumière, à ouvrir les yeux et à voir, tout simplement à apprendre chaque jour davantage, et prendre le cap par le travers du vent de terre sans se départir d’une complète maîtrise de soi.

Rassemblons nous, apprenons à voler en escadrille, c’est ce que nous souhaitons pour notre communauté, ne restons pas cloués au sol dans la brume et la pluie…le prix de la liberté n’est jamais trop élevé.

Francis NERI

30 11 14

29/08/2014

Un monde futuriste

Projetez-vous dans un monde futuriste. Un monde où tout serait facile, où la technologie faciliterait grandement votre quotidien. Tapotez une recette de votre choix sur ordinateur et par miracle votre diner est prêt. Présentez-vous sur une plateforme de téléportation et la machine ultra sophistiquée vous propulse vers la destination de votre choix en un éclair.

Combien de temps cela vous prendrait-il vous, hommes ou femmes, du 21e siècle pour vous acclimater à ces merveilleuses technologies?

Cela dépendrait de vos capacités bien sûr, mais en tout état de cause votre ambition personnelle vous pousserait à dompter et à domestiquer ces nouvelles technologies dans l'idée d'évoluer et pour parfaire votre existence.

 Aussi comment expliquer que des populations qui immigrent en France se complaisent à reproduire leur mode de vie médiocre voire misérable qu'ils ont laissé derrière eux ?

N'est-ce pas pour trouver une vie meilleure que l'on fuit dictature, pauvreté ou famine ?

 Comment peut croître économiquement un pays qui intègre des individus imperméables à l'évolution ?

L'intégration est balayée d'un geste de la main par des gens qui se refusent à la moindre concession en faveur du pays qui les accueille. Évoluer ne les intéresse pas, c'est une notion qui leur est inconnue. Pour ne parler que de l'Afrique, vous prenez ce continent il y a 100 ans, il y a 50 ans et aujourd'hui, rien n'a changé, reprenez-le dans 100 ans ce sera toujours la même civilisation improductive, particulièrement avec l'expansion de l'islam.

En même temps les idées progressistes sont inutiles sous gouvernance socialiste puisqu'on régresse plus que l'on progresse, voilà pourquoi on ouvre grandes les portes de la maison France, afin de trouver de futurs électeurs qui seront d'accord sur tout pourvu que l'on finance leur médiocrité.

Lise Baylac