Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2015

Education et Socialisation

Je  ne soulignerai et ne dénoncerai jamais assez le mal que la gauche, la droite, les syndicats de l’EN firent et font toujours à la France et les Français depuis 40 ans en matière d’éducation et de socialisation.

J’ai pris conscience à ce sujet de la collusion gauche, droite, islam et du désastre en cours dans les années 90 alors qu’en tant qu’éducateur sportif et formateur je constatais les dégâts du pédagogisme au sein de la fédération sportive et de son bureau national.
Convaincu de l’importance du sport en matière d’éducation et de socialisation, je créai la « Commission Nationale d’Education et de Socialisation ».
La levée de bouclier fut immédiate aussi bien de la part des autres dirigeants fédéraux que du Ministère des Sports (c’était Mme Buffet à l’époque)
Personne ne voulait comprendre et admettre que si nous n’éduquions pas et ne socialisions pas nos jeunes conformément à nos codes, nos valeurs et nos lois, la rue et l'Islam s’en chargeraient.
Nous fumes, ma commission et moi-même écartés au plus vite et je fus prié d’aller colporter ailleurs mes « délires » ; le sport n’avait rien à voir avec l’éducation et encore moins avec la socialisation.

Michel Foucault et Pierre Bourdieu, leurs thèses et l’I.U.F.M régnaient alors en maître, les syndicats imposaient leurs lois et les Francas leur pédagogie communiste et stalinienne née en 1945.

J’insistais pourtant et créais aussitôt une association : l’I.E.S.E (Institut Européen d’Education et de Socialisation ) avec quelques amis enseignant, éducateur, psychologue, médecin, policier, responsable politique qui comme moi voyaient venir le danger de la déculturation de nos enfants.
Nous avions choisi comme « entrée » la dépendance (aux drogues en particulier), et assez vite obtenu notre habilitation auprès de l’EN !
Mais çà n’a pas duré, le contenu et la forme de notre enseignement à peine connus par les enseignants et les syndicats, l’accès aux collèges et aux lycées nous fut interdit, notre qualification en tant qu’organisme de formation refusé par deux fois et toute forme de subvention également.
Mes amis découragés ont renoncé et si j’ai maintenu en vie notre association c’est sans véritable espoir de la voir renaître un jour.
C’est la raison pour laquelle je constate avec plaisir que d’autres que moi, à présent, ont pris conscience de la gravité de la faute commise ; identifié les responsables et la nécessité de leur ôter tout pouvoir afin de faire cesser leurs pratiques criminelles !

Eric Zemmour est l’un de ceux là ! Et il l'écrit ! 

….Cette alliance improvisée entre libéraux de droite et libertaires d’extrême gauche pour détruire la culture classique, les uns parce qu’elle refrénait les pulsions du consommateur, les autres pour abattre la culture bourgeoise, accoucheraient d’une déculturation inouïe, couverte par les oriflammes médiatiques du « le niveau monte ».
Mai 76 fut aussi la première année effective du regroupement familial qui amena en France un public scolaire d’un médiocre niveau socioculturel où l’école et le savoir sont rarement portés au pinacle des valeurs familiales, ne parlant pas ou peu le Français.
Le regroupement familial fut au pédagogisme ce que le nitrate est à la glycérine. Se mettre à la remorque des élèves c’était leurs interdire toute acquisition du savoir si leur milieu social ne les y avait pas préparés. C’était donc accroître les inégalités sociales en se proposant de les réduire.
Des enfants qui ne savent pas lire et écrire sont condamnés à être relégués dans le collège unique. Le mépris français pour l’enseignement technique se conjugua au refus de ces jeunes d’être « les esclaves  des français » comme papa, c'est-à-dire ouvriers. La machine éducative s’interdisant désormais de leur inculquer les rudiments du « roman national », leur manque identitaire les jeta dans les bras chaleureux de l’Oumna islamique et de la haine de la France.

Quarante ans plus tard, 40 % des jeunes garçons de l’immigration étaient au chômage….La violence règne dans les collèges de banlieues, et les classes favorisées se protègent dans les établissements du centre ville ; les classes moyennes prennent d’assaut les écoles privées…On comprend mieux la  révolte populaire qui gronda contre le projet de 1984 d’intégrer de force l’école privée dans l’enseignement public….la gauche se révèlerait maladroite, arrogante…

Le suicide français
pages 159 /160
Eric Zemmour                                        

Nous devons impérativement faire renaitre le concept d’éducation et de socialisation au sein des trois pôles de l’Education : l’école, la famille et les associations du temps libre ; nous ne pouvons en aucun cas continuer à laisser la rue, les mafias et les communautarismes éduquer et socialiser nos enfants.

Il n'est pas trop tard.

Francis NERI
Président de L’IESE
Institut Européen de Socialisation et d’Education
20 01 15

14/01/2015

Abandon

Revisitons ce que nous avons  abandonné car nous n’avons pas correctement appréhendé ce qu’était l’approche systémique et surtout la « finalité » de ce groupe qui est de sortir de 40 ans d’abandon et de renoncement par ceux qui dirigent la France.

Nous avons fait un  travail de débroussaillage et compte tenu du contexte passé, il n’était pas possible de faire mieux … la prise de conscience n’était pas dans l’atmosphère !

Le beau temps  reviendra !

Tout ce que nous avions pu faire c’était sensibiliser et corriger certaines dérives, un positionnement anti Juifs, anti Sionistes, anti globaliste de certains… par exemple !  Il faut donc se recentrer sur la ligne directrice initiale.

Revoir par exemple ce que signifient l’approche systémique, la notion de complexité, d’organisation, de régulation, de rétroaction, de contrôle et de remédiation, le principe de subsidiarité, et revoir notre positionnement sur les questions métaphysiques.
La question principale consiste à appréhender correctement l’idée que deux projets se font face :

1) Le Dieu de l’Islam doit faire régner sa loi sur la terre entière, soumettre les hommes ou disparaître.
2) L’Homme doit devenir son propre Dieu où disparaître en tant qu’individu raisonnable et agissant pour son propre compte.

Ce qui est très mal parti, pensent les « Savants » musulmans, c’est l’idéologie fondée sur l’autonomie de l’homme et le pouvoir de la raison ; idéologie débutée avec le protestantisme, atteignant son apogée au siècle des Lumières et aboutissant à la Révolution.
Jean Baudrillard l’explique très bien à partir de sa notion de « singularité » et il nous averti depuis bien longtemps du danger que cela représente pour les nations occidentales. Tout en s’y soumettant. « La seule manière de résister au mondialisme, écrit t-il (en 1973) c’est de pratiquer la singularité de l’islam. Né en 1929 après la première grande crise de la modernité, j’espère vivre assez longtemps pour assister à son tournant catastrophique avant la fin du siècle ». Il pense au XX eme bien sur !

Cette défaite en cours de la pensée encore dominante est-elle effective ? Là est la question ! Je considère que sur le sujet, s’accrocher à ses opinions personnelles ne sert à rien et c’est gênant car çà nous empêche d’appréhender l’opinion des autres correctement. Et si nous la « comprenons »  correctement il nous est possible d’en déceler les contradictions et de l’influencer.

La démocratie directe, qui à mon sens va se positionner très vite en opposition à la démocratie participative  ne peut s’exprimer qu’à cette condition. C’est une piste qu’il convient d’explorer rapidement et qui passe par les réseaux sociaux, des groupes et des pages comme les nôtres.

Il y a un suicide général qui est celui de l’Occident. Suicide économique, démographique et surtout spirituel ; et c’est ce dernier qui ne passe pas dans les nouvelles générations qui ont plus que jamais besoin de sens. Un sens qu’ils ne trouvent plus dans l’Humanisme laïc qui, il faut bien le dire, ne fait pas beaucoup d’effort de « communication » et de prosélytisme contrairement à l’Islam. Les Chrétiens redressent bien la tête en ce moment, mais il semble qu’il soit un peu tard et que les autorités religieuses hésitent à engager le combat contre l’Islam sur ce terrain.  

Que pouvons-nous faire ?

Cesser de prendre l’effet pour la cause, inverser ou rompre le déroulement rationnel des choses, car il n’y a plus de causalité, il y a un brouillage des connections et il faut les « débrouiller ».
Retrouver une pensée radicale qui n’est plus critique et rationnelle, qui égare et déstabilise notre jugement.
Constater que l’islam est associé avec la gauche multiculturaliste malgré des différences idéologiques profondes comme par exemple l’avortement, le mariage gay, la place des femmes. Ce rapprochement est donc stratégique et il faut espérer que la gauche se réveille et prenne enfin conscience du danger… ce n’est pas gagné !
Constater également que le libéralisme mondialiste économique, guerrier, financier est aussi en cohérence avec l’Islam des Saoudiens, des Qatari etc…et que leurs objectifs se rejoignent au sommet de la pyramide…les deux n’ont déjà pratiquement plus besoin des « masses ». Seulement de chercheurs, d’universitaires, de quelques techniciens de très haut niveau,  d’artistes et  d’artisans géniaux capables de leur fabriquer des objets uniques. Et pour un temps de quelques domestiques, le temps que la robotisation intelligente  de leurs demeures et de leurs objets se généralise.
Constatons enfin que le projet Islamiste est en mesure de se réaliser et qu’il faut lui barrer la route, se soumettre ou disparaître.
Considérons notre groupe comme un cerveau dont nous sommes les neurones et faisons en sorte que ce cerveau (cette gestalt) soit en relation avec d’autres cerveaux et construise avec eux un univers relationnel conscient de sa relation, agissant et efficace.

Nous pouvons, sans passer nécessairement par la case d’un Dieu unificateur antagoniste du Dieu de l’Islam ...Chrétien, Juif, etc…  reconnaître que l’Islam s’adresse avant tout à un public d’humanistes athées, agnostiques ou écologistes. Envers eux, l’Islam a un discours bien rodé. Pas nous ! Nous sommes Chrétiens, Juifs, Athées et autres, confus, divisés et inefficaces. Constamment en train de nous « tirer dans les pattes !

La question qui se pose est donc : L’islam est il appelé à dominer le monde et la civilisation Occidentale condamnée ?
Je disais que l’islam, qui a pour finalité de « purifier le monde »,  comme le communisme, doit être universel ou ne pas être. Il doit être dans notre finalité de l’en empêcher, ensemble et universellement : agir local tout en pensant global comme disent les systémiciens.

Commençons, ici et maintenant, sur ce groupe, ce blog à créer une relation TOTALE entre tous les opposants au projet « mondialo-islamo-gauchiste ». Nous pouvons créer un « graphe de liaison » entre individus « actifs », « libres » et « responsables », « interagissants » qui ne passe pas nécessairement par Dieu contrairement au projet Islamiste.

L’approche systémique et le Web 2.0 sont bien les outils qui peuvent nous aider à gagner cette « guerre » qu’il n’est pas nécessaire apparemment de mener uniquement sur les champs de bataille…bien au contraire.

Je compte sur vous pour critiquer le concept et le développer sur le terrain s’il vous convient.

Francis NERI

14 01 15

 

12/01/2015

2022


Les négociations entre le Parti socialiste et la Fraternité musulmane sont beaucoup plus difficiles que prévu. Pourtant, les musulmans sont prêts à donner plus de la moitié des ministères à la gauche – y compris des ministères clés comme les Finances et l’Intérieur.
Ils n’ont aucune divergence sur l’économie, ni sur la politique fiscale ; pas davantage sur la sécurité – ils ont de surcroît contrairement à leurs partenaires socialistes, les moyens de faire régner l’ordre dans les cités.
Il y a bien quelques désaccords en politique étrangère, ils souhaiteraient de la France une condamnation un peu plus faible d’Israël, mais çà la gauche lui accordera sans problème.
La vraie difficulté, le point d’achoppement des négociations, c’est l’Education nationale. L’intérêt pour l’éducation est une vieille tradition socialiste, et le milieu enseignant est le seul qui n’ait jamais abandonné le Parti socialiste qui ait continué à le soutenir jusqu’au bord du gouffre ; seulement là ils ont affaire à un interlocuteur encore plus motivé qu’eux, et qui ne cèdera sous aucun prétexte. La Fraternité musulmane est un parti spécial vous savez : beaucoup des enjeux politiques habituels les laissent à peu prés indifférents ; et surtout ils ne placent pas l’économie au dessus de tout.
Pour eux, l’essentiel, c’est la démographie, et l’éducation ; la sous-population qui dispose du meilleur taux de reproduction, et qui parvient à transmettre ses valeurs, triomphe ; à leurs yeux c’est aussi simple que çà, l’économie, la géopolitique même ne sont que de la poudre aux yeux : celui qui contrôle les enfants contrôle le futur, point final. Alors le seul point capital, le seul point sur lequel ils veulent absolument avoir satisfaction, c’est l’éducation des enfants.

- Et qu’est qu’ils veulent ?
- Eh bien, pour la Fraternité musulmane, chaque enfant français doit avoir la possibilité de bénéficier, du début à la fin de sa scolarité, d’un enseignement islamique. Et l’enseignement islamique est, à tous points de vue très différent de l’enseignement laïc.
D’abord, il ne peut en aucun cas être mixte ; et seules certaines filières seront ouvertes aux femmes. Ce qu’ils souhaiteraient au fond, c’est que la plupart des femmes, après l’école primaire, soient orientées vers des écoles d’éducation ménagères, et qu’elles se marient le plus vite possible – une petite minorité poursuivant avant de se marier des études littéraires ou artistiques ; ce serait leur modèle de société idéal.
Par ailleurs, tous les enseignants, sans exception, devront être musulmans. Les règles concernant le régime alimentaire des cantines, le temps dévolu aux cinq prières quotidiennes devront être respectés ; mais, surtout, le programme scolaire en lui-même devra être adapté aux enseignement du Coran.

Extrait de « Soumission » de Michel Houellebeck (p 81 à 83)

Bel essai de « prospective ».