Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2014

Concentration

« Ils » nous avaient promis le progrès économique, social et la sécurité de tous sur une base internationale : la mondialisation.

La faiblesse et la dispersion de la démocratie, l’abandon culturel, cultuel et identitaire, la rapacité du capitalisme économique et financier dans ce qui fut le camp de la liberté et du droit pour tous, nous conduit directement à l’effondrement du « système » national et mondial et, comme par le passé, cet effondrement fait place au renouveau de la barbarie islamiste.

Depuis la « crise » systémique de 2008 qui toucha tous les secteurs : économiques, financiers, industriels, écologiques, énergétiques, culturels  etc. la menace latente se précise de jour en jour sur la civilisation : le retour probable de la barbarie.

La France ne sait que trop que ses épreuves n’auraient pas été possibles sans l’absurde relâchement de nos mœurs, sans l’oubli de notre mémoire, de notre identité à la fois Grecque et Chrétienne.

Nous commencions à peine à oublier les « soixante-huitards » des lumières : Rousseau, Diderot, Voltaire etc. bref les pères de la Révolution aujourd’hui controversés, qu’à nouveau leurs enfants nous réservent cette soupe « multiculturelle » et indigeste du « bon sauvage ».

Constatant,  avec chagrin, que les élites du Front National prennent pour référence Aristote, Rousseau et Marx, que Marine Le Pen renie de plus en plus ouvertement ses fondamentaux : anti mondialisation, anti immigration et sécuritaires au point qu’il n’existe pratiquement plus de différence entre elle et Nicolas Sarkozy … sinon sur la forme et le discours, j’ai, comme un nombre grandissant de Français, le sentiment de l’insoluble.

Un élément me fait hésiter à abandonner définitivement le camp de ceux qui croient encore que Marine transformera NOTRE société et répondra à nos attentes et surtout à nos BESOINS fondamentaux exprimés.

C’est qu’elle ait enfin abordé la question Européenne sur l’aspect « régulation ».

Je ne sais encore ce qu’elle envisage de mettre dans ce concept. Elle ne dit rien à ce sujet à l’exemple de Nicolas Sarkozy qui tient à peu prés le même discours.

Bonnet blanc et blanc bonnet ! Ce qui pose le problème de leurs réciproques crédibilités, car il s’agit d’auto-régulation.

Nous avons vu ce qu’il en retournait avec les marchés financiers lors de la « crise des subprimes »

L’auto-régulation çà ne marche pas ! Quand à la régulation il convient de dire clairement ce qu’il faut réguler, comment, qui doit le faire.
Enfin réguler un système c’est lui poser des thermostats, c'est-à-dire des contrôles et si un petit malin fait sauter les contrôles, il faut pouvoir appliquer des sanctions

Ce que nous devons organiser en commun doit être finalisé. Le "reste" est affaire de subsidiarité. C'est-à-dire faire en sorte que le bien commun de l’humanité soit géré globalement et, localement, ce qui relève de l’intérêt national. Penser global mais agir local comme disent les Systémiciens.

Il m’apparaît que des règles "équitables" de la finance mondiale doivent être fixées mondialement, comme l’utilisation des matières premières non renouvelables, comme l’utilisation des terres arables, comme la démographie qui doit être encouragée en Occident et découragée en Afrique de l’Ouest par exemple.

Si c’est cela qu’envisage Marine Le PEN quand elle parle de régulation çà m’intéresse, sous réserve qu’elle me dise COMMENT elle pense s’y prendre.

Si c’est pour me persuader qu’elle va « réguler » l’immigration en « assimilant » les islamistes et en renonçant à les renvoyer chez eux, je dirai qu’elle ne vaut pas mieux que Nicolas Sarkozy et j’irai voir ailleurs.

La France, a plus que toute autre nation du continent Européen la mission de travailler à l’unité de l'Europe en commençant par la sienne. Avant tout parce qu’elle est pour elle, de tout temps, un idéal et qu’elle doit y œuvrer sans cesse.

Il ne manque pas de « groupes » susceptibles de travailler ensemble à cet objectif. Ils semblent prêts à se réunir sur l’essentiel.
Marine Le PEN envisage de faire cavalier seul, les autres « Nationaux » hostiles à l’immigration arabo-maghrébine et d’Afrique sub saharienne, les adeptes de la re-migration et du grand remplacement  ayant une approche « raciale » du problème… selon elle !

Très bien ils feront sans elle. Ils ont encore deux ans et 6 mois environ pour se préparer. Le temps de se trouver un leader et un projet commun à élaborer et promouvoir.

Il suffira juste de concentrer leurs efforts sur l’essentiel : la sécurité des Français dans TOUTES ses acceptions !

J’ai toujours pensé qu’un jour il faudrait peut être « dépasser » Marine Le PEN. Ce jour, sauf revirement, de sa part est arrivé

Francis NERI

09 11 14

07/11/2014

Le capitalisme dérégulé

Pour réguler le capitalisme il faut le contrôler et le sanctionner… s’il dévie 

Marine Le Pen souligne cette nécessité. Mais  il n’y a pas que le capitalisme qu’il faut réguler, contrôler et sanctionner globalement.
Il faut aussi nommer plus précisément les axes prioritaires : l’économie, la finance, l’immigration, la mondialisation, la démographie, la production ?

Et dire aussi comment et avec qui, car aucune force politique ne pourra gouverner seule

Pourra-t-elle alors rassembler, sans reniement, à nos valeurs ?

Marine ratisse large pour arriver à 51 %. Elle devrait "resserrer" ...après.
Je peux l’admettre même si çà me fait un peu peur… mais la "base", comprendra t’elle ?


Mais chut il ne faut pas le répéter !

Francis NERI

07 11 14

06/11/2014

Le pouvoir

« La conquête et l'exercice du pouvoir ne peuvent se concevoir qu'avec une ligne claire et non changeante en fonction d'électorats potentiels illusoires.

« Certes 2017 c'est dans deux ans et demi environ avant l'élection mais celle période doit permettre l'éclairage suffisant pour éviter d'être bernés une fois de plus. »

« Ceci entraîne que certain parti devra être irréprochable s'il veut véritablement concourir. Le message est clair, espérons qu'il sera compris." 

Ivan Smolenski