Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2013

Que faire quand tout va mal ?

J'ai la chance d'avoir des ami (es) merveilleux (ses) qui savent trouver le mot juste pour décrire un événement, dépeindre une situation et emporter la conviction de ceux qui cherchent non pas la vérité mais la réalité qui nous est cachée, bref le jeu pervers de la manipulation des comportements et attitudes citoyennes .
Lyse Baylac est de de ces amies.. Elle nous engage avec humour à la lucidité, à mieux voir derrière les apparences, à relier des événements volontairement isolés et en tirer des conséquences  pour l'action.. Une vraie systémicienne...une de plus !
 
Francis NERI    

Comment s'y prendre quand on ne plait plus au Français ?
La recette est simple : jouer la carte de la victimisation.
Taubira est désavouée par le peuple ?
Soit ! On va dire au peuple que ce n'est pas bien de juger Taubira sur sa couleur de peau, sachant pertinemment que les Français la jugent sur son action désastreuse et sa gestion de la justice. Ce n'est pas grave l'important est de culpabiliser les Français.
Quitte à en faire la femme de l'année.
Ensuite on met en avant le courage de cette ministre déléguée à la famille en annonçant son cancer du sein. Quelle mère courage que cette Dominique Bertinotti qui malgré sa maladie a continué son dur labeur au service de la France sans rechigner. Certaines cancéreuses devraient en prendre de la graine au lieu de se lamenter. Car il fallait qu'un ministre prouve sa vaillance face à une terrible maladie pour montrer la voie à tous les autres malades qui ne font que s'écouter bien entendu. Le cancer n'est pas une maladie honteuse il faut oser en parler.
Oui enfin personne n'en a jamais douté et des milliers de personnes atteintes d'un cancer continuent de travailler et tentent de vivre normalement. Rien de nouveau sous le soleil...
Et puis il y a la "première dame" la marquise de Pompafric qui décide tout d'un coup qu'il n'est plus temps de se taire, désireuse qu'elle est de copier en tout son modèle, Danielle Mitterrand, vous savez la grande humaniste qui s'occupait de la pauvreté partout hors de nos frontières, oubliant qu'elle frappait certains compatriotes peu dignes d'intérêt. Il est certain que pour cette "grande dame" prendre le train pour récolter des pièces jaunes afin d'aider les grands malades lui passait au dessus de la tête. La cause Kurde était de loin bien plus importante.
Alors dans ce pays où le socialisme est devenu la sainte religion (pour ne pas dire la sainte inquisition) nous aurons bientôt un nouveau saint dans nos calendriers à célébrer.
La Saint Jérôme Cahuzac en mémoire de ce martyr sacrifié sur l'autel du capitalisme malgré lui.
Tout est merveilleux sur la planète PS...
 
 

20/11/2013

Le principe de réalité s’impose.

Par Ivan Smolensky

Excellent mon cher Ivan ! Un "point de détail" tout de même. Je ne suis pas persuadé que ce soit le "système" lui même qu'il faille changer. On ne change pas un système, mais on peut en modifier les relations et en changer les PRATIQUES. Par exemple la 5eme construite par et pour un vrai chef d'Etat est un système encore viable. Mais certains PRATIQUANTS en ont modifié les pratiques et les règles internes et ce à leur avantage et nous retrouvons en gros les pratiques des partis, celles de la 4eme, qui conduisaient à la paralysie de l'ETAT.

Notre objectif devrait donc avoir pour finalité première de renvoyer les pratiquants actuels dans leurs foyers (si le peuple leur en laisse le temps) et de remettre en place l'Etat et le peuple souverain dans toutes ses attributions et pratiques régaliennes !
J'ajouterai que si nous ne changeons pas nos attitudes et nos propres comportements individuels, nous n'irons pas très loin dans le changement

Francis NERI

§

Nul doute hier soir, la présence d'Hollande a été décisive, les faux bleus ont gagné, je dis faux bleus car il ne faut pas compter sur la grande majorité de ces joueurs pour porter le drapeau national ni chanter la marseillaise, non rien de tout cela, une équipe de foot, certes, mais surtout une équipe de petits milliardaires qu'on a dû motiver financièrement pour enfin gagner car c'est tout de même étrange de se faire battre sévèrement dans un premier match et d'obtenir dans le second un score de 3 à 0, comme si l'équipe adverse allait par avance concéder une victoire. Il y a tellement d'argent dans ce sport et de combines, mais faisons fi de toutes suppositions, pour moi ce n'est pas l'équipe de France qui a gagné mais une équipe et je ne me passionnerai pas pour les prouesses d'un Ribery ou d'un Benzema.

Mais que tout ceci vient à point pour masquer les vrais problèmes de la France qui ne sont et ne seront pas traités. Bien sûr il y a des choses plus importantes à faire : dénoncer le racisme, pas celui qui s'exerce contre les Français, non il est légal, continuer la politique d'intégration... dans le porte monnaie des Français où l'on puisera pour donner ailleurs, ouvrir un débat sur la prostitution : c'est tout de même un enjeu majeur par rapport au chômage et aux faillites d'entreprises.

Les vrais problèmes de la France vont pouvoir être relégués par les médias car nous allons avoir à parler de l'exploit de l'équipe afro-maghrébine, pensez la France qui gagne, la France socialiste, Flamby l'homme qui libère nos otages même ceux qui le font par eux-mêmes.

Enfin pour notre président de 15% de Français (combien de chances pour la France dans ce petit score?), quel soulagement? Arriver, un temps, à masquer ce que nous subissons et ce qui nous attend, c'est tout simplement miraculeux. Qu'il ne se réjouisse pas trop, l'heure du vrai bilan va sonner et l'année 2014 sera pour lui mais avant tout pour nous une année difficile.

La fin d'année marque toujours un tournant parce que pour beaucoup les réalités s'imposent. A-t-on un pouvoir d'achat à l'heure des cadeaux ? Va-t-on poursuivre ou arrêter son activité? A-t-on une chance de conserver son emploi? Sera-t-on plus en sécurité? Voilà les vraies questions qui se posent à tous ou tout au moins à ceux qui ne font pas partie des privilégiés, c'est à dire la majorité du peuple de France.
On pourra donc trouver tous les dérivatifs pour masquer la réalité mais elle s'imposera et avec elle la colère. Voilà ce que peut méditer Monsieur 15% mais aussi ses challengers de droite qui n'ont pas plus de solutions et qui n'ont pas plus d'outils dans la musette parce que pour changer les choses il faudrait changer de système et que celui-ci est verrouillé par la commission et les instances européennes. Le vrai pouvoir n'est plus ici et c'est ce système qu'il faut changer. La Gauche et la Droite n'en veulent pas de ce changement radical. Ils ne sont plus que les commis d'un ordre suprême qui impose tout.

C'est bien cela que nous devrons faire si nous voulons retrouver notre vrai pays, libérer les énergies, c'est bien changer de système et d'hommes.

Bonne journée et amitiés à toutes et à tous.

https://www.facebook.com/ivan.smolensky.3

14/11/2013

Des propositions existentielles

Chers amis qui ont engagé le mouvement de reconquête sur des listes RBM/FN aux municipales de 2014 pensez à l’objectif  que nous devons atteindre si nous voulons évitez l’effondrement de la France et que nos enfants aient un avenir sur la terre de leurs ancêtres.

Cet objectif, c’est 2017 et la conquête de l’Elysée.

Le hasard, le destin, la nécessité, son énergie, ses compétences, font que Marine Le PEN et son projet de gouvernance représentent notre seul espoir de changement ; de stopper la machine folle qui conduit le bateau France à l’abîme.

Pour parvenir à cet objectif, il nous faut structurer chaque région, chaque département, chaque commune.

Des hommes et des femmes doivent se lever pour répondre à cet appel, accepter des responsabilités, se former à les assumer pour leur action d’opposition et de résistance au sein des conseils municipaux et de saine gestion pour ceux qui aurons conquis une Mairie.

D’autres, au cœur des fédérations du Front National et du Rassemblement pour la France, devront poursuivre la tâche de recrutement et de formation que leurs aînés ont entrepris depuis fort longtemps, des aînés qu’il faut soutenir et  relayer car ils sont parfois fatigués d’avoir lutté si longtemps dans l’indifférence ou la haine de nos adversaires sans jamais voir le bout du tunnel.         

Ensemble nous serons alors prêts en 2017 pour changer un système qui a échappé aux apprentis sorciers qui pensent encore pouvoir le piloter quelques temps pour se partager ses dépouilles.

Ceux de droite comme ceux de gauche, qui alternativement se passent le pouvoir, nous ont amplement et suffisamment démontrés que ces « élites » méprisent le peuple, l’empêchent de s’exprimer car eux seuls possèdent la « vérité ».

L’exemple du traité constitutionnel Européen ou le vote des Français a été désavoué, l’absence de proportionnelle, le refus du référendum d’initiative populaire en sont des exemples éclatants.  

Ils veulent en outre, la mort de la nation, ce seul bien que possède le peuple, qui veut vivre et travailler au pays.

Ils veulent sa mort aux seules fins de pouvoir mieux nous aliéner, nous rendre dociles, résignés à subir une « mondialisation » dont nous pouvons voir qu’elle n’a rien d’heureuse …pour nous la « Plèbe ».

Je rends donc attentifs nos têtes de listes et nos colistiers à l’importance de leur « communication » qui en aucun cas doit s’assimiler à de la « publicité », c’est à dire à manipuler les attitudes et les comportements de nos concitoyens.

Leur communication doit, bien évidemment, concerner l’organisation ; animer, donner des objectifs et des moyens, contrôler l’application, mais elle ne doit pas oublier qu’elle doit aussi être pédagogique, c’est à dire qu’elle doit former, voire éduquer et socialiser.

Elle doit également être thérapeutique, c’est à dire qu’elle doit soigner les blessures que nos adversaires ont infligées au peuple de France et en particulier à ceux qui en sont devenus abstentionnistes.

Enfin, je recommande aux têtes de listes et aux colistiers à ne pas entrer dans des débats trop techniques, c’est une perte de temps et vous risquez de vous y laisser enfermer.

Vos propositions peuvent être, compte tenu du contexte et de la nature de l’objectif final, plutôt de nature existentielle :

Comment mieux vivre dans sa commune ? Pouvons-nous y vivre ensemble ? Avec qui ?

Comment y vivre en sécurité ? Pouvons nous l’améliorer et comment ?

Comment faire reconnaître nos valeurs ? Sur lesquelles s’appuyer ?

Comment mieux affecter les dépenses ? Lesquelles pouvons-nous supprimer ou différer ?

Comment pouvons-nous améliorer l’emploi ? Quelles recherches pouvons-nous entreprendre pour empêcher des fermetures d’entreprises ? Comment en attirer d’autres ?

Etc...

Chacun de ses axes devant être reliés au projet de Marine Le Pen et à la charte rédigée à l’occasion des municipales, même si localement et compte tenu de la nature des communes concernées les réponses peuvent être sensiblement différentes.

« Penser global, agir local » disait François Mitterrand ! Il n’y a pas trop mal réussit si l’on se rend compte qu’aujourd’hui la gauche possède TOUS les pouvoirs.

Pourquoi pas nous ? Nous avons en gros trois ans pour cela ! Et qui sait ce que chaque matin peut nous apporter de nouveau et d’imprévu qui faciliterait notre avancée ?

Francis NERI

14 11 13