Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/10/2013

Dominique VENNER

Merci VITUS pour ce rappel aux sources et aux réalités. Nous en avons bien besoin. C'est important pour moi qui ne suis ni croyant ni royaliste.

Je milite pour le respect et le maintien de nos valeurs chrétiennes, car elles sont la colonne vertébrale de notre identité. C'est par leur conjonction et leur influence avec et sur des "valeurs" plus jeunes que nous retrouverons la force, le courage, la volonté et les moyens de lutter, ensemble, contre ce nihilisme qui nous tue en tant qu'individu et  peuple.

Bien à vous   

Francis NERI

Dominique Venner

Après avoir admiré moi aussi ce geste et après avoir cherché à lui donner toutes les significations les plus nobles possibles et en particulier au moment  de l’émotion qui suivit l’évènement, ma seconde démarche mentale a été de réussir à balayer – d’un vaste coup de balayette -  tous les commentaires des professionnels patentés de l’information et de l’enseignement catholico humaniste possible. De balayer pareillement les louanges des thuriféraires qui n’en feraient jamais autant, pour autant !

Je me suis toujours demandé pourquoi, dans ce pays, on a l’habitude d’admirer les gens qui se suicident,  exception faite de ceux qui le font après avoir ratiboisé toute leur famille et qui se retrouvent sans d’autre choix possible.

Il y a une sorte de fascination pour le suicide. Admirer ce qu’on se croit incapable de faire. Vouloir y voir comme une forme extrême de courage. Les assureurs excluent le suicide des garanties  - pendant les deux ans qui suivent la signature - considérant qu’il peut être le résultat d’un calcul émergeant d’une perte de l’instinct de conservation reporté sur des tiers qu’on souhaite enrichir en faisant d’une pierre deux coups. Les assureurs ne sont pas des poètes. Ils se fient aux statistiques.

On admire le suicide de Brossolette, de Yann Palach et celui de DrieuLa Rochelle.... On admire moins celui de Georges Figon, de Stavisky et de Beregovoy. Ceux-là se sont supprimés selon une coutume qui répond aux valeurs de la république. Masarich se suicida aussi au nom de ces valeurs, poussées au paroxysme de l’idéal socialiste. Ses dernières paroles juste avant sa défenestration furent pathétiques: “ Ne me poussez pas, camarades !”

Beaucoup de suicides se distinguent aussi par la volonté forcenée des victimes de se rouer de coups auparavant ou encore de  se tirer deux balles de gros calibre pour affirmer une volonté ferme de ne pas se rater.

Le suicide de De Gaulle a encore ses détracteurs, ce n’est pas demain la veille que des médecins légistes iront s’en aviser.

Le suicide de Hollande on l’espère, on l’attend.  Il est allé jusqu’en Sud Afrique pour pleurer entre des bras fraternels le cataclysme tsunamique de Brignoles. Sa compagne est là pour le persuader pourtant de ne pas mettre fin à ses jours, pendant que Madame Cecilia Attias “fière de ne pas avoir une goutte de sang français dans ses veines” revient tout exprès de l’Amérique de DSK, pour présenter un livre aux télévisions françaises à qui elle déclare que “Brignoles, non ! Plus jamais ça !”.

Hollande et Sarko pourront aussi préférer la route du Shah d’Iran, de Ben Ali, celle qu’ont refusée Khadaffi, Saddam, Béchir, celle qu’Assad refuse ...  Les îles Caimans attendent ces deux-là et leurs poufs, bon débarras !

Le suicide de Fabius c’est celui qui ne viendra jamais, on pourra longtemps se fouiller. Lui, c’est à Wall Street qu’il est chez lui. A Wall Street, pas à Fort Alamo.

Pour Dominique Venner, Dieu sait - et même dieux savent - si les commentateurs ne se sont pas privés. Le plus comique de tous étant celui de l’Abbé de Cour deLa Mornaisqui a déclaré qu’on ne se suicide pas dans une église.

Vercingérorix ne s’est pas suicidé et Jules César non plus. Néron et Hitler, si. Ils n’étaient pas Mishima et n’est pas Mishima qui veut. N’est pas japonais qui veut non plus.

 

Matzneff est allé disperser les cendres de Montherlant dans l’enceinte du Colisée. Quand la bêtise humaine oublie de vous gratifier du Panthéon, voire du nom d’une impasse dans le village dont on a été le conseiller municipal adjoint ou suppléant, il reste à organiser sa propre fin en vertu de la circonférence qu’on attribue à son nombril et en vertu de ce qu’on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même. Faute de se faire sculpter le portrait dans la brique du Colisée, Montherlant en a été réduit à en rejoindre la poussière

Il est vrai qu’avoir eu Dominique Venner comme premier responsable politique de sa jeunesse, ce fut une gloire, une vraie gloire parce qu’en voilà un, au moins, qui n’est jamais allé à la soupe !  Pour l’afficheur de base de la cause nationaliste que je fus et que je suis, il est réconfortant de découvrir un capitaine qui n’ait pas mangé son képi pour devenir une sorte de général de Bonneval, le valet à lunettes noires qui portait le cartable de Charles De Gaulle. Au Clocher de Rodez, en 1999 à Toulouse, j’ai serré la main de Dominique Venner comme un chouan l’aurait fait en rencontrant Cadoudal ou Charette. Je conserve pieusement la dédicace de son livre. Mais aucun de tous les chefs chouans ne s’est jamais suicidé. Même piégés par les rats exterminateurs de la république, ils ont tous accepté la mort infligée par leurs ennemis alors que c’était la vie de la république qu’ils refusaient de vivre !

On comprend, naturellement, tous les suicides du désespoir et du chagrin absolu. Qui jettera la pierre à tous les malheureux abandonnés de tout et qui en arrivent à redire cette question terrible et insondable: “Seigneur ! Seigneur ! Pourquoi m’as-tu abandonné ?”.

Qui jettera la pierre au Doyen dela Facultéde Médecine de Paris qui, le soir du défilé de l’Armée allemande sur les Champs-Elysées, et se souvenant de tellement de sacrifices entre 14 et 18 d’où il était revenu vivant, a choisi de se brûler la cervelle ?

Qui condamnera ce jeune amoureux éperdu, raconté par Mistral dans “Mireille” et qui se précipite du haut d’une tour parce que l’amour fou qui lui échappe  lui fait perdre la raison ?

Mais organiser une véritable cérémonie autour de ce qui est le meurtre de soi-même et aller perpétrer ce meurtre devant l’autel d’une religion dont le seul mot qui le résume est l’Amour, c’est tout de même fort de café et je me dis qu’il est des orgueils que l’entourage devrait pouvoir, faute de mieux, réprimer à temps, tenter de raisonner.

Non ce suicide n’est pas un exemple. Je ne le blâme pas ! Je ne le condamne pas ! Et de quel droit me permettrais-je ces vociférations qui vont tellement bien dans la bouche cauchonesque de Monsieur deLa Mornais  !  Mais je ne veux pas louer, honorer, encenser, recommander ce suicide qui ne répond pas à l’aspiration occidentale, latine, grecque, chrétienne de notre peuple et de nos racines.

Amitié.  Vale !

Vitus

 

 

 

02/10/2013

Retour à la Une

Un commentaire relevé sur Dreuz info . Cela va faire plaisir à Charles Dalger. Il n’est plus seul !

Je suis juif et je voterai Marine Le Pen.

Le coup de gueule d’Uncle contre les bienpensants.

Depuis quelques semaines, la meute médiatico-politique est lâchée. Leur agressivité est à la hauteur de la cote de popularité de Marine Le Pen. Agissant sur ordre du pouvoir ou parce qu’ils sentent que leur ère s’achève, par instinct de conservation, telles des bêtes aux abois, ils mordent et griffent pour tuer.

Voter FN, je l’entends à longueur de journées depuis, c’est faire partie du camp du mal, d’une race à part, celle des primaires, imbéciles, racistes, antisémites, fascistes, nazis, xénophobes, bas du front, moisis, c’est avoir peur de l’autre, c’est sortir tout droit du ventre fécond de la bête immonde que l’on croyait morte, gisant dans les cendres du troisième Reich, c’est forcer le camp du bien à revivre le cauchemar des heures les plus sombres de notre Histoire.

Ces heures les plus sombres, je les connais messieurs les ricaneurs. Oui, il se trouve que je suis juif et que ma famille, comme tant d’autres, a fait la douloureuse expérience de la guerre et des camps de la mort. Mon engagement politique a toujours été marqué par le rejet de tout ce qui de près ou de loin relevait du totalitarisme : Nazisme, fascisme, communisme et, aujourd’hui, islamisme.

Mes parents m’ont élevé dans des valeurs simples, mais essentielles à leurs yeux, de patriotisme, de respect et d’amour de la France, d’admiration de sa grandeur, son Histoire, sa littérature, son art, ses vins, ses paysages et terroirs, ses traditions, ses clochers, son élégance, sa diversité culinaire, ses fromages et tout un ensemble de choses jugées probablement désuètes et ringardes aujourd’hui.

Dans la voiture, lorsque nous partions en vacances, ce ne sont pas des comptines que notre père, ancien résistant, nous faisait chanter, mais des chants patriotiques et révolutionnaires. Ils étaient de gauche, d’une gauche qui défendait les travailleurs, protégeait les plus faibles et les nécessiteux, une gauche pour qui progrès social rimait avec amour sacré de la patrie. Mais il est loin le temps où la gauche levait le glaive en s’exclamant « quoi ces cohortes étrangères feraient la loi dans nos foyers »…

 Il y a longtemps qu’elle a rallié les « Tyrans et les perfides ».

A moins de sombrer dans la plus profonde schizophrénie, lorsqu’on réalise que l’on est globalement d’accord avec ce que dit Marine Le Pen et en complet désaccord avec ce que disent ses adversaires de gauche ou de droite, lorsque l’on constate que les idéaux défendus par son parti sont dans la droite ligne de ce qui a forgé votre identité politique, vos valeurs et vos engagements, eh bien, on se doit d’ouvrir les yeux, de passer outre des années de conditionnement et de lavage de cerveau anti-FN, et de soutenir le parti qui incarne vos idées. Oui, ils me font doucement rire ceux qui brandissent le drapeau du « Front républicain » et du « Cordon sanitaire » pour « faire barrage » au Front National.

On ne les entend pas réclamer un Front Républicain contre les communistes, trotskystes, maoïstes, léninistes, polpotistes, castristes, chavezistes et autres marxistes en tout genre et aux mains pourtant tachées du sang des dizaines et dizaines de millions de morts, victimes de leur insupportable et infâme barbarie, fruit d’une idéologie totalitaire abjecte faisant encore régner la terreur sur une partie du monde, ce qui ne semble pas déranger les Drucker, Ruquier et toute cette clique puante de Canal+ qui reçoit à qui mieux mieux toute cette gauche criminelle.

Pas de cordon sanitaire pour nous protéger des socialistes, de cette gauche et de tout ce qu’ils ont compté de collabos pendant la seconde guerre mondiale, les Marcel Déat, Laval, Doriot, François Mitterrand, décoré de la Francisque des mains de Pétain pendant que d’autres, comme le Colonel De La Rocque, Croix de Feu, pourrissait dans un camp de concentration en Allemagne pour avoir dit non à cette abjection ! Ah les pourris ! Ah qu’ils ont l’indignation sélective et l’âme tranquille tous ces donneurs de leçons ! Tous ces « résistants » ! Vous en voulez des « heures les plus sombres » ? Vous en avez été les acteurs privilégiés ! Et je ne parle même pas des communistes qui, jusqu’en août 1941 étaient les alliés d’Hitler ! Ce n’est pas Jean-Marie ou Marine Le Pen qui se sont jetés dans les bras du Maréchal ou du Führer ! Et c’est cette gauche qui me traite aujourd’hui de facho ? Laissez-moi rire ! Et vous tous, les usurpateurs qui prétendez parler « au nom des juifs », vous les gens du Crif qui ne représentez que vous-mêmes, de la Licra qui faites régner la terreur antiraciste et mémorielle en pourchassant des gens comme Eric Zemmour, oui, vous tous membres des associations communautaires qui vous permettez de passer outre vos fonctions en imposant votre propre idéologie qui n’est pas celle de tous les Français Juifs, vous de radio J qui avez infligé à Marine Le Pen cet affront de l’inviter puis de la jeter comme une malpropre, je vous le dis tout net : c’est terminé ! Game Over ! Votre chantage ne marche plus !

Vous prétendez aimer Israël mais vous appelez à voter pour des partis de gauche ou de droite pour qui Israël n’est qu’une parenthèse bien encombrante, pour l’UMP ou le PS, tous complices d’Eurabia pour quelques gouttes de pétrole, des contrats juteux et qui mènent une politique qui fera disparaître Israël !

Pour des gens qui aiment les juifs, morts, mais haïssent ceux qui, en Israël, bien vivants, se battent pour que leur pays et leur peuple survivent. Et vous nous dénieriez à nous, Français, le droit de vouloir que la France survive en tant que nation et en tant que peuple ?

Je vous invite à la cohérence ! Ce n’est pas Marine Le Pen qui est tombée dans les bras du criminel Mahmoud Abbas qui fait offrir des gâteaux à son peuple pour fêter le massacre de la famille Fogel ! C’est Prasquier, président du Crif, Nicolas Sarkozy, président en exercice, et toute cette gauche palestinophrène !

Croyez vous que le FN fera pire ? Mais vous plaisantez ! Croyez vous que les Juifs rasent les murs dans certains quartiers en n’osant même pas porter une Kippa parce qu’ils craignent les militants du FN ? Allons donc ! J’aime la France, ma patrie, et je ne veux pas qu’elle meure ; là est ma priorité. Je suis français, patriote, juif, je voterai Marine Le Pen et, pardonnez moi cette grossièreté, messieurs du camp du bien, je vous emmerde.

© Uncle pour LibertyVox -

01/10/2013

Chronique des idées reçues

 

A lire la chronique de Lucien, nous comprenons à quel point il faut de courage pour continuer à lutter pour la défense de la liberté d'expression surtout lorsque l'on est enseignant, que l'on se dresse contre le nivellement culturel de Pierre Bourdieu et des UIFM, que l'on est d'origine kabyle, berbère, et chrétien  et que l'on peine à tout simplement gagner sa vie.

Pour en savoir plus : http://tamazgha.fr/-La-Une-.html

et aussi son livre : http://www.editions-de-paris.com/ouvrages/histoire/le-monde-arabe-existe-t-il-cp34999.html

Lucien Oulahbib est notre ami, j'en suis fier !

 

Chronique des idées reçues (septembre 2013)

Posted by Lucien SA Oulahbib on 1/10/2013  

(Voir le Dessin de Plantu dans le Monde daté du 1er Octobre 2013 qui suscite des polémiques)

L'adjectif "insupportable" étant devenu à la mode ce mois-ci, servons-nous en pour crever quelques abcès à commencer par celui-ci : dire qu'une catégorie de gens ne veut pas "s'intégrer" ne s'adresse pas seulement à certains "Roms" mais aussi à tous ceux qui refusent de partager ne serait-ce du regard les valeurs du régime démocratique tels certains djihadistes allant jusqu'à tuer des écoliers dans leur sommeil comme au Nigeria parce qu'ils choisissent de s'instruire plutôt dans une école rationaliste que dans une école coranique.

L'autre idée reçue étant d'expliquer que cela n'aurait rien à voir avec l'islam alors qu'un tel geste incarné par le dessin de Plantu montrant un papa s'en réclamant interdire à sa fille d'aller à l'école désigne bien où est le véritable racisme : dans le fait de dessiner ou plutôt de chasser et tuer l'étranger comme à Nairobi, de refuser jusqu'à l'école basée sur l'instruction parce que seule l'école religieuse coranique serait  permise…

Qu'en-est-il également de ces clubs privés de femmes qui excluent les hommes ? N'est-ce pas là aussi une catégorisation -déjà effective pour les clubs gays et échangistes- quoique volontaire ?… Une volonté de s'auto-exclure… Un communautarisme bien sûr. Et qui profite en fait du caractère privé de la société démocratique libérale qui permet de vivre et prospérer de façon lucrative selon ses propres critères du moins jusqu'à un certain point. Car imaginons un club privé établissant qu'il n'est ouvert qu'aux blancs. On parlerait immédiatement de racisme, surtout le journaliste  Claude Askolovitch de la chaîne de sport Qatari Beinsport. De ce fait, on ne peut pas ne pas critiquer la sélection opérée par certaines discothèques et le fait de discriminer par le sexe et la religion. Surtout s 'il n'existe que ce genre de club à l'horizon comme ce Franprix à Evreux qui ne voulait plus vendre du jambon et qui était le seul magasin à l'horizon, entraînant le courroux de Manuel Valls à l'époque. Le rôle de la puissance publique serait de veiller à une mixité économique, mais comment faire quand tout le quartier a basculé dans le communautarisme ?… Le fait en soi que certains s'organisent selon leur volonté n'est pas un problème si cela n'empiète pas sur le bien public. Dans ce cas si tel club, si tel magasin, est seul dans son voisinage à charge à la puissance publique de suppléer à cela selon des modalités spécifiques. Idem pour la demande de salles de prière. S'il s'agit d'une entreprise entièrement communautaire cela ne gène pas ; ce n'est pas le cas si l'entreprise est plurielle, mais même chez celle-ci si cela se fait discrètement, après tout il existe bien des salles pour fumeurs, néanmoins cela pose problème, donc il vaudrait mieux une salle polyvalente ouverte à toutes les religions et philosophies, après tout le bouddhisme peut proposer lui aussi une relaxation durant les pauses. Si une religion refuse de partager, eh bien elle s'auto-exclut voilà tout.  Il faut donc voir selon les cas.

J'ai moi même travaillé pour boucler les fin de mois (puisque je suis exclu de l'Université par les pro-Foucault Bourdieu etc, je ne peux qu'y donner que quelques cours) dans le lycée musulman de Lyon : c'était assez tolérant à ma grande surprise (mais ce sont des quasi soufi) ; surtout quand je disais aux élèves que non la Bible n'est pas un livre falsifié et que le communisme (et non pas seulement le stalinisme) est un totalitarisme ce qu'ils ne savaient pas ; certains rêvant même d'un islam communiste et voyant dans les USA le diable mais façon Mélenchon qui connaissait beaucoup de sympathisants. Il est vrai que je n'y ai pas fait long feu, peut-être après avoir dit cela (car d'autres élèves apppréciaient mes cours en histoire), en tout cas il y avait une salle de prière, ce que je trouvais cohérent dans un lycée musulman, cela m'aurait choqué à l'université s'il avait été uniquement réservé à une religion.

En tout cas, pour en revenir aux djihadistes, ils sont bien, eux, une "catégorie" qui refuse évidemment toute "intégration". Et s'ils agissent ainsi ce n'est pas à "cause du terreau de la misère" comme le clament jusqu'à la nausée certains "experts" mais bien parce qu'ils ont choisi un autre mode de vie basé sur l'imitation des premiers temps de l'islam qu'ils veulent imposer à tous.

Un "choix" fait par des gens munis de cerveaux et non pas par des zombis comme le pensent ces analystes encore restés à la psychologie de grands papa Marx & Bourdieu. Comment se fait-il d'ailleurs que ce genre de fausse explication ait encore pignon sur rue et soit enseignée dans les Universités et les lycées jusqu'aux écoles de journalisme ? (D'où mon exclusion de ces endroits). C'est un mystère qui en tout cas ne peut que renforcer un parti comme le FN qui désormais n'a même plus besoin de faire campagne tant ses ennemis lui tendent la corde pour les pendre (comme disait Lénine) et même disent merci.

 

L'autre idée reçue aussi tient dans cette rétention d'information qu'ont fait tous les médias français en insistant sur le côté alarmiste du dernier rapport GIERC alors qu'il est indiqué dans les médias anglosaxons que depuis 15 ans la température du globe n'a pas bougé. Il s'agit d'une "pause" là aussi. Bien plus probante apparemment que la pause fiscale promise en France. Il faudrait 30 ans pour le confirmer cependant. En tout cas cela méritait de laisser parler la partie adverse, ce qui fut fait mais uniquement sur Europe 1, mais ce entre quatre interventions contraires. L'idéologie totalitaire de l'écologisme relativiste traitant tout le monde de raciste et de négationniste si l'on n'est pas d'accord a de plus en plus pignon sur rue et même tient un François Hollande par les c… Ce qui n'est pas étonnant dans un pays dont le livre de chevet est devenu "50 nuances de socialisme"…

La dernière idée reçue c'est bien entendu le travail le soir et le dimanche. Mais là l'alliance christiano-communiste à la Hessel tient la route et cherche encore à régenter les porte monnaies à défaut de diriger les âmes.

Bonjour chez vous !