Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2018

Que veulent les créationnistes ?

Savoir si l'homme a été "créé" d'argile d'un coup, comme ça, en même temps que les dinosaures, ou s'il est l'un des stades actuels de l'évolution des espèces animales, au fond quelle importance ? Si les créationnistes se focalisent sur cette question de culture scientifique, que veulent-ils vraiment ? On peut vivre très heureux en croyant fermement à la création biblique ou en considérant l'évolution comme une évidence, ça n'empêche pas de dormir.

Alors les créationnistes et les Haroun Yaya de tous poils ils veulent quoi ? Ce qu'ils veulent, c'est faire taire la voix de la raison, faire disparaître toute forme de réflexion et d'esprit critique. La science (la vraie) c'est la liberté de penser, et de n'admettre une chose comme vraie que lorsqu'on en est intimement convaincu au terme d'une réflexion personnelle que n'est venu brider aucun tabou. Si le darwinisme est aujourd'hui reconnu comme une vérité établie, c'est que tous ses détracteurs ont eu le droit de le remettre en question, et ont fini par reconnaître que c'était bien la vérité.

Vouloir imposer la croyance aveugle à la lettre d'un texte présenté comme "divin", "sacré", c'est soumettre la liberté de penser à l'autorité d'un dogme qui n'a pas de comptes à rendre. On tente de soumettre les hommes en deux phases.

- étape I : exiger le "respect" des croyances. C'est à dire imposer à ceux qui n'y croient pas qu'au nom du "respect des convictions religieuses des croyants" ils ont l'obligation de présenter la version biblique ou coranique à égalité avec les vraies connaissances scientifiques. Donc mort de l'esprit critique.

- étape II : exiger le "respect" des religions. C'est à dire interdire la critique et la remise en question des "livres saints" et des "prophètes". On a vu l'étape II à l'œuvre lors des manifestations violentes contre les caricatures de Mahomet, et un groupe de pression tente de faire voter à l'ONU une résolution interdisant formellement la "diffamation des religions", c'est à dire l'expression de leur critique ou de la contradiction de leurs dogmes. Donc mort de la liberté de pensée et d'expression.

Cette étape est déjà atteinte dans les pays musulmans, ou la loi interdit toute expression publique qui contredirait l'islam. En Suisse les islamistes ont obtenu l'interdiction d'une pièce de Voltaire "jugée offensante pour l'islam".

Quand ces deux étapes auront été atteintes, le pouvoir des leaders religieux sera établi sur l'humanité. Peu leur importe que les gens croient ou pas, dans le secret de leur cœur, à leurs affirmations gratuites, puisqu'il leur sera interdit de s'y opposer tant en actes qu'en paroles.

Même dans les pays démocratiques il sera légal d'exiger que l'on expurge les bibliothèques de tous les livres "jugés offensants" pour les religions. Ça va faire de la place... La science ne sera tolérée que dans les limites fixées par les religieux. En poussant les choses à l'extrême Juifs et musulmans intégristes auront le droit de faire interdire le cinéma, la peinture figurative, la photo, sous prétexte que c'est une offense à leur religion. Les musulmans intégristes, même minoritaires, auront le droit en principe d'exiger que toutes les femmes soient voilées car sinon c'est une offense à leur foi, et il sera interdit de les contredire.

Au fond, est-ce cela le but ?

Fritz Helmut Dabber

31 05 2018

 

17/05/2018

La fourmilière humaine

Alain Lucari Quelqu'un (musulman) disait il y a peu que, depuis le temps qu'ils se reproduisaient (sans frein vu la générosité de la République) ils doivent être 25 millions plutôt que 5 ou 6 !

Philippe Raymond Houbart Francis-claude Neri Ah oui, « l’islamotroll » a un cycle de reproduction très court.

Francis-claude Neri Oui Alain et Philippe Raymond Merci de me rappeler que vous mettez le doigt sur la plaie ouverte du 21 eme siècle ....la prolifération de l'inquiétante fourmilière humaine au Moyen orient et en Afrique noire.

De fait, le fondamentalisme Islamique (et je dis bien islamique et non pas seulement islamiste) ne peut et ne pourra être contenu et encore moins éradiqué.
Il faudrait pour cela que les conditions économiques et sociales dans les zones concernées s'améliorent ce qui ne peut être en raison du refus dans la mise en œuvre d'une politique de contrôle des naissances et de toute réflexion liées au refus à ce sujet de la société islamique et islamiste. Et je laisse de coté la prévarication de leurs élites et la malhonnêteté de la plupart des nôtres qu'elles soient économiques, politiques ou médiatiques.
Un tel projet serait totalement illusoire . Il ne peut y avoir de plan Marshall pour le Moyen orient et l'Afrique noire ce serait un puits sans fond dans l'abime duquel nous nous perdrions.

La seule réponse (défense) possible, pour les pays occidentaux est donc de se protéger de l’invasion migratoire actuelle par tous les moyens démocratiques acceptables...
A commencer par la fermeture des frontières.
Sinon les armes parleront au sein même de la société occidentale ...

 

Francis-claude Neri

17 05 18

 

05/05/2018

Clichés politiquement corrects

Nous ressentons en France et en Europe ce que nos parents devaient ressentir sous l’occupation.
Il y a depuis les années 70 certains sujets que nous évitons soigneusement d’aborder à moins de se trouver en milieu sûr.
De véritables cris d’alarme sur des sujets comme la démographie excessive des peuples africains, arabo-musulmans et quelques autres, l’immigration remplaciste, l’islamisme conquérant, un libéralisme économico-financier prédateur et destructeur, les dangers d’une absence de régulation écologique …sont passés sous silence.
Chacune de  ces problématiques minimisée, est traitée séparément et « à minima » afin que les peuples ne prennent conscience de leurs effets convergents, cumulatifs et systémiques.

Dans l’indifférence générale du politico-médiatique, les lanceurs d’alertes sont systématiquement discrédités par des critiques venimeuses, partiales et le plus souvent infondées, s’ils ne sont pas poursuivi et dans l’obligation de s’exiler.

Le peuple se plie aux tyrannies d’une minorité agissante, en particulier Bruxelloise suffisamment intimidante pour réduire au silence tous ceux qui font preuve d’anticonformisme dans le domaine des idées.      

Ceux qui sont conscients des dangers, et veulent y sensibiliser leurs compatriotes, affichent et donnent, trop souvent sous la pression des minorités agissantes et la peur de la chambre 17, des gages au « politiquement correct ».
Ils veulent, eux aussi, avoir une vie tranquille et expriment, eux aussi, des sentiments conformistes surtout si ils ont dans l ‘idée qu’ils tirent bien seuls la charrette des « mal pensants ».
Ils auront tendance, puis l’habitude, de dire le contraire de ce qu’ils pensent vraiment enfin d’éviter les ennuis.
Il y a encore les réseaux sociaux mais nous n’avons toujours pas compris pour QUOI et comment s’en servir (échec des réseaux inter et infogroupes)

Nous ne sommes pas sur le bon chemin les ami.e.s nous sommes sur celui de la déresponsabilisation individuelle et la négation des problèmes en question.

 Les partisans du multiculturalisme, du globalisme et du transformisme ont devant eux une voie royale avec le Président Macron et ses amis !

Francis-claude Neri

05 05 18